LA FABRIQUE NATIONALE (F.N.)- SES DIFFERENTS SIGLES ET CERTAINES DE SES PRODUCTIONS

La Petite Gazette du 23 janvier 2013

SUR QUOI ÉTAIT APPOSE CETTE PLAQUE DE BRONZE PORTANT LE SIGLE FN ?

Monsieur Jean-Pierre Beaufays, dont vous avez souvent l’occasion d’apprécier les connaissances en matière de véhicules anciens, fait appel à vous pour tenter de percer ce qui constitue un mystère pour lui. Aussi espère-t-il que les spécialistes de la F.N. se pencheront sur le sujet. Il vous soumet cette photo d’une plaque en bronze coulé avec le logo FN en relief que lui a donnée, il y a quelque temps, un ami qui connaissait sa passion pour les véhicules anciens.

FN 1

 

Mon correspondant précise : « Ses dimensions sont de 17 X 13 cm et son épaisseur de 5 mm.

A ma connaissance, elle ne provient d’aucun véhicule terrestre mais peut-être devait-elle être fixée sur du matériel industriel ou ferroviaire.

Cet objet ne doit pas être très rare car j’en ai déjà vu d’autres exemplaires sur des brocantes.

Curieusement, elle n’est percée par aucun trou de fixation mais peut-être provient-elle d’un ancien stock qui n’a jamais été utilisé.

J’espère que, parmi les lecteurs de La Petite Gazette, un spécialiste de la FN pourra nous en dire plus. »

Je l’espère également et vous demande de me communique tout ce que vous savez sur le sujet.

La Petite Gazette du 6 février 2013

CE SIGLE « F.N. »

Monsieur Martin Huwart, de Ville-au-Bois, est le premier à nous transmettre son avis à propos de ce sigle et nous l’en remercions.

A propos du sigle FN, je pense que ce logo « Art déco » était en service exclusivement pour la division « Armes et munitions ». On le retrouve sur les plaques de couche des pistolets Browning faits à Liège et ce logo est aussi en première page du livre-souvenir des premières 25 années de la FN dont j’ai un exemplaire.

  1. Beaufays a tout à fait raison, tous les véhicules terrestres (vélos/motos/voitures) avaient un logo différent, montrant un pédalier croisé avec un fusil entre les lettres FN. Ce pédalier sera plus tard stylisé et le fusil disparaitra.

Je pense que cette plaque est tout bêtement une décoration d’étalage, distribuée aux différents armuriers, d’où l’absence de trous pour la fixer. Je crois me souvenir d’un tel truc dans la vitrine de BURY-DONCKIER au Passage Lemonnier dans les années 1950-1953.

Je suis curieux d’avoir d’autres commentaires. »

La Petite Gazette du 13 février 2013

A PROPOS ENCORE DE CE SIGLE FN

C’est au tour de monsieur Alexandre Steenebrugen, de Warre-Tohogne, d’apporter une réponse à M. Beaufays:

“Il s’agit là du logotype de la fabrique créé en 1906 et qui fut apposé sur des armes, cycles, automobiles et, occasionnellement, sur divers produits. Vu la taille et la matière de la plaque détenue par M. Beaufays, il pourrait s’agir d’une garniture de calandre d’auto qui, en même temps, indiquait la marque de celle-ci.

001

 

 

 

Ce logo fut encore imprimé, il y a quelques années (1970 – 1980) sur des boîtes d’emballage de cartouches de chasse.”

 

La Petite Gazette du 20 février 2013

ENCORE CE SIGLE F.N.

C’est au tour de Monsieur Robert Mignon de nous transmettre, depuis le Sud de la France, un avis éclairé sur cette question :

« Mon neveu m’a transmis un article de presse relatif au sigle FN et, un appel à des informations complémentaires ; Ayant fait toute ma carrière dans ce groupe, je me suis un peu piqué au jeu et, j’ai effectué quelques recherches. Vous trouverez ci-joint l’évolution du sigle au fil des années. (page 170 du livre d’Auguste Francotte et Claude Gaier « FN 100 ANS »)

002

A mon avis, contrairement à ce qu’affirme Monsieur Huwart, le second sigle n’est pas Art Déco (puisque créé en 1906) mais, il serait plutôt issu de l’Art Nouveau et probablement du courant porté par Victor Horta. Il a été introduit au moment de la commercialisation des automobiles. Probablement, pour donner une image plus large de l’entreprise en se différenciant du premier (où figuraient un fusil et un pédalier rappelant que la FN fabriquait principalement des armes et des cycles). Je pense que les différents sigles « FN » ont été utilisés sans répondre à une véritable stratégie de marque. Même si celui intégrant le pédalier (très stylisé par la suite) est resté plus attaché à la division « Sports » et plus particulièrement aux motos. Mon ami Claude Gaier, Directeur du Musée d’Armes et « historien retraité de la FN » pourrait certainement en dire beaucoup plus que moi.

