A LA DECOUVERTE DU SOUGNE HISTORIQUE ET INSOLITE AVEC RENE HENRY

A LA DECOUVERTE DU SOUGNE HISTORIQUE ET INSOLITE AVEC RENE HENRY

Ce samedi 24 août 2019, à 14h30, au départ de l’école communale « La Redoute » à Sougné-Remouchamps, il vous est proposé une balade commentée, vraiment accessible à tous, dans les rues pittoresques du village à la découverte des intéressants témoins du passé qui, grâce aux commentaires qui vous seront donnés, n’auront désormais plus de secret pour vous.

Photo SR 24 août

Certaines entrées majestueuses de belles demeures du village voient encore les piliers de pierre soutenant les grilles de fer forgé assorties de chasse-roues. Vous comprendrez l’ingéniosité de ce système accordant sa double protection aux piliers et aux moyeux des chariots, charrettes et voitures.

Vous vous arrêterez devant un imposant calvaire dressé il y a plus de 180 ans et apprendrez, sans doute, comment, grâce à lui, bien des paroissiens de Sougné ont évité un trop long séjour au Purgatoire. Dans notre pays carrier, le culte de sainte Barbe a connu des heures fastes; vous irez à la rencontre de ce qu’il reste de cette dévotion. Vous apprendrez également comment nos anciens se préservaient des sorcières, quels moyens physiques étaient à leur disposition pour soulager différents maux. Vous foulerez les traces d’un des plus célèbres bandits de notre Ardenne au XIXe siècle et vous marcherez sur le corps d’un défunt car c’était là sa volonté.

Vous serez ensuite plongés dans l’ambiance délétère du 18 septembre 1794 au cœur des combats opposant Autrichiens et Français avant d’évoquer pour vous la mise sous séquestre de l’église, la vente de son mobilier et l’organisation de messes clandestines. Cette balade sera évidemment aussi l’occasion de rappeler le souvenir de quelques célébrités locales, Marcellin La Garde et Gustave Francotte par exemple.

eglisesougne montage photo

Les récollets ont également vécu à Sougné, vous découvrirez les souvenirs qu’ils nous ont laissés et dont on parle toujours aujourd’hui alors que leur ordre religieux a été supprimé il y a déjà plus de deux siècles. Enfin, vous apprendrez pourquoi des seins, dévoilés en 1926 et toujours visibles de nos jours, ont perdu de leur volume.

En vous promenant, sous la conduite de René Henry, dans les petites rues de ce très beau village, vous serez invités à porter les yeux sur les innombrables, et parfois très discrètes, traces du riche et insolite passé local. Au retour à l’école communale, vous découvrirez encore de très nombreuses photographies, modernes et anciennes, des biens du petit patrimoine populaire du village. Enfin, l’après-midi se terminera à table avec la dégustation d’un appétissant barbecue.

P.A.F. pour la balade commentée + l’expo + le barbecue : 20€/ personne et 10€/enfant jusqu’à 12 ans.

Pour une parfaite organisation, vous êtes invités à vous inscrire sans tarder en téléphonant à Raoul Noé au 0496 66 42 78

Les Journées du Patrimoine 2018 à Aywaille

Les Journées du Patrimoine à Aywaille ont connu un extraordinaire succès et rassemblé un très nombreux public de personnes intéressées par les traces que notre riche passé a laissées sur le territoire de notre commune.
20180908_145608
A Raborive, la Brasserie Elfique avait judicieusement choisi ce weekend pour proposer un alléchant programme de festivités à l’occasion de l’inauguration officielle de leurs toutes nouvelles installations. A cela aussi, le public a répondu nombreux et s’est montré particulièrement enthousiaste.
20180908_150115
Des visites de la brasserie ont été commentées par son artisan, André Grolet, et des commentaires historiques sur l’incroyable passé industriel de ce site y ont été distillées, avec humour et passion, par René Henry.
20180908_151852(0)
L’historien aqualien a reçu l’aide précieuse de ses deux fils, Raphaël et Renaud, pour produire une vidéo qui, en une petite vingtaine de minutes, vous raconte un demi-millénaire de vie industrielle à Raborive, vous pouvez la découvrir ci-dessous.

