LA FABRIQUE NATIONALE (F.N.)- SES DIFFERENTS SIGLES ET CERTAINES DE SES PRODUCTIONS

La Petite Gazette du 23 janvier 2013

SUR QUOI ÉTAIT APPOSE CETTE PLAQUE DE BRONZE PORTANT LE SIGLE FN ?

Monsieur Jean-Pierre Beaufays, dont vous avez souvent l’occasion d’apprécier les connaissances en matière de véhicules anciens, fait appel à vous pour tenter de percer ce qui constitue un mystère pour lui. Aussi espère-t-il que les spécialistes de la F.N. se pencheront sur le sujet. Il vous soumet cette photo d’une plaque en bronze coulé avec le logo FN en relief que lui a donnée, il y a quelque temps, un ami qui connaissait sa passion pour les véhicules anciens.

FN 1

 

Mon correspondant précise : « Ses dimensions sont de 17 X 13 cm et son épaisseur de 5 mm.

A ma connaissance, elle ne provient d’aucun véhicule terrestre mais peut-être devait-elle être fixée sur du matériel industriel ou ferroviaire.

Cet objet ne doit pas être très rare car j’en ai déjà vu d’autres exemplaires sur des brocantes.

Curieusement, elle n’est percée par aucun trou de fixation mais peut-être provient-elle d’un ancien stock qui n’a jamais été utilisé.

J’espère que, parmi les lecteurs de La Petite Gazette, un spécialiste de la FN pourra nous en dire plus. »

Je l’espère également et vous demande de me communique tout ce que vous savez sur le sujet.

La Petite Gazette du 6 février 2013

CE SIGLE « F.N. »

Monsieur Martin Huwart, de Ville-au-Bois, est le premier à nous transmettre son avis à propos de ce sigle et nous l’en remercions.

A propos du sigle FN, je pense que ce logo « Art déco » était en service exclusivement pour la division « Armes et munitions ». On le retrouve sur les plaques de couche des pistolets Browning faits à Liège et ce logo est aussi en première page du livre-souvenir des premières 25 années de la FN dont j’ai un exemplaire.

  1. Beaufays a tout à fait raison, tous les véhicules terrestres (vélos/motos/voitures) avaient un logo différent, montrant un pédalier croisé avec un fusil entre les lettres FN. Ce pédalier sera plus tard stylisé et le fusil disparaitra.

Je pense que cette plaque est tout bêtement une décoration d’étalage, distribuée aux différents armuriers, d’où l’absence de trous pour la fixer. Je crois me souvenir d’un tel truc dans la vitrine de BURY-DONCKIER au Passage Lemonnier dans les années 1950-1953.

Je suis curieux d’avoir d’autres commentaires. »

La Petite Gazette du 13 février 2013

A PROPOS ENCORE DE CE SIGLE FN

C’est au tour de monsieur Alexandre Steenebrugen, de Warre-Tohogne, d’apporter une réponse à M. Beaufays:

“Il s’agit là du logotype de la fabrique créé en 1906 et qui fut apposé sur des armes, cycles, automobiles et, occasionnellement, sur divers produits. Vu la taille et la matière de la plaque détenue par M. Beaufays, il pourrait s’agir d’une garniture de calandre d’auto qui, en même temps, indiquait la marque de celle-ci.

001

 

 

 

Ce logo fut encore imprimé, il y a quelques années (1970 – 1980) sur des boîtes d’emballage de cartouches de chasse.”

 

La Petite Gazette du 20 février 2013

ENCORE CE SIGLE F.N.

C’est au tour de Monsieur Robert Mignon de nous transmettre, depuis le Sud de la France, un avis éclairé sur cette question :

« Mon neveu m’a transmis un article de presse relatif au sigle FN et, un appel à des informations complémentaires ; Ayant fait toute ma carrière dans ce groupe, je me suis un peu piqué au jeu et, j’ai effectué quelques recherches. Vous trouverez ci-joint l’évolution du sigle au fil des années. (page 170 du livre d’Auguste Francotte et Claude Gaier « FN 100 ANS »)

002

A mon avis, contrairement à ce qu’affirme Monsieur Huwart, le second sigle n’est pas Art Déco (puisque créé en 1906) mais, il serait plutôt issu de l’Art Nouveau et probablement du courant porté par Victor Horta. Il a été introduit au moment de la commercialisation des automobiles. Probablement, pour donner une image plus large de l’entreprise en se différenciant du premier (où figuraient un fusil et un pédalier rappelant que la FN fabriquait principalement des armes et des cycles). Je pense que les différents sigles « FN » ont été utilisés sans répondre à une véritable stratégie de marque. Même si celui intégrant le pédalier (très stylisé par la suite) est resté plus attaché à la division « Sports » et plus particulièrement aux motos. Mon ami Claude Gaier, Directeur du Musée d’Armes et « historien retraité de la FN » pourrait certainement en dire beaucoup plus que moi.

