DES SOUVENIRS DE LA GRANDE GUERRE

La Petite Gazette du 8 novembre 2000

COMMEMORATION DE L’ARMISTICE…  UN TRES JOLI TEXTE ET UN EXTRAORDINAIRE DOCUMENT !

Les années passent, le souvenir demeure ! Cette année encore, et c’est heureux, les monuments seront fleuris, les discours seront prononcés et, en de nombreux lieux, les anciens, leurs enfants et petits-enfants  se réuniront pour célébrer l’Armistice du 11 novembre 1918. Depuis de très nombreuses années, des banquets réunissent celles et ceux qui trouvent là l’occasion de raviver le souvenir de ces héroïques combattants de la Grande Guerre. C’est le cas notamment à Sougné-Remouchamps, où, il y a deux ans, Madame Aline Neuforge-Wislez s’est adressé aux convives en ces termes :

« Chers Combattants ! Mesdames, Messieurs et mes chers amis,

   Djåzans walon ! Oûy dji-v’va djåzer d’ine saqwè qui m’tint a coûr… di m’viyèdje ! nosse bê viyèdje ! Dji l’inme pacequi, por mi, c’è-st-onk dès pus bês di tote li Walon’rèye.

   Loûkî’l’ come i s’sitind tot fîr inte li hé Marèye, li bwès d’Hènumont èt l’hé dès gattes. L’Ambléve qu’ad’hind dèl cascåde di Cô tot rôlant sès-èwes inte lès gros cawyês dè Fond d’Quåreûs, vint bagnî lès pîds dèl Rèfe, adonpwis, dit bondjoû å vî pont d’Sougné èt a si p’tit banc, tot come è rèspleû qu’Edg­­ård gruzinèye tos l’s-ans ­­ å banquèt dès combatants.

   Riloûkîz-l’ bin nosse viyèdje, come il èst bê ! N’è-st-i nin adawiant qwand, par on djoû d’osté, li solo riglatihe so l’clokî d’nosse vîle èglihe, lèye qu’a tant vèyou nosse binamé m­årli traf’ter a tos lès tins ! Qwand lès clokes rèsdondihèt, totes sôres di sov’nances m’apotchèt-st- å coûr ! Dji creû co ètinde li marihå dèl Falise qui raw’hèye lès mårtês ou bin lès-ustèyes dès-ovris qui bouhèt so lès pîres di grès. I m’sonle qui dè long d’l’èwe, dji r’veû lès spåmeûs wice qui lès glawènes dè viyèdje avît bon di s’rèscontrer li londi ­­ å matin po fé leû bouwèye, tandis quéquès-ôtes, moussèyes avou leû long cotrê, ènn’alît-st- å galoche cwèri dès fahènes qu’èle raminit so’ne bèrwète.

   Mins, ni roûvians nin li djowion di nosse viyèdje… li grote, qu’èst k’nohowe l­­ådje èt long ! Di totes lès cwènes di nosse payîs èt minme d’an d’foû, on-z-acoûrt po lè v’nî åd’mirer !

   Dè tins dè vî Bon Dju tot l’monde s’êdîve. Aprè’ne deûre djournèye, on s’rapoûléve turtos so l’pavèye avou lès vîlès djins po djåzer di traze èt quatwaze ! C’èsteût l’bon vî tins… målèreûs’mint, c’èst l’passé èt on n’såreût rin i candji !

   Nosse viyèdje nos-a tofér rèstchåfés d’vins sès brès’, ossu, n’åyans nin sogne dè fé on pas, ou deûs, èt minme treûs si èl fåt, po qui d’meûre come il a tofér sitou… av’nant èt rimpli d’tcholeûr !

   Vos-èstez sûrmint d’ackwér avou mi èt d’ackwér dè dîre qu’il èst d’manou patriotique, ca, loûkiz, oûy nos-èstans co tot plin po fièsti l’årmistice. »  (11 novembre 1998)

 Madame Neuforge-Wislez, fidèle lectrice de La Petite Gazette, a eu l’excellente idée de me transmettre ce très joli texte peignant son village, Sougné-Remouchamps, au bon vieux temps. Je veux parier qu’elle rencontra un fort joli succès quand elle le déclama… et je la remercie chaleureusement de vous avoir permis de le découvrir à votre tour.