 

Le dimanche après-midi, c’est à l’autre bout de la commune, à Quarreux, que les curieux d’un des aspects parmi les plus insolites de notre passé s’étaient donné rendez-vous.
quarreux
Là également c’est un  groupe très important qui a suivi le cours de la Chefna jusqu’à la mine d’or qui fut exploitée en ces lieux au début du XIXe siècle. En chemin, les participants à cette balade ont pu suivre une intéressante démonstration d’orpaillage, se nourrir de la légende locale et suivre les explications données par René Henry sur l’or de l’Ardenne.
quarreux2

UN NOUVEAU LIVRE SUR AYWAILLE ET SPRIMONT

LE BERCEAU INDUSTRIEL D’AYWAILLE ET DE SPRIMONT

Les toutes nouvelles installations de la brasserie Elfique sont en voie de parachèvement à Raborive (Aywaille), dans un site remarquable à différents points de vue. Cette nouvelle ligne de production va incessamment voir le jour à l’ombre des somptueuses ruines du donjon de Neufchâteau-sur-Amblève et en face de la célèbre fermette dite de la Mohinette, dont Marcellin Lagarde a raconté l’histoire. Ce site est, en outre, un lieu chargé d’histoire puisque c’est sur les terres s’étendant entre Florzé, Raborive, Martinrive et Rouvreux que Jacky Jacobs (✝), René Jacobs et René Henry, les auteurs de cette étude parue dernièrement, ont localisé « Le Berceau industriel d’Aywaille et de Sprimont ». Pareille affirmation surprendra sans doute celles et ceux qui ne connaissent pas encore la richesse industrielle de ce petit territoire partagé aujourd’hui entre les communes d’Aywaille et de Sprimont mais qui, jusqu’en 1794, relevait de plusieurs seigneuries et états différents.

Carte couverture

La richesse du sous-sol, l’Amblève navigable et productrice d’énergie et la réunion des limites de ces seigneuries et de ces états furent identifiés comme de véritables atouts par d’audacieux entrepreneurs il y a près d’un demi-millénaire déjà.

Bien avant qu’on y exploite la pierre et le sable, ce petit territoire vit se développer une importante industrie métallurgique, on y exploita aussi l’alun, une matière première d’une importance capitale aux XVIIe et XVIIIe siècles. Emblève connut ensuite une importante verrerie où se fabriquaient les bouteilles à eau de Spa et à eau de Bru, produits essentiels au développement d’un très important commerce. Là ne s’arrête pas la liste des « usines » qui s’élevèrent en ces lieux : un imposant moulin à quatre roues produisit du papier, il fut même question d’y installer une manufacture de draps.

za 21Ce fut ensuite l’industrie de la pierre qui investit les lieux et ce sont d’ailleurs de magnifiques bâtiments de cette époque qui verront très bientôt grandir et se développer considérablement la brasserie Elfique. elfique-logo

Toutes ces activités dopèrent l’économie locale en réclamant aussi une main-d’œuvre importante pour acheminer, par voie terrestre et par voie d’eau, les matières premières vers ces industries et pour en transporter les produits finis.

Guidés par les auteurs, vous partirez à la découverte de toutes ces entreprises; ils vous mèneront en outre à la rencontre des étonnante facettes des personnalités qui investirent tant en ces lieux : les de Hauzeur, les Desandrouin, les Penay… et, plus proches de nous, les Marcellis par exemple. Ces représentants de grandes familles d’industriels ou de commerçants hennuyers, liégeois ou verviétois vous seront mieux connus grâce aux très nombreux documents présentés dans cet ouvrage : des pièces de procès, des actes officiels, des testaments… Vous les verrez alors comme ils étaient vraiment : de véritables précurseurs du capitalisme.

