LES PELERINAGES ET LEURS RITUELS

La Petite Gazette du 5 décembre 2007

LES PELERINAGES ET LEURS RITUELS

Aurez-vous la gentillesse d’évoquer, dans les colonnes de La Petite Gazette, vos souvenirs et vos connaissances liés aux rituels de pèlerinages et aux pratiques superstitieuses liées à ces pèlerinages ?

Racontez-nous le rituel précis qui accompagnait tel ou tel pèlerinage : quête de l’argent nécessaire au voyage, neuvaine précédant ou accompagnant le pèlerinage, nombre de personnes faisant le pèlerinage, rituel de bain dans les fontaines, façon d’en puiser de l’eau…

Avez-vous déjà constaté que certaines pratiques liées à ces pèlerinages relèvent davantage de la magie que de la religiosité ? En certains lieux, il convenait de faire un nombre précis de tours du sanctuaire, ou de n’en faire qu’un seul, mais d’une façon particulière. Avez-vous assisté à la bénédiction secrète de plantes ou d’objets, parfois même il fallait dérober des objets du culte : huile, cire de bougie ou de cierge… Ailleurs, les pèlerins grattaient la statue d’un saint et en recueillait la poussière obtenue. D’autres endroits ont connu l’abandon de vêtements ou d’objets personnels… Que dire à propos des arbres à clous, des prélèvements de terre dans certains lieux ?

Il y a, je pense, avec ces propositions de sujets, bien des souvenirs à sauver de l’oubli, bien des pratiques traditionnelles qu’il conviendrait de répertorier avant qu’il ne soit trop tard.

Evidemment, pour ce sujet, comme pour tous les autres, c’est vous et seulement vous qui déciderez la suite à lui réserver. Je dois néanmoins vous dire que, si vous voulez répondre favorablement à cette demande, nous devrions aller de découverte en découverte. Merci d’interroger votre mémoire ou celle des anciens.

 

La Petite Gazette du 3 janvier 2008

AU SUJET DES PELERINAGES

Mme Françoise Detroux, de Verlaine s/O, a entendu mon appel relatif aux pèlerinages et apporte quelques informations intéressantes touchant à Notre-Dame de Montaigu. Elle me précise que ces renseignements sont extraits d’un ancien livre intitulé « Quelques traditions et coutumes du folklore belge ».

Montaigu (2)« Là on venait honorer autrefois une petite image de la sainte Vierge. Elle fit tant de miracles que les archiducs Albert et Isabelle firent construire, en 1609, une belle église. On vient de très loin pour vénérer la statuette. Dans l’arbre auquel elle avait été attachée, on a sculpté nombre de statuettes semblables qui ont été offertes à des pèlerinages étrangers, où on va invoquer la petite Vierge venue de Belgique. C’est ainsi qu’on la vénère à Sainte-Walburge d’Audenarde et à Tournon. On organise une procession, tous les habitants tenant en main une chandelle pour faire à la Vierge un cortège de lumière.

 

Dès lors, chaque année, le premier dimanche après la Toussaint, accouraient à Montaigu des milliers de pèlerins. Dans un premier temps, la procession avait lieu le soir et durait jusqu’à dix heures ; plus tard, elle eut lieu l’après-midi.

Tous les habitants se sont faits marchands de chandelles, nommés par humour « keerskatters » (les chats aux cierges)

Les pèlerins doivent faire trois fois le tour de l’église, en récitant le rosaire à haute voix, et, en passant, ils s’efforcent de toucher l’autel. Lorsque, enfin, le prêtre a donné la bénédiction finale, les bougies sont éteintes et les bouts non consumés sont bien conservés. Il faudra les rallumer devant une image de sainte Anne ou de la Vierge.

Rappelons que Notre-Dame de Montaigu est vénérée pour obtenir la guérison de la fièvre. »

Merci pour ces informations intéressantes, qui évoquera pour nous d’autres pèlerinages ? d’autres rituels ? Pourrez-vous m’expliquer pourquoi on retrouve souvent la nécessité pour les pèlerins de faire trois fois le tour d’un édifice religieux (parfois à l’intérieur, parfois à l’extérieur de celui-ci) ? Ce qui intrigue, c’est ce chiffre de trois à quoi fait-il référence ? A la sainte Trinité ? Dites-moi ce que vous savez à ce sujet.

La Petite Gazette du 9 avril 2008

COMMENT S’APPELLE CET OBJET ?

001 (2)Monsieur L. Marcoty, d’Embourg, cherche à retrouver le nom de cet objet, jouet de nos aïeux. DESSIN DE l’OBJET « C’était une simple boîte percée et maintenue par quelques morceaux de fil de fer. On mettait le feu dedans et on la faisait tournoyer pendant des heures. Mais comment s’appelait ce jeu ? Et à quelle occasion y jouait-on ? » Mon correspondant croit que cela avait un rapport avec la fête de saint Måcrawe, mais il n’en est plus certain. Pourrez-vous l’aider ? Nous avons déjà parlé, il y a bien longtemps, de ce saint populaire dont Jean Haust nous dit qu’il était surtout honoré à l’assomption par les enfants d’Outremeuse.  Il mentionne également des lanternes vénitiennes mais point cette boîte enflammée dont parle M. Marcoty.

La Petite Gazette du 23 avril 2008

COMMENT S’APPELLE CET OBJET ?

Monsieur Arthur Gilles, de Beaufays, a vu resurgir quelques souvenirs en découvrant cette question de M. Marcoty au sujet de cet objet.

« J’ai déjà vu ce type de cylindre métallique, percé de trous, tenu avec un lien métallique pour le faire tourner dans l’espace. Je ne connais pas cet objet comme étant un jeu, mais, je me souviens très bien qu’il était utilisé sur le Thier de Chèvremont, par les marchandes d’articles souvenirs, religieux ou non, dont les échoppes se trouvaient au-dessus du thier.Avec cette boite, remplies de braises, elles, en le faisant tourner ravivaient en hiver le seul moyen dont elles disposaient pour se réchauffer. Cela date des années suivant la fin de la Seconde Guerre Mondiale, mais Chèvremont n’est plus le lieu de pèlerinage qu’il était à l’époque…Par contre je me souviens encore du nom de trois personnes qui se trouvaient dans les échoppes et dont les anciens se souviendront sans doute…. Mesdames Germaine Tigny, Marie-Louise Hupperman et Madame Terrier. »

Chevremont (2)
J’ai sorti de mes archives cette carte postale évoquant ce pèlerinage à Notre-Dame de Chèvremont parce que les souvenirs de M. Gilles devraient permettre à d’autres lecteurs  d’évoquer ce pèlerinage, effectivement tombé en désuétude du moins si on compare la situation actuelle à la fréquentation qu’il a connue… Me parlerez-vous de ce pèlerinage, de son objet, de ses différentes étapes, des raisons de son succès et de son progressif déclin, de la fricassée… Pourrez-vous nous présenter des photographies de ce pèlerinage, des échoppes des marchandes dont se souvient M. Gilles ? Je l’espère car je sais qu’il y a beaucoup de choses à raconter à ce propos. Merci d’avance.

La Petite Gazette du 7 mai 2008

A PROPOS DU PELERINAGE A N-D DE CHEVREMONT

Monsieur J.L. Dengis, président de la Société royale de Numismatique de Belgique, nous communique une très intéressante information relative au passé lointain du pèlerinage à Chèvremont.« C’est en 1686 (14 septembre) que Maximilien-Henri de Bavière donne l’autorisation, aux Jésuites anglais, d’ériger une chapelle consacrée au culte de Notre-Dame [1]. Mais déjà avant cette date, on note l’existence d’un oratoire primitif qui attire un grand nombre de fidèles et c’est cet afflux régulier de pèlerins, entre 1678 et 1686, qui incite les Jésuites à introduire cette demande auprès du prince-évêque.[1] Une autorisation de bâtir était absolument requise parce qu’il était interdit de construire sur la colline de Chèvremont. Cette interdiction, après avoir relevé d’une tradition orale qui paraît fort ancienne, a été consignée dans un règlement de litige daté du 6 février 1660. »Mon correspondant renseigne, fort à propos, aux lecteurs qui souhaitent en savoir davantage d’où viennent ses informations et recommande cette étude : M. LAFINEUR-CREPIN, La chapelle et la statuette de Notre-Dame, dans Chèvremont, un tricentenaire, un millénaire, 987-1688-1988, Actes du colloque tenu à Chèvremont le 22 avril 1988, dans Bulletin de l’Institut archéologique liégeois, t. C (1988), p. 90 note (4).
Monsieur Bastin, de Heyd, nous apporte des informations et des anecdotes plus contemporaines :

« La dernière fois que je suis allé en pèlerinage là-bas, c’était en mai 1951, soit au lendemain de la communion solennelle (faite à Amercoeur) de mon cousin Nico, le fils de Nicolas Petit-Biquet (souvent évoqué dans La Petite Gazette). En ce qui me concerne, j’ai fait ma communion solennelle (au Quartier du Laveu) le 7 mai 1944, précisons-le bien, sous les bombes anglo-américaines qui, fort généreusement, pleuvaient alors sur Liège pour faire croire aux Allemands que les Alliés allaient débarquer dans le Pas-de-Calais (Mystification totalement réussie); et, le lendemain, soit le lundi 8, je suis allé, selon la tradition bien implantée à Liège, en pèlerinage à ND de Chèvremont, avec toute ma famille. J’ai ainsi dû, assez péniblement, gravir ce dur Chemin de croix (rue de Chèvremont, je pense) qui conduit à la basilique en question. Après tout cela, nous avons tous été dans les petits restaurants avoisinants afin de manger, selon une coutume alors bien établie, une bonne fricassée au lard. Bien que ce fût alors la guerre, ces restaurateurs, élevant poules et porcs, n’avaient, apparemment, aucun problème de ravitaillement en ce domaine. Je ne pense toutefois pas, mais n’en suis pas plus sûr que cela, avoir alors vu, en cette période terriblement troublée, d’échoppes de camelots, sur mon chemin.