Le temps est propice au souvenir … Monsieur Arthur Rulot, de Odet, me dit « avoir       retrouvé dans ses « reliques » une photographie très émouvante réveillant de douloureux souvenirs de la Grande Guerre. Mon père et mon oncle Godefroid, volontaires de guerre, ont parcouru et subi toutes les péripéties de cette affreuse tragédie. Pendant mon enfance, c’est bien loin tout ça, j’écoutais en toutes occasions le récit des terribles épreuves qu’ils avaient endurées tout au long de la guerre abjecte et criminelle engendrée par la meute cruelle du grand reich. Par leurs récits, je connaissais à peu près tous les noms des villages où la ligne de feu sévissait. Aussi je pourrais écrire à peu près tous ces noms où tout n’était plus que mort, haine, ruine et désolation »

001

Sur le front de l’Yser en 1916.

 Identifiés par deux petites croix, vous retrouverez, à gauche, Godefroid Rulot (l’oncle de mon correspondant) et à droite Léon Braibant, un sourire si doux de Bel-Air Marchin.

Cet extraordinaire document qui nous plonge directement dans la réalité de ce terrible conflit a inspiré ces lignes à Monsieur Rulot :

« Vous ne pouvez la voir sur ce cliché, en face d’eux, derrière la ligne meurtrière, la grande armée félonne de Guillaume II était l’expression même de la férocité. La ligne du front belge s’étendait de l’ouest, depuis Nieuport, jusqu’à la mer du Nord, en passant par Dixmude pétrifiée, jusqu’au-delà de la forêt d’Hauthulst et Poelkapelle à l’est. Sur la ligne du front dévasté, des villages en ruines disséminés : Klerken, Woumen, Ramskapelle, Pervyse, Kaaskerke, Schoorbakke et autres ; sans oublier Oud-Stuyvekenskerke, au nom imprononçable qui signifie, paraît-il, la vieille église de la petite fleur bleue. Voilà bien un nom de toute beauté… N’est–elle pas émouvante cette petite église effondrée pour l’honneur de la Belgique ? Puissions-nous ne jamais oublier, nous souvenir de ces cités anéanties et des soldats martyrs qui les ont défendues.

Beaucoup, parmi nos jeunes gens sur la ligne du feu, nos héros de l’Yser, ont versé leur sang, jusqu’à l’abnégation librement consentie, pour garder inviolé l’ultime lambeau de notre patrie aux abois, soumise mais non asservie.

La maman, le visage alangui, flétri, les cheveux gris, mutilée, tourmentée, attendra en vain son grand fils, perdu, gisant dans la terre dévastée. La jolie fiancée, les paupières cernées, les yeux embués de larmes, le cœur meurtri, ne gardera de l’être chéri qu’une peine indicible, un souvenir éperdu en âme. Tout bien est fruit de sacrifice : la gloire du pays, la mort du pauvre soldat. »

La Petite Gazette du 17 décembre 2003

UN EPISODE MECONNU DE LA GUERRE 1914 – 1918

Et c’est M. Maurice Petit, de Wavre, qui l’évoque pour nous :

« Il s’agit d’un épisode historique vécu par mon grand-père, Joseph Petit, né à Gênes, en 1881 et y décédé en 1942. Il était agriculteur et fut échevin de la commune de Hodister pendant 24 ans.

«Quand Anvers tombe aux mains des Allemands, le 10 octobre 1914, le groupe chargé de la couverture du gros de l’armée belge, qui se replie vers la côte, n’a d’autre solution que de passer aux Pays-Bas pour éviter la capture. Mais les Hollandais veulent assurer leur neutralité et ils décident d’interner les 33 500 soldats belges interceptés à la frontière. 13 000 d’entre eux sont dirigés vers Harderwijk où ils seront détenus dans des baraquements pendant toute la durée de la guerre. On imagine sans peine leur condition « d’hébergement » : vie monotone, promiscuité, gel et pluie dans les baraques, absence de soins, maladies infectieuses et autres. Pour l’ensemble des camps, plus de 500 soldats belges perdront la vie aux Pays-Bas. Ce n’est qu’en décembre 1918 que des trains ramèneront les internés en Belgique, certains avec ordre de rejoindre l’armée belge… pour y accomplir leur service militaire !