Pour la petite histoire, j’ai possédé pendant des années une de ces magnifiques petites plaques ovales en métal émaillé, frappée du sigle en lettres dorées sur fond noir et, munie au dos de deux tiges filetées qui permettaient sa fixation sur des objets et, notamment sur des automobiles. J’espère que ces informations vous aideront dans vos recherches. »

La semaine prochaine, nous découvriront encore d’autres développements à cette enquête.

La Petite Gazette du 27 février 2013

ENCORE LE SIGLE F.N.

Monsieur Raymond Gillet réagit aux propos parus dans La Petite Gazette du 14/02/2013. « Monsieur A. Steenebrugen a tout à fait raison, concernant l’utilisation du logo « FN » sur les emballages de cartouches de chasse. Vous trouverez en annexe le logo sur une partie d’emballage que j’avais conservé et, sur cette partie figure aussi le numéro de référence à utiliser en cas de réclamation. Un puriste pourra peut-être nous éclairer sur la date correspondant à  » 4 Q 4 H 4″.

Cartouches Legia

Pour revenir à cette demande d’identification, il apparait  que la FN  fabriquait elle-même certaines de ses machines-outils, trop spécifiques pour les trouver dans le commerce. La plaque en question est  une marque de fabrique apposée sur ces machines-outils,  ce que m’a confirmé un ancien de la FN. Il semble que cette plaque était apposée aussi sur des machines conçues par la  FN, mais fabriquées pour elle aux USA à Milwaukie et /ou Cincinati.

Ces plaques étaient vissées sur les bâtis des machines .Les trous étaient  forés selon l’état de surface de l’emplacement car c’était brut de fonderie, donc il était rare de trouver une surface plane. Début du siècle dernier, voire  même avant, la FN pour l’usinage de ses produits fabriquait ses machines car pour les  pièces d’armes, cela était tellement complexe, qu’elle n’en trouvait pas sur le marché. Cette plaque en bronze, qui fait quand même 170 mm de large, 150 mm de haut et entre 5 et 10 mm  d’épaisseur, servait simplement comme marque de fabrique vissée sur le châssis. Voici une photo d’une de ces ancêtres datant de 1920.

004

L’ancien de la F.N. interrogé par M. Huwart lui a expliqué que : « C’est la plus petite machine que j’ai connue, fabriquée à la FN. (Voir le sigle fixé dessus), C’est le modèle A1 ou FN10 avec déplacement manuel de la table. Il faut remarquer que cette machine n’a pas de moteur pour faire tourner le mandrin. A cette époque il y avait des manèges (moteurs et axes) en sous – toitures des halls et des courroies qui descendaient vers chaque machine cela ressemblait à une jungle. Il y avait d’ailleurs  un métier de « courroyeur  » à la FN qui ne faisait que de remplacer ou remettre en place les courroies sur les poulies.

Quand je suis entré à la FN, comme régleur,  le parc machine était encore composé à +- 80% de ces machines qui heureusement  avaient un peu évolué , moteurs électriques pour la FN 10, déplacement automatique de la table pour la FN 11 , FN 12, FN 15, FN 16 ( double broche) etc…. et puis des machines plus modernes fabriquées spécifiquement pour la FN par Milwaukee ou Cincinnati »

Merci pour cette passionnante enquête.

 

La Petite Gazette du 13 mars 2013

ENCORE UN SIGLE FN…

Monsieur Daniel Coûteaux, d’Embourg,  sollicite votre aide pour compléter les informations d’un musée suisse… Il vous explique pourquoi :

« Une de mes filles, en vacances en Suisse – dans le Valais – visite un jour une fonderie de cloches. Elle en fait un beau reportage : photos et vidéos. Mettant son nez  – pardon, son objectif –  un peu partout, elle trouve un vélo, un tout vieux modèle, mais tout beau ! Avec étonnement elle y repère un ancien sigle de la FN.