Rappelons, avant de conclure, qu’était organisé annuellement, à ND de Chèvremont, le pèlerinage des Sportifs auquel participait toujours, entre autres, et de fort bon cœur, mon oncle Nicolas qui n’était pourtant pas calotin du tout. Disons enfin que le tout grand champion cycliste italien Gino Bartali (qui, lui, était, je pense, plus ou moins apparenté à S.S. le Pape Pie XII) ne ratait jamais l’occasion d’aller rendre une petite visite à ND de Chèvremont, chaque fois qu’il se trouvait dans l’agglomération liégeoise. »

 

La Petite Gazette du 14 mai 2008

ON SAIT MAINTENANT COMMENT S’APPELLE CET OBJET…

001 (2)Monsieur Marcoty sera ravi d’apprendre le nom de ce petit objet avec lequel il jouait quand il était enfant.

Mme Josée Heine, de Strée, se souvient : « C’est à la saint Macrawe, au moment des fêtes du 15 août, en Outremeuse, que nous jouions avec notre « caboulette ». La nuit c’était encore mieux car le feu dans cette vieille boîte en fer blanc trouée se voyait beaucoup mieux.

Pour nous, enfants, c’était un jeu, un rituel ; nous n’en connaissions pas l’origine. »

 J. Vrancken, de Ferrières, nous écrit pour nous confirmer que « les gamins des rues, dont je faisais partie, précise-t-il, s’en servaient à l’occasion de « saint Macrawe » en Outremeuse et Amercoeur, imitant les « encenseurs» lors des nombreuses professions de l’époque. Nous appelions cet objet une « Cabolette». Je me souviens que nous y mettions des morceaux de « scapulaire », ce produit enflammé dégageait, à notre grande joie, une abondante fumée. »

Très intéressant, mais j’aimerais bien savoir ce qui se cachait sous cette étonnante appellation de « scapulaire »…

Monsieur G. Gerkens, d’Embourg : « Dans le quartier où j’ai passé mon enfance et mon adolescence, cet objet était désigné sous le nom de « caboulette ». Il s’agissait effectivement d’une vieille boîte à conserve, percée de plusieurs trous, dans laquelle on faisait un feu avec les mêmes matériaux que ceux dont on se servait pour faire le feu dans la cuisinière familiale. I1 s’agissait bien dans notre quartier d’un jeu. On utilisait cette « caboulette » comme un encensoir, balancé vigoureusement d’avant en arrière pour entretenir le feu, le rougeoiement des braises, la fumée sortant par les trous pratiqués dans la boîte. Cela se passait au quartier des Vennes, paroisse Saint-Vincent. Si mes souvenirs sont exacts, il y avait une saison pour cela, un peu comme le printemps voyait le retour des jeux de bille, l’automne ou l’hiver voyait le retour des caboulettes. »

Un grand merci à mes trois correspondants pour ces souvenirs.

A PROPOS DU PELERINAGE A N-D DE CHEVREMONT

Monsieur Gerkens, d’Embourg, a réuni pour vous quelques intéressantes informations :

« D’après ce que nous raconte la brochure éditée à l’occasion du centenaire de la dédicace de la Basilique de Chèvremont, la « sainte colline « fut le pèlerinage liégeois par excellence à l’occasion de la Semaine Sainte, le lundi de Pâques, les lundis du mois de mai ( lendemain des communions solennelles ), des milliers de pèlerins se relayaient sans cesse. Près de la chapelle, des marchands d’objets pieux proposaient chapelets, bougies, médailles.

Les jeunes filles en quête d’époux allaient prier là-haut sans leur fiancé, car ce serait de mauvais augure pour leur couple. Un dicton assurait que si on montait la colline à deux, on la redescendait seul. De fait, les jeunes gens attendaient leur promise au pied de la montagne en consommant plus d’une goutte de péket.

La nourriture solide se composait d’une « clapante « fricassée de 2 œufs, un morceau de lard, un morceau de saucisse, un morceau de tarte au riz comme dessert avec une tasse de café très noir. C’est cette formule que perpétuent les Chevaliers de la Fricassée.

Les conscrits soucieux d’être exemptés du service militaire s’y rendaient pour implorer la protection de la Vierge. Les lavandières et les cloutiers se retrouvaient pour se placer sous l’égide de notre dame.

Quelques grands pèlerinages

1913 : 225e  anniversaire de la chapelle

1919 : 20.000 pèlerins viennent remercier la Vierge de les avoir protégés pendant la guerre

1956 : 27 mai, pèlerinage international pour la paix dans le monde

1960 : 26 juillet : prières pour le Congo.

C’est la publicité faite autour des apparitions de Banneux en 1933, les difficultés d’accès, l’insuffisance des structures d’accueil restées au stade du 19e  siècle ainsi que le déclin de la pratique religieuse qui verra diminuer la fréquentation de grands pèlerinages à Chèvremont.

Reste le pèlerinage des sportifs wallons, né en 1938, issu d’une rencontre entre le coureur cycliste Romain Maes et le père Van Clé, aumônier des sportifs.

Interrompu par la guerre, il reprendra en 1942, sous l’impulsion de Georges Tilman journaliste à la Gazette de Liège et au Journal des Sports.

Quelques célébrités ayant participé à ce pèlerinage : E. Merckx, Kid Dussart, Auguste Mingels, Louis Carré, Jean Michel Saive, Jean Brankart et enfin Gino Bartali qui a contribué au financement du tableau des Fastes où il est d’ailleurs représenté près du pape Pie Xll.

C’est en 1953 qu’un bref pontifical de Pie Xll nomma Notre Dame de Chèvremont Patronne des Sportifs Wallons. Pour cette raison, des souvenirs matériels tels que maillots, coupes, ballons, etc. sont déposés dans la chapelle.

Notons enfin que la montée par le thier permet de découvrir les « potales » illustrant les mystères douloureux de la Vierge, plusieurs fois vandalisées mais chaque fois restaurées avec le concours des autorités communales, les « Amis de Chèvremont », les artistes calidifontains qui offrent une de leurs oeuvres.

Bref, même si c’est plus discrètement, Chèvremont et le culte de Notre Dame sont toujours bien vivants. »

Un immense merci pour toutes ces précisions.

Mme Dohogne, de Grand-Halleux, a gardé en mémoire un souvenir lointain de Chèvremont :

« J’étais encore une toute petite fille. Une fois par an, et un jour seulement, mes parents et nous, les 4 enfants, nous nous rendions à Chèvremont. Mes parents tenaient beaucoup à faire ce mini-pèlerinage.

Là, il y avait… en bas et …en haut !

Mes parents, avec les 2 aînés montaient pour prier, laissant les 2 petites, dont moi, en bas. Là, il y avait un ou des carrousels et de la tarte. J’ai le souvenir précis de cette si bonne tarte aux prunes. Hélas ! J’ai été piquée dans la bouche par une guêpe posée juste sur la bouchée que je mangeais…

Sans doute ai-je pleuré ou hurlé. Je n’ai pas le souvenir de ce qui s’est passé alors; je sais seulement qu’on s’est empressé autour de moi pour me soulager… »

 

La Petite Gazette du 4 juin 2008

NOTRE-DAME DE CHEVREMONT

Manifestement ce haut lieu de pèlerinage liégeois vous a laissé bien des souvenirs que vous aimez évoquer.

C’est aujourd’hui au tour de Monsieur Robert Pochet, né au pied du calvaire, de s’exprimer :

« Ma grand-mère, Mme Thérèse Collard, tenait ainsi une échoppe installée, suivant le mois, tantôt à gauche, tantôt à droite, de la chapelle. Mon père, Henri Pochet, récoltait la cire des bougies et en refabriquait dans sa cave. Il remontait tout le calvaire, à pied, le lendemain dès 7h.,  avec tout le matériel. Le soir, aux environs de 20h. les objets religieux étaient rentrés dans un coffre et placés à l’intérieur de la chapelle.   Quand j’étais enfant, les pèlerins pouvaient, chez moi, assouvir un petit besoin avant de monter le calvaire.

Dans les années cinquante, Notre-Dame de Chèvremont rassemblait des milliers de pèlerins, y compris le pèlerinage des sportifs chaque année au mois de mai. A quelques pas est érigée une petite chapelle dédiée à sainte Begge, invoquée contre les rhumatismes ; de nombreux pèlerins y nouent divers objets (mouchoirs, foulards, lacets…) afin d’obtenir la guérison.

A l’époque, au pied du calvaire, se trouvaient, dès 7 heures du matin, des mendiants qui recueillaient l’aumône jusqu’à 20 heures.

La succulente fricassée pouvait être dégustée à « la maison blanche », tenue par Germaine Lay et au « Saint-Antoine » tenu par M. Magnée, entre la première et la deuxième station. Pour les gourmets, à l’heure actuelle, une brasserie réalise encore la fameuse fricassée.