Peut-être, espère M. Petit, se trouvera-t-il certains lecteurs qui ont entendu parler de cela ou, mieux encore, y aura-t-il quelqu’un qui possède l’un ou l’autre souvenir de cette dure période ?»

Si vous êtes dans le cas, vous savez dès lors ce qu’il vous reste à faire. Merci de répondre à cet appel.

La Petite Gazette du 14 janvier 2004

UN EPISODE MECONNU DE LA GUERRE 1914 – 1918

Et c’est M. Maurice Petit, de Wavre, qui vous questionnait à ce sujet. M. Alain Canneel, de Lesterny, m’a adressé, en guise de réponse, un extraordinaire courriel illustré de documents passionnants.

« C’est avec beaucoup d’attention et une certaine émotion que j’ai pris connaissance de l’évocation du camp de Harderwijk. Ce nom m’était, en effet, bien connu car un de mes grands-oncles, Jules-Marie Canneel (Bruxelles 21.04.1881  –  Bruxelles 24.09.1953), y fut interné. Il avait d’ailleurs le même âge que le grand-père de M. Petit.

Comme il était artiste-peintre, dessinateur, caricaturiste, homme de théâtre et même écrivain à ses heures (cela le conduira plus tard à être longtemps chroniqueur judiciaire au Pourquoi Pas ?, il en a laissé quelques durables souvenirs de nature à intéresser M. Petit.

002

Première page d’une lettre de jules-Marie Canneel qu’il a datée « Camp d’Harderwijk 14-02-15 » et illustrée de son portrait par lui-même, en prisonnier du camp.

« Jules-Marie Canneel : milicien de 1901, rappelé sous les armes le 1er août 1914, au 2e de Ligne de Forteresse. Lors de la retraite d’Anvers, il franchit la frontière hollando-belge à Koewacht (Zélande), et est interné au camp d’Harderwijk où il organise un théâtre, illustre régulièrement le journal Inter Nos et participe à la création d’une « Ecole de Travail » bientôt agréée par la ville de Bruxelles. Est ensuite dirigé vers le camp de Scheveningen où il restera jusqu’à l’Armistice tout en collaborant à divers journaux hollandais. Trois de ses frères : Georges, Jean et Marcel, tous artistes, servaient aussi dans l’Armée belge. Jules-Marie Canneel réalisa en 1914 et 1915, une suite de 25 dessins rehaussés représentant les types militaires » cf. Musée royal de l’armée et d’histoire militaire, « 14-18 Regards d’artistes », catalogue de l’exposition organisée à l’occasion du 75e anniversaire de la fin de la Première Guerre Mondiale, 11/11/1993  – 31/01/1994. »

003

DESSIN DE L’ARMEE EN RETRAITE

Reproduction de ce qui doit être une aquarelle illustrant la retraite de l’armée belge après la chute d’Anvers, signée Jules-M. Canneel 1914.

 

 A suivre…

 La Petite Gazette du 21 janvier 2004

UN EPISODE MECONNU DE LA GUERRE 1914 – 1918

Monsieur Alain Canneel, de Lesterny, m’a adressé, en guise de réponse à M. Maurice Petit, de Wavre, qui vous questionnait à ce sujet, un extraordinaire courriel illustré de documents passionnants, retrouvons-le :

« Jules-Marie Canneel avait hérité des malheurs de la Grande Guerre des ennuis pulmonaires, un souffle court. Cette guerre, il l’avait faite courageusement, au 2e de Ligne : « J’étais un vieux soldat, confiait-il, j’avais trente-trois ans… » Il fit de nombreux croquis des champs de bataille, qui sont conservés au Musée de l’armée et au cabinet des estampes. Il avait d’ailleurs quitté les feux de la rampe (il était régisseur chez le père Fonson, au théâtre des galeries, de 1908 à 1913) pour les feux de la guerre. Il garda des mois où il protégea, avec ses compagnons, la retraite d’Anvers, et des années d’internement au camp d’Harderwijk (Pays-Bas) des souvenirs tragiques » cf. Paul Caso, « Le centenaire de la naissance de J-M Canneel fait resurgir le vieux Mont-des-Arts », Le Soir, dimanche 30 et lundi 31 août 1981.