Le fondeur de cloches est tout content et heureux d’apprendre d’où provient ce mystérieux vélo (bicyclette, devrais-je dire) ramassé(e) dans une déchetterie. Il l’a remis à « neuf », avec des nouveaux pneus (neige, bien entendu) et il roule. Tout cela, par simple plaisir de redonner vie à une vieille chose. Votre rubrique permet à ma fille de dater le logo : 1902 !

Elle va en informer le fondeur de cloches ; mais après avoir approfondi l’historique de cette vieille pièce avec, espère-t-elle, l’aide des lecteurs et des gentils correspondants de la Petite Gazette, leurs connaissances et leur documentation.

Sur son beau support, cet ancêtre va bientôt se retrouver dans une vitrine ! Et … en Suisse ! Comment donc est-il arrivé si loin ? Armée suisse … ? Merci de nous aider à éclaircir son histoire. »

La Petite Gazette du 27 mars 2013

A PROPOS DE CE VELO FN PRESENT DANS UN MUSEE SUISSE…

Ce vélo liégeois dans un musée suisse a également retenu votre attention.

Monsieur Emile Perrot nous indique qu’il possède : « l’une ou l’autre information sur le vélo FN qui se trouve dans un musée en Suisse. Les vélos FN avaient un numéro de cadre frappé sous le pédalier. Les vélos FN construits en 1903 avaient un N° compris entre 6000 et 9999.

Je n’ai malheureusement pas les N° des autres années. Ce vélo est un vélo de type acatène (appelé aussi chainless), c’est-à-dire qu’il utilise non pas une chaine de transmission mais bien un arbre et un couple conique! »

Monsieur Jean d’Olne intervient à son tour :

« La « vieille bécane » retrouvée en Suisse a tout de la pièce de collection. En effet, l’original de la photo publiée montre qu’il s’agit d’un vélo de type « acatène », utilisant une transmission par cardan. Ce système avait l’avantage d’être totalement renfermé, évitant aussi bien les taches de cambouis que les sauts de chaîne ou l’accrochage du bas de pantalon.

Autrefois, le système était mono vitesse, ce qui a sans doute contribué à sa disparition. Il y a une quarantaine d’années, j’en avais découvert deux (homme et femme) dans l’extraordinaire accumulation de « trésors » rassemblés par feu le notaire Delrée, de Theux. J’ai tout fait pour en acheter un, mais le brave homme a jugé préférable d’en faire don à la FN … où ils sont allés s’ajouter à toute une série d’engins similaires gardés en réserve pour le musée de la firme.

De nos jours, on trouve de timides essais de réintroduction, principalement pour des vélos de ville. La technique moderne a permis d’utiliser un changement de vitesse dans le moyeu, résultant en vélos acatènes à 6 vitesses. J’imagine que le poids et le coût n’en faciliteront pas la diffusion. J’ajoute une photo de détail qui illustre bien l’aspect de cette transmission. »

FN-acaten__

Enfin, voici les commentaires de Monsieur Raymond Gillet, de Nandrin. « Ce vélo serait de 1904 ou 1905. Vélo FN « CHAINLESS » Type-C 55 (« sans chaine – à cardan »). Remarquez la poignée du seul frein, à droite du guidon; poignée en forme de cuillère ou coquille. Par un système de renvoi accolé à l’axe du guide-fourche la baguette ou tige de frein était munie à son extrémité d’un patin central qui agissait « sur le pneu. A l’origine le garde-boue avant, en bois, commençait seulement à partie du guide-fourche. (Ce qui ne semble pas être le cas sur la photo). Les deux garde-boues étaient constitués d’une lamelle de bois cintrée. Il existait également un modèle « Dame ».”

La Petite Gazette du 2 mai 2013

LA F.N. ET L’AGRICULTURE

Monsieur François Depaye, de Saint-Séverin, aimerait évoquer un aspect, aujourd’hui révolu, de la production de La Fabrique Nationale pour l’agriculture, en vous présentant deux documents. Le premier est une page extraite du catalogue publié à l’occasion du 34e Salon de machines et produits pour l’agriculture, qui s’est tenu aux Grands Palais du Cinquantenaire à Bruxelles, du 14 au 21 février 1954. C’est une publicité vantant les mérites de la machine à traire FN.

machine à traire

Le deuxième document est une photo présentant un électrificateur de clôture sur secteur (date de fabrication inconnue).

electrificateur FN

 

 

 

 

 

Il serait évidemment intéressant d’apporter des précisions sur cette production particulière et moins connue de la FN. Merci d’y contribuer.

 

La Petite Gazette du 26 juin 2013

REVOICI LE FAMEUX VELO ACATENE DE LA F.N.