Fait très important, lors de la guerre 40-45, une bombe est tombée juste devant la chapelle, elle n’a rien endommagé. Les pèlerins y ont vu le signe d’une grande protection de la Vierge. Aujourd’hui, l’endroit où la bombe est tombée est indiqué par des cailloux blancs.

Ce sont des bénévoles qui s’occupe de l’entretien des lieux. Dernièrement, ils ont restauré les caves voûtées de la basilique et aménagé différentes petites chapelles permettant ainsi à toute personne de se recueillir dans le calme et la paix.

Rappelons que la basilique a été érigée à l’emplacement  d’un antique château fort. »

Merci pour toutes ces informations et ces souvenirs.

Les Pratiques de la médecine populaire, une conférence ce vendredi 23 mars à Malmedy

Conférence sur « Les pratiques de la médecine populaire » le vendredi 23 mars à Malmedy.

Dans le cadre de son 120ème anniversaire, le Royal Club wallon organise trois conférences sur des sujets variés. La première aura lieu au Malmundarium (salle du Chapitre), place du Châtelet, 10 à 4960 Malmedy, le vendredi 23 mars 2018 à 20 heures. Elle sera donnée par René Henry, historien régional, chroniqueur au Journal Vlan-Les Annonces.

R_HENRY-3 « Je ne suis ni médecin, ni pharmacien » ». Pourtant, c’est bien dans un monde parallèle à ces deux derniers que René Henry vous plongera, en abordant le thème des  pratiques de la médecine populaire. Ses propos sont le résultat de plusieurs décennies de recherches, de rencontres ou d’échanges mis en perspective avec une question sous-jacente : comment après plusieurs siècles, de telles pratiques sont-elles toujours en vogue ? La médecine populaire est aujourd’hui encore  très vivace et toutes les familles perpétuent ces traditions.

L’exposé se veut à mi-chemin entre l’histoire et l’ethnologie. René Henry vous emmènera à la découverte de ces bergers de chez nous, observateurs attentifs de la nature, de ses vertus. Il vous fera rencontrer ces maréchaux-ferrants, gardiens, dans une moindre mesure, d’un savoir capable de guérir le bétail. En effet, au départ, toutes ces pratiques de médecine sont destinées au bétail, richesse d’une famille. Puis un glissement s’est opéré. Sans doute suivant une idée que si c’est bon pour les bêtes, cela doit être bon pour les gens, du « r’pougneu » au barreur de feu, d’une foulure d’un cheval aux coliques d’un veau, on va s’orienter vers les ennuis musculaires des adultes ou les problèmes intestinaux des enfants.

Seront évoqués les « paquets » composés de plusieurs substances, certaines neuvaines à faire à tel ou tel saint, en y intégrant la récupération de la religion catholique de ces remèdes de « bonnes femmes ». Un terme qui, lui aussi sera nuancé… une importante contribution à notre mémoire collective.

Le Conseil d’administration du Royal Club Wallon

003

 

« CAMILLE GASPARD – AUTEUR WALLON » UN MAGNIFIQUE OUVRAGE

La Petite Gazette du 20 décembre 2017

CAMILLE GASPARD, VOUS CONNAISSEZ?

Et si j’ajoutais Camille Gaspard, auteur wallon… Auteur particulièrement prolixe et éclectique puisque, parmi ses nombreux écrits, nous trouvons des chansons, des poèmes, des déclamations, des paskèyes, des pièces de théâtre et même quelques opérettes au travers desquels il nous offre un remarquable témoignage d’authenticité ardennaise. Camille Gaspard voit le jour à Dairomont (Grand-Halleux) en 1917 dans une famille d’agriculteurs-éleveurs où seul le wallon est parlé, « lu sâvadje èt si vî patwès, lu pârler d’nos péres, lu cok’sant Languèdje », Cette seule définition du wallon selon Camille Gaspard nous plonge d’emblée dans son style à la fois savoureux et recherché qui lui assurera une solide réputation s’étendant dès après la Libération, depuis Wanne, où il habite depuis son douzième années jusqu’à son décès en 1990, autant vers Liège que vers Bastogne.

Les textes de Camille Gaspard sont largement inspirés de la réalité de son quotidien et éclairent, d’un regard sans concession, la vie rurale dans les petits villages ardennais accablés par l’occupation, quand néanmoins l’auteur témoignera d’un indéfectible espoir en des lendemains joyeux. Le ton de ses productions est, bien sûr, influencé par tout ce que vit le village et, avec la liberté retrouvée, c’est la gaieté et le bonheur qui désormais chantés.

Camille Gaspard écrit beaucoup et l’ouvrage publié par « Mémoires ardennaises » vous présente 150 textes couchés sur le papier une fois les travaux agricoles terminés car, dès 1950, Camille a repris la ferme familiale.

001

Ce remarquable et imposant ouvrage (550 pages), à la fois anthologie, biographie, petite monographie de la vie ardennaise, recherche philologique, bibliographique et lexicale est l’oeuvre de Jean-Philippe Legrand, « li pitit poyon » de Camille Gaspard, son grand-père et parrain, qui, indubitablement, aurait été très fier du minutieux travail de son filleul. En effet, Jean-Philippe Legrand n’a pas ménagé ses efforts pour présenter l’oeuvre de son grand-père, il s’est assuré de précieuses collaborations, dont  notamment celle de François Duysinx conférant ainsi à ses recherches une rigueur philologique exemplaire, mais aussi celle d’André Lamborelle, collaborateur régulier de La Petite Gazette et ardent défenseur de la culture wallonne.

Il s’agit là du cadeau idéal qui plaira aux amoureux de la langue wallonne, de la truculence et de l’humour présidant aux « sizes » et aux « concèrts« , aux passionnés de nos musiques traditionnelles car l’ouvrage nous livre pas moins de 80 partitions. L’ouvrage intéressera tout autant celles et ceux qui se passionnent pour les expressions et les mots de notre wallon car l’auteur a eu l’excellente idée d’ajouter, aux régulières précisions lexicales émaillent ses pages, les annotations et ajouts que Camille Gaspard avait apportés à ses exemplaires du Dictionnaire liégeois de Haust et du Glossaire de La Gleize de Remacle.

En outre, ce livre se veut « extensible » car il vous propose d’accéder en ligne à plus de 60 morceaux enregistrés, patiemment collectés par l’auteur lors de ses recherches. Ce livre de 550 pages est de plus un bel objet bien fait : cartonné, cousu, magnifiquement imprimé chez nous est en vente au prix de 30€ (5€ de frais d’expédition postale). Vous pouvez découvrir dans de nombreuses librairies dont la liste est accessible sur www.memoires-ardenaises.be adresse où vous découvrirez aussi tous les renseignements nécessaires à sa commande. Pour vous qui n’avez pas accès à internet, l »éditeur vous propose de le joindre par téléphone : 080/643 208 ou 0475/337 124

 

UNE EMISSION DE TELEVISION A NE PAS RATER CE 20 DECEMBRE A 21h10

A NE PAS MANQUER, LE PROCHAIN « WALLONS, NOUS! », CE 20 DECEMBRE

En effet, le mercredi 20 décembre prochain, vers 21h10, sur la Trois (RTBF), l’émission « Wallons, Nous » sera en grande partie consacrée à Sougné-Remouchamps et à Nonceveux. Pour l’occasion, j’ai eu le plaisir d’assurer une visite guidée de Sougné, en wallon évidemment, à la rencontre des témoins de pierre de son riche passé où s’entremêlent histoire et anecdotes.

Folklore et traditions bien de chez nous seront mis à l’honneur et il sera bien sûr question des hèyes de l’Epiphanie, qui se perpétuent à Sougné-Remouchamps depuis des siècles et de la Saint-Antoine à Nonceveux, tradition multiséculaire elle aussi.

Les Cabris du Val d’Amblève participent en nombre à cette belle émission. Plus de 20 danseurs et danseuses et 11 musiciens y font une remarquable démonstration de la vivacité du vrai folklore local.

Wallons nous

LES BELLES CHAPELLES DE NOS REGIONS ET LEURS HISTOIRES…

A ce jour, le 29 juillet 2017, ce sont 915 Petites Gazettes sous ma plume qui ont été publiées et, parmi les nombreux aspects de nos patrimoines régionaux évoqués dans mes chroniques hebdomadaires, les chapelles de nos régions ont occupé une place importante.

001

 

 

Leur histoire et leurs histoires vous ont tellement passionnés que cela m’a donné l’envie de présenter nombre d’entre elles dans un ouvrage paru en 2016 : Vertiges du Passé, Nos Chapelles d’Ardenne, de Condroz, de Famenne et d’Ourthe-Amblève.

Cependant bien d’autres témoins encore de la piété populaire qui anima nos aïeux existent toujours dans nos villages, nos hameaux, nos campagnes ou nos bois. Ci-dessous, je vous en ai rassemblé une première série qui, bien entendu, appelle une suite prochaine.

Répondant ainsi à une question fréquemment posée, mon ouvrage sur les Chapelles est toujours disponible. Si vous souhaitez l’acquérir, il vous suffit de verser 20€ (port postal gratuit pour la Belgique) sur le compte BE29 0682 0895 1464 de P.A.C. Awaille avec la communication « Chapelles + vos nom, prénom et adresse complète ». Cet ouvrage vous sera alors envoyé dans les délais les plus brefs.