 004

Mon correspondant précise : « Cette photo d’un groupe de 13 prisonniers a été prise à Harderwijk. Jules-Marie Canneel est assis au premier rang, une pipe à la main. Le verso de la photo a été imprimé en carte postale. Jules-Marie Canneel a envoyé cette carte à son frère Eugène, mon grand-père, qui, lui, avait été réformé. Il a daté son envoi « Hardewijk 27-12-14 » et écrit notamment ce qui suit « J’ai reçu ta carte ce matin et la belle carte de Jacques, mais pas encore les colis annoncés. Les camarades de la photo sont de jeunes et vieux universitaires. Quelques-uns ont été blessés au feu… Je t’embrasse toi et tous mille fois. A quand ? »

   Je vous l’annonçais, j’ai reçu plusieurs courriers très intéressants sur ce sujet et je vous proposerai de les découvrir dans les semaines qui suivent dans ces mêmes colonnes.

La Petite Gazette du 28 janvier 2004

LES SOUVENIRS LOINTAINS DE 14 –18

 005

En légende : Reproduction noir et blanc de ce qui doit être une aquarelle représentant  un soldat belge désarmé et récemment interné à Hardewijk, avec la mention signature « Soldat Jules-M. Canneel 1914 Harderwijk » Publiée dans De Weekbode-La Dépêche du jeudi 28 janvier 1915 avec la légende : « Belgische soldaat in het interneeringskamp te Harderwijk » (Merci à M. Alain Canneel de nous avoir confié ce document)

 

Monsieur Henri Boudlet, d’Izier, a lui aussi eu un oncle qui fut interné dans un camp en Hollande, il s’agissait pour lui du camp d’Oldebroek.

« Mon oncle, David Boudlet, était né à Izier le 1er avril 1882, il décèdera en 1944. Le 11 juin 1902, il est incorporé comme milicien de 1902, matricule 19735 – province de Luxembourg 13e canton, commune d’Izier – n°480 du tirage. Le 19 octobre 1902, il est appelé au service actif au 3e bataillon du 14e Régiment de Ligne de Forteresse, caserné à Liège, pour une durée de 2 ans.

Le 1er août 1914, il est rappelé au 5e Bataillon du 14e Régiment de Ligne et se rend à Liège. Il participe aux combats pour la défense de la ville. Il a vécu cette tragique méprise à Boncelles quand son unité et un autre régiment belge, le 12e de Ligne, ont échangé des coups de feu. Le 9 août, c’est la retraite vers l’armée sur la Gette où les défenseurs de Liège furent réorganisés en une division. A partir du 20 août, l’armée belge de campagne assure la défense de la position fortifiée d’Anvers. »

A ce moment de son récit, mon correspondant puise dans Henri Pirenne, Histoire de Belgique, Tome IV, Livre V chapitre II, ce qui explique l’origine et les circonstances de la déroute de 35 000 hommes isolés de leur unité :

« Le 7 octobre, le Roi Albert 1er donnait l’ordre d’évacuer la place par la rive gauche de l’Escaut. Couverte par un corps français envoyé à la hâte à l’Est de Gand, la retraite réussit malgré les difficultés que lui imposait l’étroitesse de ses débouchés entre l’ennemi et la frontière hollandaise. A part 35 000 hommes obligés de se réfugier en Hollande où ils furent internés jusqu’à la fin de la guerre, le gros des forces parvint à rallier Ostende. »

La Petite Gazette du 18 février 2004

LE CAMP D’HARDEWIJK – EPISODE MECONNU DE LA GRANDE GUERRE

En réponse à l’appel de M. Petit, de Wavre, des courriers d’une incroyable richesse me sont parvenus et notamment celui de M. Léon Pirlot, de Marenne, fils d’un ancien combattant de 14-18 interné en Hollande.