Pour la petite histoire, j’ai possédé pendant des années une de ces magnifiques petites plaques ovales en métal émaillé, frappée du sigle en lettres dorées sur fond noir et, munie au dos de deux tiges filetées qui permettaient sa fixation sur des objets et, notamment sur des automobiles. J’espère que ces informations vous aideront dans vos recherches. »

La semaine prochaine, nous découvriront encore d’autres développements à cette enquête.

La Petite Gazette du 27 février 2013

ENCORE LE SIGLE F.N.

Monsieur Raymond Gillet réagit aux propos parus dans La Petite Gazette du 14/02/2013. « Monsieur A. Steenebrugen a tout à fait raison, concernant l’utilisation du logo « FN » sur les emballages de cartouches de chasse. Vous trouverez en annexe le logo sur une partie d’emballage que j’avais conservé et, sur cette partie figure aussi le numéro de référence à utiliser en cas de réclamation. Un puriste pourra peut-être nous éclairer sur la date correspondant à  » 4 Q 4 H 4″.

Cartouches Legia

Pour revenir à cette demande d’identification, il apparait  que la FN  fabriquait elle-même certaines de ses machines-outils, trop spécifiques pour les trouver dans le commerce. La plaque en question est  une marque de fabrique apposée sur ces machines-outils,  ce que m’a confirmé un ancien de la FN. Il semble que cette plaque était apposée aussi sur des machines conçues par la  FN, mais fabriquées pour elle aux USA à Milwaukie et /ou Cincinati.

Ces plaques étaient vissées sur les bâtis des machines .Les trous étaient  forés selon l’état de surface de l’emplacement car c’était brut de fonderie, donc il était rare de trouver une surface plane. Début du siècle dernier, voire  même avant, la FN pour l’usinage de ses produits fabriquait ses machines car pour les  pièces d’armes, cela était tellement complexe, qu’elle n’en trouvait pas sur le marché. Cette plaque en bronze, qui fait quand même 170 mm de large, 150 mm de haut et entre 5 et 10 mm  d’épaisseur, servait simplement comme marque de fabrique vissée sur le châssis. Voici une photo d’une de ces ancêtres datant de 1920.

004

L’ancien de la F.N. interrogé par M. Huwart lui a expliqué que : « C’est la plus petite machine que j’ai connue, fabriquée à la FN. (Voir le sigle fixé dessus), C’est le modèle A1 ou FN10 avec déplacement manuel de la table. Il faut remarquer que cette machine n’a pas de moteur pour faire tourner le mandrin. A cette époque il y avait des manèges (moteurs et axes) en sous – toitures des halls et des courroies qui descendaient vers chaque machine cela ressemblait à une jungle. Il y avait d’ailleurs  un métier de « courroyeur  » à la FN qui ne faisait que de remplacer ou remettre en place les courroies sur les poulies.

Quand je suis entré à la FN, comme régleur,  le parc machine était encore composé à +- 80% de ces machines qui heureusement  avaient un peu évolué , moteurs électriques pour la FN 10, déplacement automatique de la table pour la FN 11 , FN 12, FN 15, FN 16 ( double broche) etc…. et puis des machines plus modernes fabriquées spécifiquement pour la FN par Milwaukee ou Cincinnati »

Merci pour cette passionnante enquête.

 

La Petite Gazette du 13 mars 2013

ENCORE UN SIGLE FN…

Monsieur Daniel Coûteaux, d’Embourg,  sollicite votre aide pour compléter les informations d’un musée suisse… Il vous explique pourquoi :

« Une de mes filles, en vacances en Suisse – dans le Valais – visite un jour une fonderie de cloches. Elle en fait un beau reportage : photos et vidéos. Mettant son nez  – pardon, son objectif –  un peu partout, elle trouve un vélo, un tout vieux modèle, mais tout beau ! Avec étonnement elle y repère un ancien sigle de la FN.

Le fondeur de cloches est tout content et heureux d’apprendre d’où provient ce mystérieux vélo (bicyclette, devrais-je dire) ramassé(e) dans une déchetterie. Il l’a remis à « neuf », avec des nouveaux pneus (neige, bien entendu) et il roule. Tout cela, par simple plaisir de redonner vie à une vieille chose. Votre rubrique permet à ma fille de dater le logo : 1902 !

Elle va en informer le fondeur de cloches ; mais après avoir approfondi l’historique de cette vieille pièce avec, espère-t-elle, l’aide des lecteurs et des gentils correspondants de la Petite Gazette, leurs connaissances et leur documentation.

