GUÉS PAVÉS ET « QUAI » DANS LE LIT DE L’AMBLEVE

La Petite Gazette du 26 août 2009

LE GUÉ PAVÉ DU HALLEUX

Madame Christine Heinesch œuvre au sein du groupe de travail « tourisme » du Contrat de rivière de l’Amblève qui souhaiterait mettre en valeur le gué pavé du Halleux, antique passage d’eau permettant aux hommes et aux bêtes de franchir la rivière.

2-7-2009_.. (1)

« C’est, à notre connaissance, m’écrit-elle, le seul gué pavé sur l’ensemble du bassin hydrographique de l’Amblève.

En rive droite de la rivière, il existe un panneau qui reprend des informations sur le gué. C’est d’ailleurs sur ce panneau que nous avons pu voir une photo ancienne. Nous ne savons malheureusement pas où trouver le cliché original.

Ce panneau ne se trouve pas sur un lieu de passage et depuis le panneau, il n’y a pas de vue sur la rivière !

En rive gauche, il existe un « support-panneau » mis en place par les pêcheurs de l’UPOA mais qui n’est plus utilisé. Il est placé au centre du hameau du Halleux, en bord de rivière et à 20 m du gué. Idéal !

Avec l’accord et la participation des pêcheurs, nous pourrions y mettre une information sur le gué. Au niveau du texte, nous avons pu trouver de la documentation, notamment via des données de feu Emile Detaille (Les Echos de Comblain, mars 1982, n°3) et le travail de l’UPOA.

Pour compléter notre information, nous souhaitons pouvoir y mettre également une photo de l’utilisation ancienne de ce gué : passage de charrette par exemple. Nous avons beaucoup de mal à trouver cette photo. Se trouvera-t-il un lecteur de La Petite Gazette qui pourrait nous mettre sur la voie de ce document que nous aimerions pouvoir scanner afin de le présenter ? Nous l’espérons et remercions d’ores et déjà toute personne qui pourra orienter nos recherches. »

Il serait vraiment chouette que ce document puisse être découvert grâce à vous car cela permettrait de sauvegarder la mémoire d’un endroit très particulier et appartenant maintenant au patrimoine collectif. Si vous pouvez répondre à cet appel, le plus simple est de vous mettre en relation avec La Petite Gazette qui établira le contact.

La Petite Gazette du 30 septembre 2009

LE GUÉ PAVÉ DU HALLEUX

Vous vous en souviendrez, il y a quelque temps, La Petite Gazette a relayé la demande de Madame Christine Heinesch qui œuvre au sein du groupe de travail « tourisme » du Contrat de rivière de l’Amblève et qui souhaiterait, avec l’aide de « Qualité – village – Wallonie », mettre en valeur le gué pavé du Halleux, antique passage d’eau permettant aux hommes et aux bêtes de franchir la rivière.

Ma correspondante rappelait fort utilement que : « C’est, à notre connaissance, le seul gué pavé sur l’ensemble du bassin hydrographique de l’Amblève.

En rive droite de la rivière, il existe un panneau qui reprend des informations sur le gué. C’est d’ailleurs sur ce panneau que nous avons pu voir une photo ancienne, mais nous ne savons malheureusement pas où trouver le cliché original et aimerions pouvoir compter sur l’aide des lecteurs pour le découvrir. »

Monsieur Michel Bartholomé, un lecteur fidèle d’Aywaille, a profité des beaux jours de l’arrière-saison et du fait que les eaux de l’Amblève soient particulièrement basses en ce moment pour partir à la recherche des traces de ce gué. Sur le chemin du Halleux, il s’est arrêté à Raborive, face aux ruines de Neufchâteau-sur-Amblève, pour découvrir les vestiges de ce qui était, manifestement, un autre gué pavé dans l’Amblève.001

Cet antique gué, rappelle M. Bartholomé, permettait le passage de l’Amblève pour accéder à la verrerie qui existait jadis sur la rive droite de l’Amblève ainsi que l’indique cet extrait de carte :

003

Pour permettre à tout un chacun de préciser tout à fait l’endroit, mon correspondant a joint à son envoi cette magnifique carte postale indiquant parfaitement où se trouve ce gué.