 

La Petite Gazette du 17 mai 2000

LA CLOCHE DE LA CHAPELLE DE SOMAL A RESONNE

    Muette depuis le 8 avril 1956, la cloche de la chapelle de Somal a tinté à nouveau ce 11 février 2000. Monsieur Maurice Grün a estimé, à juste titre, que cela valait bien une évocation dans La Petite Gazette.

001             

Mon correspondant a tenu a apporté quelques informations historiques à propos de cet édifice :

« Les fondations datent du XIe siècle. Des écrits évoquent la chapelle, sans la citer précisément, dès 1028. Elle devait faire partie de la donation confirmée à l’église de Havelange par l’empereur Conrad, au même titre que les chapelles de Maffe et de Havelange.

    Vers 1650, la messe y était célébrée par le curé d’Havelange, le dimanche et les jours de fête. La chapelle actuelle date de 1636, une porte en plein cintre y donne accès. Elle porte les clous de la porte originelle. Elle s’ouvre par un mécanisme spécial, en bois, commandé par une clé en fer forgé que seul le préposé à sa garde peut manier (cf. Adolphe Pickart, Le Val de Somme).

La chapelle fut exhaussée vers 1750.

Un obit démontre que cet ancien oratoire appartenait aux barons de Vivario ; finalement, de succession en succession, une bonne trentaine de propriétaires ont fait don de leurs parts pour réunifier le domaine de la chapelle de Somal.

La chapelle renferme quelques pièces intéressantes : le retable du maître-autel présente une toile inspirée de Rubens,  le Christ montrant ses plaies aux apôtres. On trouve également une crédence du siècle écoulé, un bénitier et un banc de communion du XVIIe siècle. En outre, trois sculptures en bois polychromé orent la chapelle : un Christ en croix, un St-Roch, à l’ange et au chien, et un St-Clément, invoqué contre la goutte.

Le 11 février dernier, Cyprien Simal, doyen de Somal et gardien traditionnel de la chapelle, a fait tinter la cloche de la chapelle, muette depuis le baptême de Michel Bouvy, le 8 avril 1956. Ce symbole si représentatif ponctuait, de la meilleure façon qui soit, la fin des travaux de restauration du toit et de renforcement des maçonneries du chœur. »

Précisons encore, à toutes fins utiles, que l’oratoire « chapelle St-Roch », saint invoqué pour se protéger de la peste, est maintenant monument classé.

Dans les semaines à venir, nous aurons le plaisir de vous inviter à la rencontre ou à la découverte d’autres chapelles de nos belles régions.

La Petite Gazette du 7 juin 2000

LES VIEILLES CHAPELLES DE NOS CAMPAGNES ET DE NOS FORETS

   Monsieur André Fagnoul, de St-Séverin, vous lance un appel à propos de ces vieux monuments, vestiges de la piété et de la ferveur populaires de nos aïeux.

« Construites souvent dans des endroits isolés, campagnes ou bois, ou encore le long des routes ; c’est à nous, lecteurs de La Petite Gazette, qu’il revient de faire revivre et parler ces édifices.

Dans le bois de Maynery St-Séverin ou Aux Houx, se trouve une chapelle construite au XVIIe siècle. Je ne sais à qui elle est dédiée. Quand j’étais jeune, avec mes parents, nous  y allions souvent.

002        cliché datant de 1930 environ

A l’intérieur, au-dessus de l’autel, était écrit « Oh ! Marie conçue sans péchés, priez pour nous qui avons recours à vous. » A droite, un bougeoir à sept branches, à gauche, le « Je vous salue Marie » ; au milieu, un prie-Dieu, au mur, des deux côtés, des remerciements pour des grâces obtenues et un petit tronc. Il y a cinq ou six ans, cette chapelle a vu le passage de vandales ; tout a été détruit, il ne restait que les quatre murs, et encore ils étaient abîmés. Avec le curé du village, l’abbé Bienvenu, et mon voisin, Léon Lallemand, nous avons tout reconstruit et restauré.

Seul l’Ave Maria et le banc prie-Dieu étaient encore intacts. Parmi les remerciements cassés en petits morceaux, j’ai retrouvé un fragment portant la date de 1693, ce qui me fait penser que cette chapelle a pu être élevée au dix-septième siècle. Elle est accessible par la rue du moulin de Falogne, cent mètres plus loin que le moulin, à droite, se trouve l’entrée du bois ; il vous suffit de longer la prairie pendant une centaine de mètres et vous la verrez, à droite, blottie dans la verdure. Malheureusement, nous avons dû la protéger en plaçant des grillages métalliques cadenassés devant la porte et les fenêtres. »

003La chapelle restaurée en 1995 par l’abbé Bienvenu et MM. Léon Lallemand et André Fagnoul 

     Qui pourra nous apporter des renseignements sur cette chapelle, son histoire, qui l’a fait édifier, à qui était-elle dédiée, quel culte y était rendu ? Comme d’habitude, tout ce que vous savez nous intéresse. D’avance, un grand merci.

La Petite Gazette du 27 septembre 2000

UNE CHAPELLE ORIGINALE A SOMME-LEUZE

Monsieur Maurice Grün, de Somme-Leuze, est particulièrement attaché au patrimoine régional et à ses traditions. Partant du principe que « rien n’est aimé s’il n’est connu », mon correspondant aime à nous entretenir de ce qui fait le paysage de sa campagne.

« A Vieille Leuze, la chapelle N D de Lourdes, lui dédiée en 1933, remplace la croix de Saint-Roch et porte en fait son nom.

004

Il n’y a pas bien longtemps, elle était surmontée d’un Christ en béton moulé, aujourd’hui disparu. Sa particularité provient du fait que sa bâtisseuse achetait, chaque année, une statuette en plâtre destinée au l’autel de son édicule. L’abbé Tinant, curé de la dernière guerre, de passage lors d’une procession, qualifia la chapelle de « musée Saint-Roch », comme le cite l’abbé Hacherelle. Jugez plutôt :

« Autour de N.D. de Lourdes, saint Monon et son veau, l’enfant Jésus de Prague, saint Joseph, saint Donat, sainte Marguerite, sainte Rita, saint Eloi et saint Roch. Et encore au pied de la Vierge, le frère Mutien. Attendez : un Sacré-Cœur de grand format, une imposante sainte Brigitte fixés au mur. Une statuette de Saint-Roch de grande valeur a été mise à l’abri des tentations. Au-dessus de l’autel, trois panneaux en bois représentent la Vierge, le Sacré-Cœur et le Christ en croix. »

   Et mon correspondant de conclure de façon plaisante : « admirons la foi de ces bâtisseurs, mais reconnaissons qu’en leur oratoire, on ne sait à quel saint se vouer ! »

La Petite Gazette du 27 septembre 2000

D’ETONNANTS VITRAUX INTERPELLENT ET INTRIGUENT A MONT COMBLAIN

   Monsieur Jacques Defgnée, de Mont Comblain, prépare, avec les membres de l’a.s.b.l. « La chapelle de Mont », une exposition qui, l’an prochain, mettra à l’honneur la chapelle bien entendu, mais aussi son ensemble unique  en Province de Liège, et pourtant non répertorié, de quatre vitraux qui commémorent la Résistance pendant la guerre 40 – 45 et, plus précisément, le groupe Bayard et Les Mouettes Blanches. Bien entendu, les responsables de cet intéressant projet ont déjà réuni de nombreuses informations sur le sujet en puisant dans la mémoire de quelques spécialistes locaux, mais aussi en faisant une lecture très attentive de l’excellent mensuel « Les Echos de Comblain ». Néanmoins, certains documents suscitent encore de nombreuses interrogations ; aussi Monsieur Defgnée a-t-il, tout naturellement, pensé mettre les lectrices et les lecteurs de La Petite Gazette à contribution.

Nous aurons l’occasion, dans les semaines à venir, de nous pencher de plus près sur le passé de cette chapelle, mais, en attendant, je vous livre le premier document qui réclame des précisions…

005

 

Quelqu’un pourra-t-il nous aider à identifier les enfants photographiés sur cette ancienne photographie ? La moindre indication pourrait s’avérer essentielle ; aussi, si vous pensez reconnaître qui que ce soit sur ce cliché, je vous engage vivement à m’envoyer un petit courrier.

La Petite Gazette du 25 octobre 2000

L’ERMITAGE DE SAINT THIBAUT A MONTAIGU

   A plusieurs reprises déjà, La Petite Gazette a ouvert ses colonnes pour présenter ce site extraordinaire et pour y rappeler l’extraordinaire dévotion dont il est toujours le témoin.

Le responsable de cet ermitage, cette personne qui est présente sur les lieux tous les week-ends pour y accueillir les visiteurs a eu la bonne idée de me transmettre encore quelques documents relatifs à ce site au passé remarquable.

«Ici s’élevait, explique le document remis aux visiteurs, dès le onzième siècle, le château-fort des Comtes de Montaigu, descendants des Normands qui avaient conquis la contrée où coulent l’Ourthe, la Vesdre et l’Amblève. Pour cette raison, ils seront dénommés « Prévots des rivières » (…) En 1413, le château est incendié par Antoine de Brabant, frère du Duc de Bourgogne, venu faire prêter obédience à ses nouveaux sujets du duché de Luxembourg, dont il vient d’hériter de sa tante Charlotte. Le Comte de Montaigu s’y refuse : la vengeance, c’est le feu. Les ruines du donjon se trouvent sous la butte du calvaire.