Ce nouvel ouvrage de la collection P.A.C. Aywaille est édité par la maison liégeoise Dricot, gage de qualité, il a été officiellement présenté le 5 mai dernier. Il compte 122 pages au grand format (A4) et recèle plus de 70 illustrations pour la plupart tout à fait inédites et dont certaines sont présentées en pleine page et en quadrichromie.

20161014_160851

Vous pouvez bien entendu acquérir ce livre  en versant 25€ (Frais de port inclus) sur le compte bancaire BE29 0682 0895 1464 de P.A.C. Aywaille à 4920 Aywaille avec la communication « Berceau industriel ».

 

Les Pratiques de la médecine populaire, une conférence ce vendredi 23 mars à Malmedy

Conférence sur « Les pratiques de la médecine populaire » le vendredi 23 mars à Malmedy.

Dans le cadre de son 120ème anniversaire, le Royal Club wallon organise trois conférences sur des sujets variés. La première aura lieu au Malmundarium (salle du Chapitre), place du Châtelet, 10 à 4960 Malmedy, le vendredi 23 mars 2018 à 20 heures. Elle sera donnée par René Henry, historien régional, chroniqueur au Journal Vlan-Les Annonces.

R_HENRY-3 « Je ne suis ni médecin, ni pharmacien » ». Pourtant, c’est bien dans un monde parallèle à ces deux derniers que René Henry vous plongera, en abordant le thème des  pratiques de la médecine populaire. Ses propos sont le résultat de plusieurs décennies de recherches, de rencontres ou d’échanges mis en perspective avec une question sous-jacente : comment après plusieurs siècles, de telles pratiques sont-elles toujours en vogue ? La médecine populaire est aujourd’hui encore  très vivace et toutes les familles perpétuent ces traditions.

L’exposé se veut à mi-chemin entre l’histoire et l’ethnologie. René Henry vous emmènera à la découverte de ces bergers de chez nous, observateurs attentifs de la nature, de ses vertus. Il vous fera rencontrer ces maréchaux-ferrants, gardiens, dans une moindre mesure, d’un savoir capable de guérir le bétail. En effet, au départ, toutes ces pratiques de médecine sont destinées au bétail, richesse d’une famille. Puis un glissement s’est opéré. Sans doute suivant une idée que si c’est bon pour les bêtes, cela doit être bon pour les gens, du « r’pougneu » au barreur de feu, d’une foulure d’un cheval aux coliques d’un veau, on va s’orienter vers les ennuis musculaires des adultes ou les problèmes intestinaux des enfants.

Seront évoqués les « paquets » composés de plusieurs substances, certaines neuvaines à faire à tel ou tel saint, en y intégrant la récupération de la religion catholique de ces remèdes de « bonnes femmes ». Un terme qui, lui aussi sera nuancé… une importante contribution à notre mémoire collective.

Le Conseil d’administration du Royal Club Wallon

003

 

Pourquoi y a-t-il autant de châteaux dans notre région? Que servait-on à la table des seigneurs? Conférence à Hamoir ce jeudi 22 mars

Visitons nos châteaux, découvrons leurs cuisines et asseyons-nous à la table du seigneur…

Une conférence de René HENRY, ce jeudi 22 mars à 14h. à la cafeteria du hall omnisport de Hamoir, à l’initiative du Conseil Communal des Seniors.

002

 

 

 

Nous vivons dans une région dans laquelle on compte un nombre très impressionnant de châteaux, de forteresses, de tours… René Henry, historien régional et chroniqueur historique bien connu, viendra vous expliquer les raisons qui poussèrent à la construction de ces impressionnants monuments. Il vous en contera, avec sa verve et son humour habituels, l’évolution, les transformations et même, pour certains, leur destruction.