Sur son beau support, cet ancêtre va bientôt se retrouver dans une vitrine ! Et … en Suisse ! Comment donc est-il arrivé si loin ? Armée suisse … ? Merci de nous aider à éclaircir son histoire. »

La Petite Gazette du 27 mars 2013

A PROPOS DE CE VELO FN PRESENT DANS UN MUSEE SUISSE…

Ce vélo liégeois dans un musée suisse a également retenu votre attention.

Monsieur Emile Perrot nous indique qu’il possède : « l’une ou l’autre information sur le vélo FN qui se trouve dans un musée en Suisse. Les vélos FN avaient un numéro de cadre frappé sous le pédalier. Les vélos FN construits en 1903 avaient un N° compris entre 6000 et 9999.

Je n’ai malheureusement pas les N° des autres années. Ce vélo est un vélo de type acatène (appelé aussi chainless), c’est-à-dire qu’il utilise non pas une chaine de transmission mais bien un arbre et un couple conique! »

Monsieur Jean d’Olne intervient à son tour :

« La « vieille bécane » retrouvée en Suisse a tout de la pièce de collection. En effet, l’original de la photo publiée montre qu’il s’agit d’un vélo de type « acatène », utilisant une transmission par cardan. Ce système avait l’avantage d’être totalement renfermé, évitant aussi bien les taches de cambouis que les sauts de chaîne ou l’accrochage du bas de pantalon.

Autrefois, le système était mono vitesse, ce qui a sans doute contribué à sa disparition. Il y a une quarantaine d’années, j’en avais découvert deux (homme et femme) dans l’extraordinaire accumulation de « trésors » rassemblés par feu le notaire Delrée, de Theux. J’ai tout fait pour en acheter un, mais le brave homme a jugé préférable d’en faire don à la FN … où ils sont allés s’ajouter à toute une série d’engins similaires gardés en réserve pour le musée de la firme.

De nos jours, on trouve de timides essais de réintroduction, principalement pour des vélos de ville. La technique moderne a permis d’utiliser un changement de vitesse dans le moyeu, résultant en vélos acatènes à 6 vitesses. J’imagine que le poids et le coût n’en faciliteront pas la diffusion. J’ajoute une photo de détail qui illustre bien l’aspect de cette transmission. »

FN-acaten__

Enfin, voici les commentaires de Monsieur Raymond Gillet, de Nandrin. « Ce vélo serait de 1904 ou 1905. Vélo FN « CHAINLESS » Type-C 55 (« sans chaine – à cardan »). Remarquez la poignée du seul frein, à droite du guidon; poignée en forme de cuillère ou coquille. Par un système de renvoi accolé à l’axe du guide-fourche la baguette ou tige de frein était munie à son extrémité d’un patin central qui agissait « sur le pneu. A l’origine le garde-boue avant, en bois, commençait seulement à partie du guide-fourche. (Ce qui ne semble pas être le cas sur la photo). Les deux garde-boues étaient constitués d’une lamelle de bois cintrée. Il existait également un modèle « Dame ».”

La Petite Gazette du 2 mai 2013

LA F.N. ET L’AGRICULTURE

Monsieur François Depaye, de Saint-Séverin, aimerait évoquer un aspect, aujourd’hui révolu, de la production de La Fabrique Nationale pour l’agriculture, en vous présentant deux documents. Le premier est une page extraite du catalogue publié à l’occasion du 34e Salon de machines et produits pour l’agriculture, qui s’est tenu aux Grands Palais du Cinquantenaire à Bruxelles, du 14 au 21 février 1954. C’est une publicité vantant les mérites de la machine à traire FN.

machine à traire

Le deuxième document est une photo présentant un électrificateur de clôture sur secteur (date de fabrication inconnue).

electrificateur FN

 

 

 

 

 

Il serait évidemment intéressant d’apporter des précisions sur cette production particulière et moins connue de la FN. Merci d’y contribuer.

 

La Petite Gazette du 26 juin 2013

REVOICI LE FAMEUX VELO ACATENE DE LA F.N.

Monsieur Pierre Baré, Vice-Président du Musée communal de Herstal, ayant appris que la Petite Gazette s’était intéressée à ce type de vélo, signale à tous les lecteurs intéressés que le Musée de Herstal possède un exemplaire de ce vélo :

« C’est en 1896 que la F.N. se lança, pour une période de 30 ans, dans la fabrication de bicyclettes et, en 1898, qu’elle inventa le vélo « acatène » où la chaîne de transmission était remplacée par un pignon.»

Monsieur Bernard Robinet, de Theux, est, lui aussi, propriétaire d’un de ces vélos. Il m’en adresse cette photographie

velo acatène

Mes deux correspondants me transmettent le même document qui, bien mieux qu’un long discours, explique très précisément comment fonctionnait ce vélo sans chaîne dénommé « Chainless F.N. »

003

Un grand merci à mes deux correspondants pour l’intérêt qu’ils portent au contenu de la Petite Gazette alors que, pourtant, ils ne résident pas dans sa zone de distribution…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s