La chapelle castrale a été dédiée à saint Thibaut. Elle a disparu avec le château, mais le culte a continué à la fontaine. En 1600, à la suite de deux miracles importants, on y élève une grande croix dont les pèlerins emportent des éclats en guise de souvenirs. En 1608, le calvaire est érigé et, dans le pied de la croix, une niche abrite une statue de St-Thibaut : elle mesurait 30 cm, le saint était vêtu en ermite (avec une robe noire) ; parvenue jusqu’à nous, elle a été volée en 1968 !

Le culte prend une telle ampleur que les gens réclament une chapelle. La Comtesse Jocelyne de la Mark décide de leur donner satisfaction, mais meurt en 1626. Le projet est repris en 1639 et exécuté par Sire Jamotte, curé de Marcourt. Les pierres sont trouvées sur place. Hotton fournit la chaux, Dochamps les ardoises, Marcourt le bois. Comme assise, on arase une tour de défense « la plus avancée vers Marcourt ». Vers 1645, l’ermitage est construit. La chapelle est consacrée en 1660. Les ermites ont résidé ici par intermittence jusqu’en 1968. Les bâtiments ont été classés en 1973.  1999 et 2000  verront la restauration des toitures, de la butte – calvaire et de la source.

Saint Thibaut est né vers 1033 à Provins, en Champagne, et mort en 1066 à Vicence, en Italie. Renonçant à la vie princière, il était comte de Champagne, il part avec son ami Gauthier vivre la vie de pèlerin, de charbonnier, d’ermite. Deux ans avant sa mort, il est ordonné prêtre et entre dans les ordres des Camaldules. Ainsi le représente, vêtu de blanc, sa statue dans la chapelle. Il est atteint d’un tel degré de sainteté que sa renommée se propage d’Italie, où il s’est fixé, à toute la Lotharingie et ce dès avant sa mort. La dédicace de la chapelle s’explique sans doute par une parenté avec les Comtes de Montaigu. »

Au-delà de ce que disent les mots, mon souhait serait que ceux et celles qui ont visité ces lieux, ceux et celles qui y ont fait leurs dévotions nous relatent le pourquoi de leur visite et ce qu’ils en ont retiré. J’aimerais beaucoup aussi que l’on me reparle des vertus de l’eau de la fontaine, des divers rituels auxquels se livrèrent les pèlerins … Bref, tout ce que vous savez sur ces lieux m’intéresse et je gage que cela intéressera énormément de lectrices et ce lecteurs.

La Petite Gazette du 29 novembre 2000

L’ERMITAGE DE SAINT THIBAUT A MONTAIGU

   Il y a un mois, je demandais aux personnes qui avaient fait leurs dévotions en ce lieu à nous en parler ; c’est ce qu’a fait, avec beaucoup de gentillesse Monsieur Gustave Etienne, de Natoye.

« Je suis né le 11 décembre 1920, me dit-il, et, alors que j’avais dépassé l’âge de deux ans, je ne manifestais toujours pas le désir  de parler. Mon père, originaire de Hiver, La Roche, connaissait cet ermitage et il m’y a conduit. Je me souviens très bien de la chapelle et de l’eau de la fontaine. J’en ai bu et mon père m’a lavé la figure avec. Après ces dévotions, je me suis mis à parler. J’ai souvent raconté cette pieuse démarche. Bien entendu, mon épouse et moi-même y sommes retournés avec nos deux gamins. Nos petits-enfants n’ignorent pas non plus l’ermitage de saint Thibaut, en qui nous gardons la foi. »

Qui viendra, à son tous, évoquer pour nous sa ou ses visites à l’ermitage de Montaigu et nous dire ce qu’il en retira ? J’attends vos courriers avec beaucoup de curiosité.

La Petite Gazette du 29 août 2001

LA CHAPELLE SAINT-MORT A HAILLOT

    C’est grâce au fidèle max-Léon Jadoul, d’Arlon, que je puis vous proposé cette ancienne carte postale représentant la chapelle Saint-Mort, située à Saint-Mort-au-Bois, dans l’entité  de Haillot.

001

« Ce saint est toujours vénéré au pays condruze. Saint Mort est décédé en 913 indique une pierre placée devant l’autel surmonté de sa statue. Cette chapelle a, hélas, fait l’objet de dégradations et son mobilier a été volé. »

La Petite Gazette du 8 octobre 2003

REVOICI UNE PETITE CHAPELLE DONT ON VOUDRAIT CONNAITRE L’HISTOIRE

   Monsieur Maurice Grün, de Durbuy, comme ses amis de Petit Han, est passionné par le patrimoine qui égaie son quotidien. Il est également interpellé par le passé et l’histoire de tout ce qui l’entoure.

« Chaque fois que je quitte ma retraite sauvage dans les fonds de Petite Somme, je passe à proximité de cette jolie chapelle en excellent état et bâtie en briques, comme le voyez sur la photo que je joins. A son fronton, je lis : «Bienheureux saint Donat, de la foudre, préservez-nous »

Elle est bâtie depuis… à Petit Han, Durbuy bien sûr, au croisement de la grand-route de Barvaux et de la rue du Vieux Mont.

002

 

Invoque-t-on encore Saint Donat contre la foudre, comme on allume la bougie de la Chandeleur en cas d’orage ?

Quid de cette chapelle ? De quand date-t-elle ? Plus ou moins récemment ? Des briques et de la pierre… pourquoi l’avoir bâtie ?

Elle a donc une histoire. Y a-t-il ou y a-t-il eu un culte qui lui était spécifiquement lié ? Si oui, lequel et quand ? Y allait-on en pèlerinage ?

Qui nous aidera à répondre à toutes ces questions, car nous sommes vraiment sans références ? Notre reconnaissance est, d’ores et déjà acquise à tout qui nous éclairera… »

La Petite Gazette du 30 décembre 2003

UN ROBOT TOMBÉ  À LIÈGE EST À L’ORIGINE DE LA CONSTRUCTION D’UNE CHAPELLE À PETITE-SOMME

003Monsieur Jean Courtois, de Somme-Leuze, nous conte cette étrange histoire.

« A la fin de la Seconde Guerre Mondiale, un robot tombe sur le couvent des Sœurs de la Charité de Cointe. Ce couvent avait pour Mère supérieure la fille du comte Charles de Vaux, propriétaire d’un château à Petite-Somme.

Le couvent étant très endommagé, les Sœurs vinrent s’installer au château accompagnée d’un aumônier, l’abbé Francois Willem.

   En 1944, lors de la retraite allemande, une charrette, tirée par un cheval, venait de Somme-Leuze en direction de Petite-Somme, elle était remplie de soldats allemands (des SS de triste réputation). A l’église, ils commencent à monter la route du village. Il y avait alors un nid très important de résistants à la ferme des basses, exploitée à l’époque par Emile Piron. Une rencontre entre les Allemands et les résistants aurait été catastrophique.

L’abbé Willem, accoudé à une fenêtre du château, imaginant le nombre de victimes que ferait pareille rencontre, fit la promesse de faire bâtir une chapelle en l’honneur de N-D de Lourdes si tout se passait sans casse.

L’abbé avait vraisemblablement une bonne cote auprès du Très-Haut car, à mi-côte, les Allemands firent demi-tour pour se diriger vers Septon. Là, ils rencontrèrent des maquisards et  bien des morts et des blessés restèrent sur le terrain.

En 1946 –1947, sous l’impulsion de l’abbé, les habitants de Petite-Somme se mirent au travail. Les pierres furent amenées du Bois des Roches, au lieu dit Sur Ourmont, avec un tombereau et un cheval.

Joseph Courtois mit, gracieusement, à disposition le terrain pour bâtir la chapelle. Aidé par son frère Louis, ils retroussèrent leurs manches et, en quelques semaines, la chapelle était bâtie.

Elle fut inaugurée, en grande pompe, à l’occasion d’une grand-messe dite par l’abbé lui-même. La bénédiction fut suivie d’une réception réunissant les autorités communales et paroissiales, mais aussi la fanfare et les personnes qui avaient participé à cet événement.

C’est avec émotion que je vous fais ce récit car, âgé de dix-sept ans alors, j’ai vécu ces faits. J’en profite pour remercier toutes les personnes qui entretiennent ce lieu béni. »

Vous avez peut-être participé à cette inauguration ? Vous en avez peut-être conservé des souvenirs ? Penserez-vous à les partager avec nous ? Nous donnerez-vous l’occasion de voir les photos qui ont certainement été prises à cette occasion ? D’avance un grand merci.

La Petite Gazette du 18 février 2004

A LA CHAPELLE DE TINSEUBOIS PETIT-THIER

   Grâce à Mme Germaine Jeanpierre, de Beaufays, nous pouvons évoquer, cette semaine, l’histoire d’une petite chapelle élevée, il y aura bientôt 150 ans, dans les bois des environs de Vielsalm. Le texte qu’elle destine à ces colonnes est largement inspiré d’un écrit commémorant le centième anniversaire de la première messe qui y fut célébrée.

   « Tinseubois, haut lieu de pèlerinage et de prière, est situé dans le calme de la forêt, près de Petit-Thier, dans un endroit boisé d’épicéas, joignant la forêt domaniale du Grand Bois, entre Petit-Thier et Commanster, à environ sept kilomètres de Vielsalm et à treize kilomètres de Saint-Vith.

tinseubois   C’est là qu’est blottie la chapelle dédiée à Notre Dame de Lourdes, bâtie 20 ans après les apparitions à Bernadette, par la famille Rotsart de Hertaing, qui habitait la villa voisine.   Vers 1852, le baron de Pellaert de Gand fit construire, à Tinseubois, une habitation dont il ne reste plus que la cour pavée et les étables. Aux environs de 1857, c’est la famille Rotsartt de Hertaing, de Bruxelles, qui vint s’y établir (maison forestière actuelle).