Durant cet après-midi, notre conférencier se propose également non seulement de vous faire visiter ces châteaux mais aussi de vous permettre de vous installer à la table des seigneurs de l’époque et de découvrir ce qu’il y avait alors dans leurs assiettes. Ce voyage dans le temps promet d’être étonnant à plus d’un titre car vous pourrez quitter les clichés traditionnels qui s’imposent à l’esprit quand il est question de cuisine sous l’ancien régime. En vous détaillant les menus présentés, l’aspect étonnant que revêtaient les plats servis, la subtilité de leurs parfums et les incroyables menus de l’époque,  René Henry vous fera revivre les repas fastueux servis à la table de la noblesse tout en vous narrant, avec force anecdotes, les usages de la bienséance à y respecter.

Où mangeait-on ? Quels couverts étaient alors utilisés ? Comment s’installait-on à table ? Comment se déclinaient les différents services ? Combien de plats étaient servis ? Quels étaient les goûts à la mode ? Comment bien se tenir à table ? Autant de questions qui trouveront leurs réponses durant cet après-midi. Avec l’orateur du jour, vous pourrez ensuite vous installer à la table dues Princes-Evêques de Liège au XVIe siècle et découvrirez une table somptueuse où lors de certains banquets de prestige plus 100 plats différents étaient mitonnés… Bien entendu, vous serez également conviés à suivre votre guide du jour jusque dans les cuisines où s’afférait parfois une véritable armée de marmitons, jonglant avec d’étonnantes épices pour l’époque. A chaque surprise en succéderont de nouvelles… pour un plaisir garanti.

C’est donc à une très intéressante et très amusante rencontre avec un des aspects de notre passé régional resté très inconnu que vous êtes invités ce jeudi 22 mars prochain, à 14h. en la Cafeteria du cafétéria du Hall Omnisport de Hamoir. Ce serait vraiment dommage de manquer ce rendez-vous !

Une organisation du Conseil Communal des Seniors

LA CHAPELLE ST-HILAIRE DE BRUME A 250 ANS : CONFERENCE ET CONCERT LE 18 JUIN

La chapelle de Brume est à la fête ce 18 juin prochain!

En 1767, les habitants du hameau de Brume obtiennent enfin leur chapelle, s’épargnant ainsi de lourds déplacements vers l’église paroissiale de Wanne dont ils dépendaient alors.

brume chapelle

Fraîchement remise à neuf, cette charmante vieille dame,  toujours accueillante grâce à la disponibilité de Madame Nicolay, se veut un des rares endroits encore accessibles pour le recueillement comme pour accéder à un moment de repos loin de l’agitation quotidienne.

Ce patrimoine chargé d’Histoire et de petites histoires se veut, ce 18 juin de 15h à 20h  un lieu de fête pour ceux qui lui sont attachés comme pour les amoureux de notre belle région et de ses richesses à protéger !

Après une messe en wallon chantée dès 15h  par la chorale Cécilia de Géromont, nous laisserons la place à la partie profane des festivités. 

Dès 16h,  René Henry, auteur et chroniqueur  à la « Petite Gazette  des Annonces de l’Ourthe reviendra  au travers de l’histoire de cette chapelle sur l’histoire de la progressive christianisation de nos campagnes dès le VIIème siècle.

De 17h à 19h, tartes et gâteaux réjouirons gracieusement les gourmands tandis que la chorale Cécilia de Géromont nous reviendra avec quelques chansons profanes en wallon.

Nous clôturerons cette belle après-midi par une « Echappée musicale » proposée en collaboration avec l’asbl «Les chemins d’Elise » : un duo aérien et original, où ondoient et virevoltent la harpe envoûtante d’Anaëlle Ziadi et la flûte enjôleuse de Delphine Antoine. Un « Ave Maria » par le célèbre chanteur de notre région, Denis Gabriel, sera entonné pour conclure cette échappée musicale.