Monsieur Pierre Baré, Vice-Président du Musée communal de Herstal, ayant appris que la Petite Gazette s’était intéressée à ce type de vélo, signale à tous les lecteurs intéressés que le Musée de Herstal possède un exemplaire de ce vélo :

« C’est en 1896 que la F.N. se lança, pour une période de 30 ans, dans la fabrication de bicyclettes et, en 1898, qu’elle inventa le vélo « acatène » où la chaîne de transmission était remplacée par un pignon.»

Monsieur Bernard Robinet, de Theux, est, lui aussi, propriétaire d’un de ces vélos. Il m’en adresse cette photographie

velo acatène

Mes deux correspondants me transmettent le même document qui, bien mieux qu’un long discours, explique très précisément comment fonctionnait ce vélo sans chaîne dénommé « Chainless F.N. »

003

Un grand merci à mes deux correspondants pour l’intérêt qu’ils portent au contenu de la Petite Gazette alors que, pourtant, ils ne résident pas dans sa zone de distribution…

LE POU DU CIEL A MARCHE-EN-FAMENNE

La Petite Gazette du 2 février 2011

LE POU DU CIEL A MARCHE

Monsieur Jean-Claude Michel, secrétaire de l’Harmonie communale de Marche, aimerait être renseigné sur l’origine du site du ‘’Pou du Ciel’’, actuellement Tour de la Famenne. Il a, m’écrit-il, reçu une explication – celle d’un petit avion –  mais il aimerait, bien sûr, en savoir davantage. Voudrez-vous bien le renseigner ? D’avance un grand merci.

La Petite Gazette du 16 février 2011

LE POU DU CIEL…

« Tout a démarré, nous explique un précieux et régulier correspondant de nos colonnes, Monsieur Francis Roufosse, avec Monsieur Albert de Haan, né à Schaerbeek le 13 février 1916.
Pourvu d’un solide esprit d’entreprise, cet homme dynamique va venir s’installer en Famenne et construire dans les années 50, sur la route de Namur à 3km de Marche, un café-restaurant-motel « Le Pou du Ciel » (avec plaine de jeux, mini-zoo et… la première piscine de la région !).
Il va baptiser son établissement du nom d’un curieux petit avion monoplace qu’il a construit de ses propres mains, d’après les plans d’un français passionné d’aéronautique : Henri Mignet. Ce dernier avait d’ailleurs largement diffusé dans les revues spécialisées les plans « pour permettre à un bricoleur moyennement doué de construire lui-même son propre Pou du Ciel, dans un esprit de simplicité, de sécurité et de faible coût ! ». Celui d’Albert de Haan était un modèle HM-290 dessiné par Mignet en 1946.

Mignet

 

Avec son fuselage minimum, le Pou du ciel possédait deux ailes décalées en tandem et de faible allongement ; le manche à balai (unique commande) faisait osciller l’aile avant dans son ensemble ; l’engin était d’ailleurs qualifié d’« aéronef sans queue, à aile vivante ».

Si j’ai bonne mémoire, un article, signé Jean Englebert avec photo d’un certain Monsieur Jules Delvaux de Barvaux, parlait déjà du « Pou du Ciel » de Marche ; il était paru dans les Annonces de l’Ourthe fin 2003 (avec la double photo ci-dessous).

pou_du_cielToujours dans le même esprit, signalons qu’Albert de Haan avait déposé le 20 juin 1951 auprès du Ministère des Communications, une autorisation d’exploitation d’un aérodrome particulier à  Aye-lez-Marche, en bordure de la route Namur-Marche. Sa destination était pour l’usage particulier de l’exploitant et de ses invités. La piste ferait 600m x 40m et serait orientée S-O – N-E. D’après le texte, on y notera que « l’herbe ne pouvait y dépasser à aucun moment 10 cm de hauteur ; un cercle blanc de 10m de rayon devait être tracé au centre de la piste ; les vols acrobatiques ne pourraient s’effectuer que dans un ciel absolument libre d’aéronefs et à plus de 600m de hauteur ; un manche à air serait placé à un endroit dégagé et visible du sol… En aucune manière l’aérodrome ne pourrait être ouvert à la circulation aérienne internationale (!). Les atterrissages forcés venant de l’étranger devraient être signalés immédiatement aux autorités compétentes… etc. ».