Madame Rosalie Petit, épouse en deuxième noce d’Idesbalt Rotsart, assez tôt, devint souffrante : une jambe nécessitait de tels soins que l’amputation fut même envisagée. A l’époque, on parlait de Lourdes et de ses miracles. Madame Rotsart y mit toute sa confiance et y entreprend un pèlerinage. L’amputation est évitée et, en reconnaissance à la Vierge, elle fait construire la chapelle, dédiée à Notre Dame de Lourdes.

C’est vers 1878, sous le pastorat du curé Gérard, qu’elle aurait été édifiée. Ce n’était alors qu’une très humble chapelle qui se composait uniquement du chœur existant encore aujourd’hui.

A gauche de la statue de Notre Dame, on installa, sur un piédestal, une jambe en plâtre, grandeur nature, enlacée d’un ruban bleu rappelant le miracle accompli. Le bruit de cette guérison se répandit et, de partout, on vint implorer Notre Dame de Trinseubois. Les murs se couvrirent d’ex-voto, de jambes en plâtre de toutes dimensions, parfois façonnées très artisanalement (il en reste une sur l’autel). La chapelle devint trop exiguë, on lui ajouta une nef et on la meubla de chaises à fond de paille.

La première messe y fut célébrée le 16 juillet 1883. La famille Rotsart, qui quitta Tinseubois en 1903, fit construire un muret de délimitation de la chapelle et la confia au curé de Petit-Thier.

Pendant la dernière Guerre, les troupes allemandes la transformèrent en écurie. Elle est maintenant restaurée, mais, hélas, pour « faire plus moderne » peut-être, on a enlevé, à l’indignation de nombreux pèlerins, les ex-voto qui en garnissaient l’intérieur.

Depuis le 18 avril 1962, suite à un accord avec l’Etat belge (Eaux et Forêts), elle est, de même qu’un terrain de 630 m2, la propriété de la Fabrique d’église de Petit-Thier. Les habitants des localités voisines, ainsi que des pèlerins des cantons de l’Est, viennent y prier régulièrement.

Sous le patronat de feu l’abbé Cahay, curé de Petit-Thier, la messe y était organisée, en, 1908, 1923 et 1946, le lundi de la Pentecôte et le 15 août.

Le Ministère de l’Agriculture (Eaux et Forêts), par arrêté du 13 octobre 1961, autorise les pèlerins à se rendre à la chapelle, de jour, même en voiture, par les chemins existants. »

LA PLUS PUISSANTE DES MEDAILLES CONNUES : LA MEDAILLE DE SAINT BENOIT

La Petite Gazette du 24 janvier 2001

QUI SERA EN MESURE DE NOUS DIRE DE QUOI IL S’AGIT ?

Anne, de Comblain-au-Pont, a trouvé cette pièce quand elle était petite et, depuis, elle se pose des questions, quasiment sans réponse, à son sujet. Voici ce qu’il est 

001

   Ma correspondante nous apporte quelques précisions au sujet de sa découverte :

Elle serait en cuivre rouge (sans absolue certitude) et pèse 38 grammes.

Le côté face représente un saint tenant d’une main une croix et de l’autre un livre. A sa gauche, une colombe ; à sa droite, une coupe et un serpent.

 

 

 

 

Voici la transcription des inscriptions qu’il est possible d’y lire côté face :

SENTIA MVNIAMVR

EIVS IN OBITV NRO PRAE

CRUX S. PATRIS

BENEDICTI

  1. EX. S.M. CASINO

MDCCCLXXX

Et sur le côté pile :

PAX

V..R..S..N..S..M..V

S..M..Q..L..I..V..B

 

Sur la croix :

C S S M L

N D S M D

Aux côtés de la croix :

C S B P

 Et ma correspondante d’en appeler à vous pour connaître l’histoire de cette pièce (N.D.L.R. Il me semble qu’il conviendrait, plutôt, de la désigner sous le nom de médaille). Tout ce que vous pourrez nous apprendre à ce sujet sera, bien sûr et comme d’habitude, le bienvenu !

La Petite Gazette du 14 février 2001

QUI IDENTIFIERA CETTE MEDAILLE ?

    Telle était la question que, à l’initiative d’Anne, de Comblain, je vous posais il y a trois semaines déjà. Les réponses ont été extraordinairement nombreuses et admirablement documentées ; pour éviter les redites, je vais tenter de faire la synthèse de tous ces courriers reçus.

Toutes les lectrices et tous les lecteurs qui se sont manifestés sont d’accord sur l’identification de cette médaille et sur la signification des lettres initiales que l’on trouve à son revers. Il s’agit d’une médaille de saint Benoit, reproduisant le saint portant la règle des moines.

C.S.P.B.      Crux Sancti Patris Benedicti (Croix du Saint Père Benoît)

C.S.S.M.L.  Crux Sacra Sit Mihi Lux  (Que la Croix sainte soit ma lumière)

N.D.S.M.S.  Non Dacro Sit Mihi Dux  (Que le démon ne soit pas mon chef)

V.R.S.          Vade retro satana  (arrière Satan)

N.S.M.V.      Non Suada Mihi Vana (Ne me persuade pas de choses mauvaises)

M.Q.L.         Sunt Mala Quae Libas  (Ce que tu représentes est mauvais)

V.B.              Ipse venera Bibas   (Bois toi-même tes poisons)     Vos différents courriers apportent bien entendu des renseignements complémentaires les distinguant les uns des autres ; c’est là bien sûr que réside l’intérêt de les comparer.

Monsieur l’Abbé J.-M. Bienvenu, de St-Séverin, nous signale que : « cette médaille est une médaille de la bonne mort. Saint Benoît est connu dans les dévotions populaires comme « patron de la bonne mort » parce que, ayant prié avec elle peu avant la mort de sa sœur Scholastique, il aurait vu monter au ciel l’âme de celle-ci. »

Monsieur le Baron Thierry de Villenfagne de Sorinnes m’a transmis une très intéressante documentation dans laquelle je lis notamment que « Parmi les nombreux moyens que l’Eglise emploie pour venir en aide aux moribonds, il y a le Crucifix de la Bonne Mort et la Médaille de Saint Benoît. Les Souverains Pontifes ont attaché à ces deux objets une indulgence plénière à l’article de la mort . (…) La Médaille de Saint Benoît est très ancienne. Sa popularité date surtout du XIe siècle à la suite de la guérison miraculeuse d’un jeune homme, nommé Bruno, qui se fit moine bénédictin et devint plus tard la saint pape Léon IX. »

Monsieur Dewez, d’Esneux, m’a également envoyé une intéresse documentation à ce sujet. « La Croix de saint benoît , depuis fort longtemps, est imprimée sur une médaille. Sa forme est presque celle de la Croix de l’Ordre sacré de Jérusalem ; en effet, les quatre bandes qui la composent sont terminées par une ligne courbe, qui va les élargissant jusqu’à l’extrémité. Elle est renfermée dans une ellipse, et laisse dans ses quatre espaces vides quatre triangles sphériques, dont deux côtés sont formés par deus lignes courbes de la croix, sur la bande de l’ellipse qui enferme le tout, sont gravées quelques lettres, mais les lettres mystérieuses (celles qui ont une vertu particulière contre le démon) se trouve seulement sur la Croix et sur l’ellipse). Ces dernières forment quelques oraisons jaculatoires, toute de religion et d’amour de Dieu, qui indiquent clairement que cette croix sert à chasser les tentations ou les maléfices du démon. »

Madame Renée Gilson, de Lierneux, nous dit que « cette médaille est efficace contre le mauvais esprit, qu’on peut la porter sur soi ou la placer au-dessus des portes pour être protégé du diable et de ses maléfices. Ses médailles sont vendues à St-Antoine (Harre – Manhay) où on peut les faire bénir sur demande. »

Madame Marie-Thérèse Voets, de Nadrin, rappelle que saint benoît est invoqué par les personnes qui rencontrent malchance sur malchance et qui croient que Satan ou d’autres personnes leur veulent du mal. »

La semaine prochaine, nous parcourons les autres courriers reçus et nous nous attacherons surtout à l’origine de cette médaille, l’abbaye de Mont Cassin en Italie.

La Petite Gazette du 21 février 2001

AU SUJET DE LA MEDAILLE DE SAINT-BENOIT

Je vous le disais la semaine passée, vous avez été très nombreux à vous manifester suite à la parution des dessins représentant l’avers et le revers de cette médaille ; je vais donc poursuivre la publication de la synthèse de toutes les indications que vous m’avez fait parvenir.