Simple et divin !

Une organisation de l’Espace culturel de Trois-Ponts en partenariat avec l’ASBL « Les chemins d’Elise », le RSI Trois-Ponts et surtout l’investissement sans mesure de Madame Nicolay.

001

CONFÉRENCE | Les 250 ans de la Chapelle Saint-Hilaire de Brume

«  HISTOIRE DE NOS CHAPELLES » le dimanche 18 juin à 16h à la Chapelle de Brume

Conférence donnée par René Henry, auteur et chroniqueur à la « Petite Gazette des Annonces de l’Ourthe »

002

Amoureux de nos vallées et plateaux, René Henry leur a déjà consacré plusieurs ouvrages d’histoire régionale et de folklore. A l’heure de l’anniversaire de la chapelle, élevée en 1767, une remise en contexte par un tel spécialiste était tout indiquée. Se lancer à la découverte de nos chapelles, c’est partir à la rencontre d’un patrimoine chargé d’histoire, de tradition tantôt religieuses tantôt populaires et témoignant toujours des peurs, des drames, des joies et des espoirs des populations locales.

 

La conférence sera suivie d’une réception d’anniversaire ouvert à tous et se clôturera par un concert classique « musique aux chapelles ».

Info et rés. : espaceculturel@troisponts.be – 080/292460
PAF :
Conférence : 3€ | gratuit pour les – de 16ans

          Concert : 8€ en prévente – 10 € sur place – Gratuit – 16 ans (Places limitées)

LES TOUTES PROCHAINES CONFERENCES…

J’AVAIS 10 ANS EN 1960… UNE EXPO A DECOUVRIR BIENTÔT AU MUSEE DE WANNE ET DEUX CONFERENCIERS : L’Abbé J-P PIRE et René HENRY

Le Musée de Wanne – maison vivante du temps qui passe – vous propose, dès ce mois de mai, une exposition consacrée aux années ’60, période abordée avec les yeux d’un enfant de 10 ans d’où le titre choisi : Expo 10/60

Dans le cadre de cette manifestation, deux causeries sont d’ores et déjà programmées.

Le vendredi 2 juin, à 20h., l’Abbé Jean-Pierre Pire, Doyen de Liège et ancien professeur au collège St-Roch de ferrières, traitera d’un sujet passionnant : « Le Concile Vatican II : un avant et un après »

Ce concile, qui mobilisa les Evêques du monde entier entre 1962 et 1965, est remarquable par le nombre considérable et l’importance des propositions qui en sont ressorties et qui modifièrent, bouleversèrent même, l’Eglise catholique romaine.

 

Avant cela, le Musée me fait l’honneur de m’inviter une nouvelle fois, ce sera le jeudi 11 mai prochain à 20h., pour évoquer la « grève du siècle », celle qui paralysa la Wallonie durant l’hiver 1960-1961.

001

Pour vous, je reviendrai sur cet important mouvement social, la grève générale, développé contre le programme d’austérité, la fameuse Loi unique, du Gouvernement Eyskens. Je vous tracerai alors un aperçu de la façon dont cette grève a été vécue en dehors des centres industriels. Les ouvriers du bassin industriel liégeois originaires de l’Ourthe-Amblève, du Condroz ou de l’Ardenne, ont eux aussi vécu ou subi ces cinq semaines de grève. Pour leur venir en aide de nombreuses initiatives se sont développées, nous irons à la rencontre de certaines d’entre elles. Je vous inviterai à suivre les prémices de la grève, ses développements, ses errements et, bien entendu ses conséquences sur les mutations idéologiques et structurelles dont la nécessité se révéla alors.

Deux dates à bloquer d’ores et déjà dans votre agenda.

Ce sera une occasion agréable de nous rencontrer et d’évoquer ce sujet, vos nombreux témoignages en font foi, qui vous intéresse. Au plaisir de vous y rencontrer.