Signalons encore qu’on devait à Monsieur de Haan la « Tour de la Famenne », construite sur la N4 dans les années 70 ainsi que le dancing «Las Vegas », le long de l’ancienne nationale 4.
C’est d’ailleurs là qu’il est décédé le 17 décembre 2004. »

Madame Myriam Dossogne-Maréchal, de Aye, confirme ce qui précède, précise que l’article paru l’a été le 19 mai 2005 alors qu’elle préparait un voyage à Malte et qu’elle avait eu son attention attirée par ce qu’elle lisait dans le guide « Le routard » de Malte, 2004-2005 à propos d’un musée de l’Aviation qu’elle se proposait de visiter à La Valette : »Le clou du musée, c’est ce Spitfire de la Royal Air Force qui veillait sur le ciel maltais pendant la Seconde Guerre mondiale, en compagnie du fameux Hurricane.  Plus comique cette fois, le « Pou du ciel », un petit aéroplane amateur construit par un allumé français, Henri Mignat (orthographe différente ici), et qui volait avec un moteur de 2 CV. »Cette tour qui se voit de bien loin nous annonce que la dynamique ville de Marche n’est plus bien loin.  Maintenant, pourquoi une tour restaurant?  Je présume que ce Monsieur de Haan, fou d’aviation, ne pouvait que construire une tour qui s’élève dans le ciel, à l’image de son petit avion qui osait défier certaines lois physiques… » Merci pour vos renseignements précis et vos avis. La semaine prochaine, nous découvrirons d’autres documents liés à ce « Pou du ciel ».

La Petite Gazette du 9 mars 2011

ENCORE LE POU DU CIEL

Monsieur Prignon, de Hotton, a des souvenirs très précis de ce pou du ciel :

« Le nom de l’établissement installé le long de la N4 à Marche vient évidemment du petit avion inventé par l’ingénieur français Henri Mignet et appelé « Pou-du-ciel » en raison de sa petite taille (L. 3,50 m. Envergure : 6m ; Poids 140 kg) ; on pouvait facilement le tracter, ailes repliées, avec une moto.

Mon correspondant a pensé à joindre ce schéma qui nous permet effectivement de bien nous rendre compte de la simplicité de l’engin.

001

Le propriétaire de l’établissement, dont il est question, en possédait un et avait donné à son restaurant le nom de l’avion. Une piste d’atterrissage avait été aménagée à l’arrière du bâtiment.

Henri Mignet voulait que l’aviation soit à la portée de tous ; c’est pourquoi il avait conçu et mis au point cet avion, dont on pouvait acheter les plans et que l’on construisait dans son atelier à moindres frais.

Beaucoup d’exemplaires ont vu le jour. On en construit encore aujourd’hui mais en carbone et avec des moteurs plus performants.

Dans les années 1950, lorsque j’étais à l’école gardienne chez les sœurs, à l’école libre du village de Soy, je me souviens avoir vu plusieurs fois passer, très bas et venant de Marche, ce petit avion qui survolait l’école puis atterrissait dans les champs. Il était assez souvent en panne de moteur !

Après l’école, nous courions pour aller le voir de plus près. C’était celui du propriétaire de cet établissement de la N4. »

Monsieur Charles Gillet, de Liège, m’apporte quant à lui une très intéressante information à propos du moteur qui équipait ces petits avions, inventés par Henri Mignet avant 1930. « Certains de ces avions, m’écrit-il, étaient équipés d’un moteur Saroléa – oui, Saroléa fabriquait également des moteurs d’avion ! »

Je suis persuadé que nous en reparlerons…

La Petite Gazette du 23 mars 2011

LE POU DU CIEL

Quand il est question de moteurs de motos liégeoises, Monsieur Jean-Pierre Beaufays a toujours des choses à nous apprendre. Cette fois encore, il ne rate pas l’occasion de nous apporter de précieux renseignements :

« Pour faire suite à ce que vous a écrit mon ami Charles Gillet concernant les moteurs Saroléa ayant équipé certains de ces petits avions, je vous parlerai du lieutenant Robert Fabry qui, dès 1929, avait monté un moteur monocylindrique Gillet 500cc à culbuteurs sur une avionnette légère et avait à son bord effectué plusieurs vols de test.

Il avait également par la suite équipé cet appareil d’un moteur FN 4 cylindres de 750 cc du type M50.

Trop lourd et trop peu puissant, ce moteur ne lui a jamais permis de faire décoller l’appareil.

Je lui ai racheté ce moteur peu avant son décès dans les années 70. Il équipe maintenant une moto FN.