Madame Thirifays, d’Ochain qui me dit posséder une quarante de médailles identiques mais de facture plus récente rappelle en quelques mots qui était saint Benoît : «Il est né en Nurcie en 480 et il est le fondateur de l’ordre des bénédictins. Il se retira à Subiaco et fonda le monastère du Mont Cassin qui deviendra le berceau de tous les bénédictins. »

Madame Theate, de My, apporte également des précisions à ce sujet : « Saint benoît est né à Norcia (Ombrie) vers 480 et est mort au Mont Cassin le 21 mars 547. On le fête le 11 juillet. Paul VI l’a proclamé officiellement « patron de l’Europe » en 1964. La médaille, poursuit mon estimée correspondante, ne remonte pas jusqu’à lui. La première mention historique nous en est faite au XIe siècle seulement, à propos de la guérison miraculeuse de saint Brunon, plus tard moine et pape ; quant à première description précise, elle date de 1647 où une affaire de sorcellerie se heurta vivement à cette médaille. »

Monsieur Nicolas Meessen, d’Esneux, s’est penché sur l’histoire de cette médaille : « elle a été créée pour le Jubilé de saint Benoît en MDCCCLXXX (1880), 1400e anniversaire de la naissance, vers 480, de saint Benoît. La plus ancienne forme de cette médaille était ovale et un peu différente de celle qui nous a été présentée. Celle-ci vient du Mont Cassin, abbaye bénédictine. Mon correspondant précise en outre que c’est grâce à un manuscrit de 1415 découvert au couvent de Metten, en Bavière, qui a permis de comprendre la signification des lettres présentes sur cette médaille. » Pour illustrer son propos, M. Meessen vous propose de découvrir les clichés suivants :

002

« La première est assez simple et ne porte sur la face que l’inscription  S. BENEDICTI et, au revers, ITALY et, en dessous, SMQLIVB. La deuxième ne porte pas l’inscription circulaire sur la face ni sur le verso ou du moins, on n’en voit que les extrémités, une lettre et demie à chaque quart. Au revers, on peut lire JHS au sommet, déformation courante de IHS et PAX au pied de la croix, ce qui montre bien que l’origine grecque des deux monogrammes de Jésus et Christ n’est plus respectée. Remarquez l’inversion colombe et coupe de poison brisée. La troisième ressemble davantage à celle d’Anne, de Comblain-au-Pont, mais avec le monogramme IHS au sommet de la croix. »

 

Monsieur Maurice Fanon, de Bomal, a lui aussi fait une recherche très minutieuse et très complète dont j’extrais ce qui est relatif à l’abbaye de Montécassino. « C’est et ce fut un conservatoire de piété, m’écrit-il, mais aussi d’art et de culture, un haut lieu mondial de civilisation. Aux XIe et XIIe siècles, l’abbayes fut un des plus brillants foyers spirituels de l’occident, un musée inégalé de l’art du moyen âge, mais il connut d’innombrables vicissitudes (destructions, reconstructions…) L’abbaye paya un tribut énorme en fin de guerre avec son anéantissement total.  En quelques mots, Maurice Fanon nous raconte ce qui s’y est passé : La guerre n’en finit plus, l’affaire commence… le mont est un verrou sur la route de Rome, pression des alliés et « neutralité » du couvent – trésors universels à épargner, évacuation partielle, système allemand de défense. Le 15 février 1944 (il y a tout juste 65 ans), 142 forteresses volantes apparaissent provoquant les ruines. Le 17 mai, c’est le retrait allemand ; le 18, le drapeau polonais est hissé sur les décombres et, le lendemain, une messe est dite dans les ruines ! Le général Clark déclarera à ce propos : «Je dis que le bombardement de l’abbaye fut une faute… non seulement une faute dans le domaine de la propagande, mais aussi une erreur tactique qui retarda la victoire et augmenta nos pertes. » En 1960, le Mont Cassin était reconstruit et reprenait son œuvre civilisatrice. La paix se rétablissait et ces lieux virent le rassemblement des anciens combattants des 16 nations, des deux camps, qui furent mêlées à la bataille. Montécassino devenait synonyme de réconciliation. Ainsi, notre époque tendait la main par-dessus les haines et les siècles à celle où saint Benoît fonda la célèbre abbaye. »

Madame Maria Hertaux, de Marcouray, précise que cette « médaille clouée derrière la porte d’entrée préserve de tous les dangers. Saint benoît est également vénéré dans l’abbaye de Maredsous. »

   Monsieur Georges Riollay, de Neupré, a consulté un ouvrage de spécialiste dû à la plume de Roger de Lafforest dont je retiens les éléments suivants : « De toutes les médailles connues, la plus puissante est celle de Saint-Benoît (…) Pour être active, cette médaille doit être bénite par un bénédiction ou un prêtre ayant reçu délégation et pouvoir d’un père abbé de l’ordre de Saint-Benoît. Les initiés prétendent que plus elle est grande plus elle est efficace. A mon avis, son diamètre n’a pas tellement d’importance, car j’ai constaté, dans des dizaines de cas, qu’elle avait été capable sous son plus petit format de remplir son rôle de protecteur. Evidemment l’idéal est de choisir le métal de la médaille en tenant compte des analogies astrologiques : le solarien devra préférer l’or, le lunarien l’argent, le vénusien le cuivre, le martien le fer, le saturnien le plomb, etc… mais ce n’est qu’un raffinement. »

L’abondance des courriers reçus à ce propos me conduira à revenir, la semaine prochaine encore, sur ce passionnant sujet au sein duquel se mêlent intimement histoire, sacré et folklore.

 La Petite gazette du 28 février 2001

AU SUJET DE LA MEDAILLE DE SAINT BENOIT

Même si je suis habitué à recevoir de nombreux courriers chaque semaine, il n’est pas habituel d’en recevoir autant sur le même sujet. Loin d’être un reproche, c’est un bien agréable constat que je fais car vos envois contenaient de formidables documents et de précieux renseignements au sujet de cette médaille.

Monsieur Fernand Hotia, de Tinlot, m’a adressé le dessin qu’il fait de cette pièce découverte par son fils, Philippe, dans un bois. Cette pièce est bien conservée, elle est faite dans un alliage de bronze et de cuivre ; elle présente de nombreuses similitudes, notamment dans les inscriptions qu’elle porte, avec celle présentée par Anne, de Comblain.

003

   Madame Theate, de My, apporte des informations intéressantes sur les symboles présents sur la médaille que nous étudions avec soin : « Aux côtés de saint Benoît, on peut voir un corbeau (et non pas une colombe comme on pourrait le supposer) et une coupe et un serpent. Ces deux représentations accompagnent généralement l’effigie de saint Benoît car elles illustrent deux passages connus de sa vie. Saint Benoît vécut trois ans, en ermite, dans une grotte près de Subiaco (Latium), mais un corbeau venait chaque jour le déranger en faisant un tel bruit qu’il était devenu impossible au saint de prier. La coupe illustre un autre épisode de la vie du saint ; celui-ci quitta sa grotte pendant un court intermède afin de diriger le monastère de Vicovro, dont les moines l’avaient supplié d’être leur abbé. Ils le trouvèrent bientôt trop sévère et versèrent du poison (probablement du venin de serpent) dans son vin. Avant de boire, saint Benoît fit le signe de croix au dessus du verre qui se brisa aussitôt et le saint fondateur put ainsi regagner sa retraite en bonne santé. »

Mme Joris, de Samrée, signale que « saint Benoît est invoqué contre les maléfices du démon, contre les incendies et pour que les voleurs soient écartés. » Elle explique ensuite les symboles présents sur cette médaille : « Saint Benoît instruit ses disciples, tenant un livre dans sa main. L’oiseau répond au nom de merula (merle), oiseau de Satan. Ainsi saint Benoît fit le signe de croix, car il était possédé du démon. La coupe : son gouverneur était très austère et pour se débarrasser du maître, ils empoisonnèrent son vin. Avant de le boire saint benoît bénit la coupe qui se brisa. Le serpent : saint benoît se roula sur un buisson hérissé d’épines ; le buisson se changea en rosier et les roses portent des petits serpents comme des gouttes de sang. Tout ceci se rapporte au maléfice du démon.

Monsieur le Rd Huart, de Govet signale que cette médaille était, autrefois, un signe distinctif donné aux oblats et religieux.

Un correspondant anonyme précise qu’il existe dans le Limbourg, à Herstappe, un pèlerinage organisé annuellement en l’honneur de saint Benoît, que l’on invoque pour guérir du zona.

Monsieur Jules Trussart, de Champion, a, lui aussi ouvert sa documentation pour compléter notre information au sujet de cette médaille. Il a extrait cette prière d’un ouvrage de l’abbé Julio, Prières merveilleuses pour la guérison de toutes les maladies physiques et morales, (reproduction de l’édition de 1896) La diffusion scientifique, Paris, s.d.

« O Croix du saint Père Benoît, O Croix sainte, sois ma lumière, Que le dragon ne soit mon chef : Retire-toi bien loin, Satan ! Jamais ne me conseille aucune vanité : le breuvage que tu nous verses, c’est le Mal ; Bois toi-même tous tes poisons. Vive jésus ! »  Mon correspondant a joint à son envoi ce petit document attestant de l’inscription, en 1943, d’une demoiselle en qualité de membre de l’Association Saint-Benoît, de l’Abbaye de la Cambre à bruxelles.