004 

La semaine prochaine, nous suivrons M. Bartholomé jusqu’au gué du Halleux, qui ne pourra plus être désigné comme étant le seul gué pavé sur l’Amblève…

La Petite Gazette du 7 octobre 2009

LE GUÉ PAVÉ DU HALLEUX

La semaine dernière, je vous rappelais la demande de Madame Christine Heinesch qui œuvre au sein du groupe de travail « tourisme » du Contrat de rivière de l’Amblève et qui souhaiterait, avec l’aide de « Qualité – village – Wallonie », mettre en valeur le gué pavé du Halleux, antique passage d’eau permettant aux hommes et aux bêtes de franchir la rivière.

« En rive droite de la rivière, écrit ma correspondante, il existe un panneau qui reprend des informations sur le gué. C’est d’ailleurs sur ce panneau que nous avons pu voir une photo ancienne, mais nous ne savons malheureusement pas où trouver le cliché original et aimerions pouvoir compter sur l’aide des lecteurs pour le découvrir. »

Monsieur Michel Bartholomé, d’Aywaille, est parti à la recherche de ce gué, ce qui lui a permis de nous présenter, dans notre dernière édition, un autre gué pavé, sous les ruines de Neufchâteau-sur-Amblève. Il a, bien sûr, poursuivi son chemin et, profitant toujours de l’étiage de l’Amblève, a pris des clichés qu’il vous propose de découvrir. Tout d’abord, resituons correctement l’endroit, nous sommes au Halleux. 002

 007

Comme le montrent ces photos, c’était un moment particulièrement propice pour découvrir ces vestiges.

Un grand merci pour nous avoir fait partager les découvertes de cette excursion sur les rives de l’Amblève. Quelque chose me dit que nous n’en avons pas terminé avec les gués sur l’Amblève ; je sais, en effet, que des lecteurs et des lectrices, sur les traces de ces vestiges, se sont parlé sur les rives de la rivière des aulnes… Une suite sera donnée bientôt grâce aux conclusions de l’enquête qui est menée sur place et dont les premiers indices se montrent très prometteurs. A suivre donc…

La Petite Gazette du 14 octobre 2009

AU HALLEUX, IL N’Y A PAS EU DE GUÉ PAVÉ !

Cela en surprendra peut-être plus d’un, mais le fait est clairement établi maintenant. Expliquons-nous. C’est grâce à l’appel lancé par Mme Heinesch dans le cadre du contrat rivière que plusieurs lecteurs ont entrepris une enquête très minutieuse et, après s’être concertés et avoir confronté leurs découvertes et de nombreux documents, ils pouvaient affirmer que, à cet endroit, l’Amblève n’a pas été traversée par un gué pavé. Evidemment, il y a eu quelque chose… ils ont découvert ce que c’était. Voici comment ils en sont arrivés à cette conclusion.

Monsieur Michel Bartholomé, d’Aywaille, utilement secondé par Baby Compère, a consulté de nombreuses cartes : tout d’abord, levée de 1771 à 1778 à l’initiative du comte Joseph de Ferraris, directeur de l’Ecole de Mathématique du Corps d’Artillerie des Pays-Bas (il s’agit de la première carte topographique générale de nos contrées) ; ensuite, une ancienne carte militaire levée en 1868, une autre datée de 1877 et encore une autre gravée en 1881.

Gu_Halleux_Carte_Militaire_Leve_1868_rvise_1926_dttion_1933_600dpi

carte militaire levée en 1868, révisée en 1926 (édition de 1933)

Les deux chercheurs ne se sont pas contentés d’analyser des documents, ils ont chaussé leurs bottes et sont allés « patauger » dans la rivière profitant de son faible étiage, pour chercher sur place les vestiges de ce que renseigne cette carte : cette intrigante structure en « L » visible dans le cours de la rivière presque à hauteur de l’entrée du biez.