Une de mes connaissances, Monsieur Victor Collard, de Neupré, décédé il y a environ 2 ans, avait également construit peu après la guerre un pou du ciel suivant la licence Mignet mais quelque peu modifié par ses soins notamment en ce qui concerne les commandes.

Il l’avait équipé d’un moteur français Salmson à 5 cylindres en étoile. Il a effectué quelques vols à son bord et le film de ses « exploits » est passé à la télévision il y a quelques années. Cet avion existe toujours entre les mains d’un collectionneur.

je devrais être sous peu à même de vous en adresser des photos.

En attendant, je vous envoie une photo de l’avion à moteur Gillet du Colonel (grade auquel il a terminé sa carrière) Fabry ainsi que celle d’un moteur d’avion Saroléa.

A noter que ces moteurs Saroléa « aviation » étaient tous des bicylindres à plat à culbuteurs de cylindrées de 900, 1000 et 1100 cc , les différents modèles produits portant les noms évocateurs d’ Epervier, Vautour, Albatros et Aigle. »

Comme d’habitude, c’est absolument passionnant ; merci beaucoup.

Monsieur Michel Guillaume, de Stoumont, a lui aussi connu l’avion de Monsieur Collard; il a l’amabilité de nous en parler :

« J’ai connu dans le début des années 1960, un certain Monsieur Victor Collard qui habitait à Neuville-en-Condroz et qui possédait ce type d’appareil.

Monsieur Victor Collard exerçait la profession de contremaître à Cockerill-Ougrée Providence.

J’ai eu l’occasion de voir ce petit avion à Neuville-en-Condroz.

Il était équipé d’un moteur de 8 cylindres en étoile et il le tractait avec sa moto munie d’une boule de remorquage; les ailes étaient repliées bien sûr, la moto, je me souviens était une “lion rapide”  les garde-boue et  les roues de l’avion étaient ceux d’une Vespa.

Ce monsieur avait fait la guerre de 40-45 dans l’aviation, enfin c’est ce qu’il disait. »

La Petite Gazette du 6 avril 2011

CE MERVEILLEUX POU DU CIEL

Monsieur Alexandre Steenebrugen, de Warre-Tohogne, a vu le pou du ciel en construction…

« A travers mon beau-père, j’ai bien connu ce monsieur Victor Collard évoqué dernièrement dans La Petite Gazette. Dans les dernières années de la Seconde Guerre Mondiale, mon beau-père et lui s’étaient engagés à la Royal Air Force et, comme dit l’adage, étaient devenus copains comme cochons. Mon beau-père a gardé toute sa vie son livret militaire de la R.A.F. avec quelques photos où l’on pouvait voir ces deux joyeux lurons, fiers et fringants, dans leurs uniformes et portant le calot réglementaire de l’époque. Il faut toutefois savoir qu’ils n’étaient aucun des deux pilotes mais qu’ils travaillaient au sol.

J’ai pu voir l’avion construit par Victor Collard, il était au stade de la finition et Victor nous fit le récit de son ouvrage. Je peux dès lors confirmer les dires de M. Jean-Pierre Beaufays, il s’agissait bien d’un moteur en étoile qu’il avait fait venir de France. Quant aux commandes de l’appareil, ce qui me frappa le plus c’était le manche à balai, un tube montant du plancher et qui se terminait par une boucle fermée légèrement ovoïde. Mis à part l’absence du bouton de tir, c’était presque la réplique exacte du manche du fameux « Spitfire  anglais ». Pour fabriquer ce pou, il avait employé assez bien de bois très léger, du balsa.

Pour l’anecdote finale, cet avion fut construit dans le grenier de Victor. C’est là que je l’ai vu et, quand mon beau-père lui posa la question : « Comment vas-tu le sortir ? », Victor répondit : « S’il le faut, on démontera le toit ! ». Je n’ai jamais su s’il blaguait ou non… »

La Petite Gazette du 4 mai 2011

POU DU CIEL ET VICTOR COLLARD

Monsieur Jean-Pierre Beaufays nous confie souvenirs et jolie photo à propos de Victor Collard, présenté ici de la façon la plus sympathique qui soit.

Victor Collard 

 « Victor Collard est photographié auprès de sa célèbre moto Lion Rapide de 1951.

La firme Lion Rapide d’Alost construisit des motos de 1923 à 1957. Sa production comprenait essentiellement des machines à moteurs 2 temps Villiers ou JLO de faible cylindrée.

Le modèle que possédait Victor, dénommé type « Sport » faisait exception car il était équipé d’un moteur FN type XIII de 350 cc à culbuteurs.