004

   Monsieur Georges Japsenne, de Chênée, nous apporte également des informations originales sur cette médaille : « Cette médaille n’est pas un talisman ou un grigri tout comme la médaille miraculeuse proposée par la très Sainte vierge Marie, en 1830, à la rue du bac à Paris, à Catherine Labouré. Ces médailles doivent être bénites par un prêtre et portée avec foi ou mises dans la maison pour la protéger. C’est courant de la porter au cou avec une petite chaîne. Il y a encore plusieurs abbayes bénédictines en Belgique : Maredsous et, plus près de chez nous, entre Stavelot et Malmédy, à Wavreumont. Signalons également Clervaux, au Grand Duché de Luxembourg. »

Monsieur Clément Seffer, de Waimes, apporte quelques précisions quant à l’origine de cette médaille : « L’origine de cette médaille est assez mystérieuse : on a découvert un manuscrit du XIVe siècle orné d’une gravure montrant une femme qui représente la figure du monde pécheur, elle offre à un moine une coupe empoisonnée, celui-ci symbolise la religion, il brandit une croix pour se défendre contre la tentation, et, en guise d’explication, nous retrouvons les textes repris sur la médaille. La première médaille telle que représentée aurait été frappée en 1647. »

Je tiens également à remercier toutes celles et tous ceux qui ont répondu à l’appel lancé par Anne, de Comblain, et notamment M. Léon Thomas, de Bouillon, M. Gilles Van Den Branden, de Xhignesse, M. Franz G. Carlier, d’Andoumont, M. ou Mme N. Dupont, de Sprimont .

LES SAINTS PROTECTEURS DU BETAIL

La Petite Gazette du 22 mars 2000

CES SAINTS PROTECTEURS DU BETAIL

Il y a quelques semaines, Monsieur Georges Hext, de Chênée, faisait appel à vous pour parfaire ses connaissances à propos des saints guérisseurs de bétail. Comme d’habitude, vous avez été prompts à lui répondre et il me serait impossible de publier tout ce que j’ai reçu pour lui. Aussi vais-je me borner à vous en donner un aperçu seulement.

Madame Marcelle Cornet, de Hotchamps,  nous a encore fait le plaisir de plonger dans sa belle collection pour en extraire ceci :

001

     « En l’église de Deigné, il y a une belle statue de Ste-Brigitte. Il n’y a pas bien longtemps encore, le 1er février de chaque année, une messe était célébrée en son honneur. Les paroissiens et ceux des villages avoisinants y assistaient nombreux. Après la messe, une grande bassine remplie d’eau était bénite et chacun pouvait en emporter chez soi un flacon ou une petite cruche. Vous pouvez lire la prière que l’on distribuait ce jour-là. La légende veut que sainte Brigitte possédait une vache. Un jour, de nombreuses personnes se trouvaient chez elle et la sainte se présenta, à plusieurs reprises, sous la vache et, chaque fois, put tirer du lait et ainsi rassasier ses nombreux convives. »

Monsieur Balthasar Guissart, de Fraiture Tinlot, a également tenu à nous confier ce qu’il savait de cette sainte Brigitte :

« Avant la guerre de 40, il existait à Fraiture-Tinlot un pèlerinage à sainte Brigitte, le 1er lundi de mai. En son honneur,  monsieur le curé célébrait une messe à 10h. et une foule nombreuse y assistait. Je viens de retrouver, dans un vieux missel, la prière qui était récitée en son honneur. « Glorieuse sainte Brigitte, vous avez reçu le don de dieu de préserver le bétail de tout accident et maladie contagieuse ; daignez, nous vous en prions, intercéder pour nous afin que notre bétail reste sain et sauf et, qu’un jour, nous puissions, avec vous dans le ciel, glorifier dieu et le louer dignement toute l’éternité. Ainsi soit-il ! »

Tous les assistants déposaient leur offrande à la collecte, qui était importante, et achetaient des médailles de la sainte à la sortie de l’église, pour les mettre dans les étables.

Sainte Brigitte est une mystique suédoise qui vécut de 1302 à 1373. Mère de sainte Catherine de Suède, sa statue se trouve, à droite, dans l’église de Fraiture. En dessous, il y avait un tronc toujours bien approvisionné ; maintenant il n’existe plus, de toute façon, il serait dépouillé ! Depuis longtemps, le pèlerinage n’existe plus.

Je me souviens d’une anecdote : un jour, monsieur le curé, sortant de l’église après la messe, vit arriver une pauvre vieille ayant l’air minable et triste. Elle accoste le prêtre et lui demande : « Mossieu l’curé, wisse esse t’elle, li sinte qu’on preie po lès bièsses, mi pôve gate èst si malade ?» « La troisième statue à droite, Madame. » « merci, mossieu l’curé, dju dirè one bone pryère po vos ». Il partit, après remercié, mais tout en riant de se sentir désormais bien classé. »

Mon correspondant poursuit son courrier en signalant que « on priait aussi saint Hubert, le 3 novembre, et ce jour-là, le prêtre bénissait les pains qu’on distribuait aux animaux. On priait aussi saint Antoine l’Ermite, accompagné de son petit cochon, le 17 janvier.

Aujourd’hui, plus de pèlerinage aux saints guérisseurs, ni pour les gens, ni pour les animaux. Plus de prêtres pour célébrer les offices. La science a remplacé la prière ; maintenant, les médecins et les vétérinaires sont assez nombreux pour guérir toutes les maladies, mais à coups de billets. »

Le folklore lié à ces saints guérisseurs du bétail et aux lieux où ils sont invoqués a également ses « musts ». Jugez plutôt ce que me transmet cette correspondante de Dolembreux.

« Le curé (ou le doyen) de la paroisse de Nassogne, en faisant visiter son église à notre groupe de pensionnés, nous a montré la statue de saint Monon.  A son sujet, il nous a conté l’anecdote suivante. Un brave paysan vient à l’église faire ses décotions et demande au curé : « Wisse esse ti, Moncheu l’curé, li sint qu’on preie po lès bièsses ? » Alors lui désignant saint Monon, il lui dit : « C’èst ci là vèye Madame »  « Vos esté bin binamé, Moncheu l’Curé, dji li va dire ine priyire por vos ! » et ma correspondante de préciser que cette anecdote est authentique et, en effet, je ne doute pas un seul instant que cette plaisante histoire est racontée en de nombreux lieux.

Un grand merci à mes correspondants pour les précieux renseignements qu’ils nous communiquent, mais aussi pour les documents et les anecdotes qui les accompagnent. Nous y reviendrons encore la semaine prochaine.

La Petite Gazette du 29 mars 2000

LES SAINTS GUERISSEURS DU BETAIL

     L’appel de Monsieur Georges Hext, nous l’avons déjà constaté, a généré de bien intéressants courriers. Cette semaine nous partirons à la rencontre de la contribution de Madame Virginie Dussart, du Syndicat d’Initiative et de Tourisme d’Erezée, qui a eu la bonne idée d’extraire quelques passages de « L’Almanach des vieux Ardennais, Traditions et Saints de l’automne », édité par le musée en Piconrue, à Bastogne et d’autres documents relatifs au culte de Saint-Monon. Il y est, bien évidemment question des célèbres « remuages »

« Pendant la procession, les agriculteurs, qui y assistent, arrachent des branches aux arbres qui longent le chemin suivi par les reliques. Lorsque la châsse passe, ils y frottent les feuillages. Ils les ramènent chez eux pour les donner à manger à leurs animaux ou les pendre dans les étables. A Beausaint, on les garde pour en faire une infusion qui est donnée à boire aux veaux atteints de diarrhée.(…)

Protecteur des cochons, Monon est devenu le patron des bovins et des animaux de ferme.

A Marcourt, on recommande de l’invoquer tout spécialement lors des vêlages. A Noirefontaine, sur une bannière des années  1900, Monon est dit Assurance contre (la) mortalité (des) animaux. »

Monsieur Etienne Compère, de Remouchamps, m’a remis un article qu’il a signé dans la revue « Glain et Salm Haute Ardenne » (numéro 46, de juin 1997). Il y a recopié fidèlement, en respectant la forme et l’orthographe de l’auteur, de nombreux remèdes à destination des hommes ou des animaux puisés dans le « livre de raison » de Jean Mathieu Paquay (1797 – 1887), charretier à Vielsalm. A titre d’exemples, je vous livre ceux-ci :

« Remède pour une entors a une personne ous a un chevals

   Il faut metre le pies une demis lieux dans laux.

   Recette pour une vache qui hurine du sang

   Il faut prendre un blanc merte de chien et le mettre cuire dans un litre de bon lai et le donné  a la bete a jeun.

   Recette pour un vache qui a la maladie de poumon

    2 poinies de sel – une demis litre aux – une demis litre vinaigre de pomme. Il faut lui donne cette beuvage 4 jours et tous le jours il faut lui lavez la bouche avec un linge ataché a un bois avec le même beuvage. A pres les 4 jours il faut un demis livrs sel dangleterre – un jagtte drène de lains – 2 litre et demis aux et le metre bouir ensembre ; a près cela il faut lui donne le premier beuverage 8 jours et luis lavee la bouche et luis metrte une jenette a la bouche avec un gros noeque pandant un heurs.

    Recette pour faire aller le vage a toros

    Il fait prandre de bolet de cerf pour 3 sous et leire faire manger avec du buveage a plus jeurs fois. Cette recette peut servirs pour empaicher un cochon de venir en choleurs, il faut prandre de bolet de cerf pour 3 sous et leurs donner tout le 8 jours seur leurs mange peut a la fois.

    Remède pour un chevals forbus

    Il faut le faire saigne et puis le metre dans laux jusquas aux jenoux pandans une demie lieux. »

    Monsieur Compère en a ainsi répertorié plus de cinquante ! Pour ceux que cela intéresse, vous avez les références de la publication qui accueillit cet article.

    A nouveau à un grand merci à mes correspondants pour la qualité des réponses apportées à Monsieur Hext, qui me charge de les remercier chaleureusement.