« Le tracé de cette carte militaire, écrit M. Bartholomé, faisant état d’une structure en « L »,  indiquerait donc la présence d’un barrage et d’un retour en maçonnerie avec à sa droite un trait qui figurerait une vanne d’écluse.

Dommage évidemment que le dragage de l’Amblève de 1971 ait démoli l’essentiel du barrage et la partie supérieure du « petit quai » et que, plus proche de nous, les travaux entrepris par la Société de pêche aient parachevé l’entreprise ! »

Nous l’avions écrit, nos chercheurs aqualiens en ont rencontré d’autres du Halleux même et des informations capitales purent être échangées. Deux dames ont, par exemple, affirmé à nos enquêteurs bottés que « jamais il n’y avait là un gué pavé ! ». Ensuite ce fut la rencontre avec Natalie et Wim Van Obberghen –Dupont, Mme Dupont savait qu’il existait, chez sa maman, des photos de ce que montrait la vieille carte. Elle les a cherchées et … trouvées ! Les voici :

005

006

 

 

« Voici, écrit cette dame, les photos retrouvées chez ma mère où l’on voit bien les vestiges de ce qui aurait bien été un « quai de chargement » ou un « quai pour mettre les bateaux à sec ».

Quand on regarde les cartes, nous pouvons vraiment croire qu’au petit pont métallique il y avait un genre d’écluse qui laissait passer l’eau pour alimenter le bief du moulin d’une part et d’autre part qui permettait, en étant fermée, de mettre le petit quai à sec pour ranger les bateaux, on voit bien sur les photos la forme arrondie du mur. Quand on ouvrait à nouveau l’écluse, l’eau remontait sur le petit quai, ce qui permettait aux bateaux de repartir sans problème, voilà ce qui nous semble le plus logique.

Les vestiges que l’on voit sur les photos, ont été détruits lors de la drague de l’Amblève dans les environs des années 71, 72.

En second lieu, en ayant encore parlé avec mon papa, celui-ci prétend que le moulin, dans les années 1925-1926, était une petite usine où l’on fabriquait des chaudrons (une chaudronnerie) car mon grand-père y avait été engagé comme apprenti dans ces années-là.
Voilà toutes les infos recueillies à ce jour mais continuons nos investigations! »

Oui, surtout continuez pour nous communiquer d’aussi intéressantes informations.

La Petite Gazette du 21 octobre 2009

LE « GUÉ » DU HALLEUX…SUITE DE LA SAGA

J’aime à vous permettre de découvrir cette réflexion de M. Wim Van Obberghen, l’époux de Mme Natalie Dupont qui, la semaine dernière, nous a présenté cette très belle photo de la structure maçonnée visible dans le lit de la rivière au début des années 1960.
« En tenant compte de tous les articles écrits à ce sujet, de la carte militaire, des photos de l’ancienne construction et du fait que le halage change de rive en amont du barrage, j’arrive à la conclusion qu’il y a certainement eu un gué (pavé ou non) en aval du barrage. Le halage était sur la rive droite, tandis qu’en amont  il était sur la rive gauche.
Il y avait certainement une différence de niveau assez importante entre l’aval et l’amont du barrage et, sachant que l’Amblève était navigable jusqu’à Sougné, je me pose la question suivante : Est-ce que la construction en « L », l’écluse et le plan incliné, dont on voit encore les restes sur place, ne faisaient pas partie d’un ouvrage servant à faire passer barges et chevaux de l’autre côté du barrage ? »

Voilà une nouvelle question qui devrait susciter un regain d’intérêt chez les passionnés…  M. Michel Bartholomé, très impliqué dans cette recherche trouve déjà l’hypothèse très logique :
« Le transport des pierres extraites dans les nombreuses carrières de la vallée de l’Amblève a dû certainement être la raison de cette infrastructure. Le type de construction et les matériaux employés, pierres en petit granit façonné en seraient une preuve. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s