Très bien entretenue par son propriétaire, cette moto était demeurée dans un très bel état d’origine.

Notre ami Victor, qui n’en était pas à une exagération près, affirmait volontiers avoir parcouru plus d’un million de kilomètres à son guidon. Je pense; pour ma part, qu’il y avait un zéro de trop dans ce nombre…

Victor était un personnage très attachant et haut en couleurs qui aimait énoncer des théories toutes personnelles. Il disait par exemple que les végétaux se déplaçaient très lentement et qu’un arbre pouvait se mouvoir de plusieurs mètres durant son existence. C’est pourquoi il disait dangereux d’en planter le long des routes. »

La sœur de Victor Collard, Madame Jeannine Collard, de Nandrin, a fait parvenir à La Petite Gazette diverses photographies de son frère et de son Pou du ciel, dont celle-ci

002

Et celle-ci qui montre bien comment Victor Collard déplaçait son petit avion. Sa sœur me précise qu’il a mis deux ans pour le construire en suivant les plans d’Henri Mignet.

003 

La Petite Gazette du 8 juin 2011

LE POU DU CIEL

Monsieur Charles Gillet, d’Angleur, nous apporte maintenant une foule d’informations passionnantes pour faire le lien entre la firme Saroléa et le « pou du ciel » dont nous avons largement parlé dans La Petite Gazette.

« Après la première guerre mondiale qui avait été plus que meurtrière, suivie immédiatement après d’une terrible épidémie (la « grippe espagnole ») qui fit plus de morts que la « Grande Guerre » car elle s’est attaquée à une population affaiblie par les privations, le monde n’avait qu’une seule idée : vivre et profiter de la vie. La classe ouvrière avait obtenu des avantages vu ses sacrifices et une ère nouvelle s’ouvrait. La « Der des Der » était passée et le progrès semblait s’ouvrir à tous.

Parmi ces progrès, l’aviation qui avait vraiment vu le jour durant le conflit. De « saut de puce » l’on était passé aux vrais avions. D’intrépides aventuriers s’élançaient au-dessus des océans et des continents et généraient un enthousiasme que l’on ne peut imaginer aujourd’hui.

Je ne cite qu’un exemple : avez-vous déjà vu ou revu ce film d’époque de l’arrivée de Lindberg au Bourget… C’est hallucinant de voir toute cette foule enthousiaste, que dis-je cette marée humaine impensable aujourd’hui à nos yeux blasés par tant (trop !) de technologie.

Bref, c’était les « années folles » et l’aviation faisait des progrès énormes (un peu comme aujourd’hui avec l’informatique, ce qui est neuf aujourd’hui est périmé demain !).

C’est à cette époque qu’un Français, Henri Mignet, voulut placer l’avion à la portée de tous. En 1928, il écrivit un livre « Comment j’ai construit mon avionnette » qui connut un immense succès car il décrivait par le détail (plans compris) comment la réaliser chez soi. Un simple bricoleur pouvait y arriver sans problème et, muni d’un moteur soit de moto soit prévu pour, s’envoler et parcourir les cieux. Heureux temps où la législation n’existait pas et le ciel presque vide !

Il faut tout de même préciser que ces avionnettes n’étaient prévues que pour le seul pilote. Ce n’est qu’après la Seconde Guerre qu’un essai pour deux personnes verra le jour.

L’aviation populaire était en marche et dans les mêmes années, un jeune homme terminait ses études d’ingénieur à Liège. Il s’agissait de Nicolas Lempereur.

Nous avons bien connu cet homme au caractère bien trempé et à la voix forte. Réaliste et visionnaire, au sortir de ses études, il entre chez SAROLEA, le grand constructeur de motos belges établi à Herstal. Là, il dessine simplement au bureau d’études, mais les motos ne le passionne pas et comme l’aviation est sur toutes les lèvres, il dessine un moteur d’avion, un bicylindre à plat, type « boxer » de 1000cc… et le laisse dans ses cartons.

Mais la grande crise survient, la vente des motos chute et le directeur, Martin Fagard, un homme au caractère bien trempé lui-aussi, se souvient des plans de notre jeune ingénieur. Une diversification de l’entreprise ne pouvait être mauvaise et voilà comment SAROLEA se mit à construire des (petits) moteurs d’avion. Certes, tout était à faire et à tester.

Pour ce faire, l’on fabriqua une petite table roulante avec des tubes afin d’y placer des manettes de commande de motos. Des spécialistes en électricité, en huile et en carburation furent requis. En effet, en aéronautique les magnétos sont spéciales, dites « à rattrapage » afin d’avoir une meilleure étincelle, l’allumage doit être doublé (2 bougies par cylindre pour éviter les pannes), le refroidissement conséquent et la carburation parfaite en toutes positions.

Bref, en octobre 1934, sur le toit de l’usine SAROLEA à Herstal, la table d’essai était installée et le premier moteur testé.

004« Sur le toit de l’usine Sarolea, rue Saint-Lambert. De gauche à droite : Louis de Lamine (représentant la société de lubrifiant), Willy Chantraine (ouvrier monteur de l’usine), Nicolas Lempereur (ingénieur concepteur) et « John » Conrad (représentant des carburateurs Amal)

Il s’agissait d’un moteur type « Boxer » (deux cylindres à plats opposés) d’une cylindrée de 916cc (80,5×90), avec des cylindres en alliage spécial d’aluminium, qui délivrait une puissance de 27CV à 2750 t/m, avec graissage dans le carter, et qui répondait au joli nom « d’EPERVIER ».

Le moteur « tourna » durant 1000 heures sans interruption (je ne connais pas les réactions des voisins !) puis fut démonté pour inspection. Tout était parfait et la série pouvait commencer.

Pour avoir un moteur plus puissant, on porta l’alésage à 88m/m, ce qui en fit un 1100cc d’une puissance de 32CV et son nom devint « Le VAUTOUR ».

Ces deux moteurs « lancèrent » vraiment SAROLEA dans le monde de l’aéronautique privée. Leur vente fut un succès et bien que prévus initialement pour le « Pou du Ciel » (Henri Mignet lui-même équipa son « Pou du Ciel » d’un moteur SAROLEA) ils ne tardèrent pas à équiper également des petits avions « Typsy » qui étaient en quelque sorte des petits avions de reconnaissance monoplace.

005 « 1935 : Henri Mignet devant son Pou du Ciel et Nicolas Lempereur à côté d’un avion Autogyre »

Sûr de son succès, Nicolas Lempereur dessina un 3° moteur identique en cylindrée et en puissance au « Vautour » mais équipé d’un carter sec ce qui permettait une meilleure répartition dans le nez de l’avion et permettait une réserve d’huile plus grande sans entraver l’encombrement du moteur et en allégeant celui-ci (43Kg). Ce modèle porta le nom « d’ALBATROS ».

Mais l’infatigable ingénieur planchait déjà sur un 4° moteur, plus puissant, dénommé « L’AIGLE » qui devait donner plus de vitesse de rotation à l’hélice puisque le moyeu de celle-ci était placé sur un pignon réducteur alors que dans les trois précédents moteurs le moyeu d’hélice était monté directement sur le vilebrequin.

006 Publicité Sarolea avec vue d’une avion Typsy »

Les qualités de ces moteurs, unanimement reconnues, attirèrent l’attention de l’Etat Major de l’armée polonaise. Après bien des péripéties il fut passé commande à la firme SAROLEA de plus de 80 moteurs du type « Albatros » pour équiper des petits avions de reconnaissance. La livraison s’effectua par chemin de fer en gare de Varsovie en août 39. Quelques jours plus tard ils furent détruits dans le bombardement qui détruisit ce nœud ferroviaire important.

La guerre mit donc fin à cette belle  aventure aéronautique privée.

Je connais quelques rares collectionneurs qui possèdent encore soit un moteur soit une partie de celui-ci, mais cela est rare, et je reste à leur disposition.

Nicolas Lempereur, infatigable chercheur, fut aussi un pionnier dans la fabrication de matériaux pour l’industrie, les fameuses « plaquettes métalliques » qui équipèrent moult outils de coupe.

Une dernière anecdote pour situer l’homme : lorsque je lui posais la question de savoir combien de moteurs d’avion SAROLEA avaient été fabriqués (tous types confondus), il me répondit « environ 150 ». Oh, lui dis-je, ce n’est pas beaucoup ! Malencontreuse parole car il s’emporta aussitôt pour me répondre « Et bien, vous trouvez que faire voler 150 avions ce n’est pas beaucoup » suivi d’une tirade de jurons !

Voilà, une « tranche de vie liégeoise » de notre industrie motocycliste, qui à l’époque, était à la pointe du progrès et vitrine du savoir-faire de nos parents. »

Un immense merci pour nous avoir fait bénéficier des fruits de cette passionnante recherche. Quelle chance a La Petite Gazette de compter sur pareils collaborateurs.