« J’ai oublié la date de sa mobilisation, mais je sais qu’à Hamoir il a déjà rencontré des Allemands. Sans doute portait-il des habits civils car il est bien parvenu à Liège, sa destination. Il a déjà combattu avant d’arriver à Anvers. Là, ils ont été encerclés et, ne pouvant s’échapper, les officiers ont crié : « Sauve qui peut ! »

Les soldats ont brisé leurs armes et, pour ne pas être prisonniers des Boches, ont traversé la frontière, c’est alors qu’ils ont été internés, dans les baraquements dont il a déjà été question. Mon père aussi a séjourné à Harderwijk. Ils étaient trois de la commune de Marenne : Maurice Prignon, de Verdenne, Eudore Claude, de Bourdon, et mon père.

La nourriture n’était ni très bonne, ni variée : du lard gras et des haricots. Ils en étaient dégoûtés, sauf peut-être Maurice Prignon qui mangeait les rations de ses camarades. Le séjour là-bas lui a été très pénible et mon père y a beaucoup souffert de rhumatismes dont les douleurs se manifestèrent encore bien après son retour au pays.

Je possède encore un coffre en bois de couleur noire, avec inscrits sur une des faces son nom et son adresse, dans lequel il mettait ses affaires personnelles : un petit coffret également en bois, un napperon en fils kaki orné de rosaces aux couleurs belges et françaises, un cahier d’exercices d’arithmétique dont je joins la copie de la page de couverture.

006

Pour meubler le temps libre des hommes, des officiers donnaient des cours à ceux que cela intéressait. A son retour, mon père écrivait sans faute et savait résoudre des problèmes de fraction et de robinet ! » A suivre…

La Petite Gazette du 25 février 2004

LE CAMP D’HARDEWIJK – EPISODE MECONNU DE LA GRANDE GUERRE

En réponse à l’appel de M. Petit, de Wavre, des courriers d’une incroyable richesse me sont parvenus, nous retrouvons aujourd’hui l’essentiel du contenu de celui de M. Léon Pirlot, de Marenne.

007

« Le beau-frère de mon père, Joseph Dethienne, fut lui aussi interné en Hollande, mais dans une autre localité ; lui habitait Champlon-Famenne.

L’abbé Dernivy, curé à Marenne et vicaire à Champlon, avait été, dans le courant du mois d’août 1914, emprisonné au château de Verdenne avec d’autres personnes du village pour ne pas avoir livré aux Boches de vieux fusils Lebel qui se trouvaient à la maison communale et qui servaient lors de représentations théâtrales. Le vieux Bourgmestre de l’époque, Emile Gilles, ne savait comment réagir face à l’arrogance des officiers du bandit Guillaume II qui avaient reçu l’ordre de terroriser la population belge pour mieux l’asservir. Deux de mes oncles, poursuit mon correspondant, ont été déportés en 1916, ils ont été battus et affamés pour avoir refusé de travailler pour les Boches et, finalement, ils furent renvoyés chez eux. Le curé fit fonction de Bourgmestre. Tous les détenus, après un jugement sommaire, ont été condamnés à mort. C’est alors que l’abbé fit un vœu : s’il était libéré, il se rendrait pendant la guerre à Lourdes. Tous furent rendus à la liberté !

Il passa, en fraude, par la Hollande et rendit visite à ses paroissiens, il leur remit des lettres clandestines, non censurées par les Allemands, puis il prit le bateau pour l’Angleterre et, enfin, Lourdes.

Ma mère a rendu une visite à mon papa interné, elle fut bien accueillie chez un habitant où elle résida quelques jours. Ma tante, l’épouse de Joseph Dethienne, s’y rendit deux fois. Quelle joie, s’exclame alors M. Pirlot, si j’avais pu accueillir un proche durant ma captivité !

Les bonnes choses ont toujours une fin, dit-on, les mauvaises aussi… C’est ainsi que les trois détenus sont rentrés chez eux, après les hostilités, ils avaient laissé un peu de leur santé en Hollande. »

La Petite Gazette du 21 janvier 2004

ET LES CHANSONS DE 14 –18

C’est M. Jules Lejeune, de Salmchâteau, qui nous permet de découvert ces textes extraits  d’un vieux carnet de son arrière-grand-oncle , Léopold Evrard.

Sur l’air de « Sous les ponts de Paris »

En allant vers la Seine

Guillaume II s’était dit

Cela ne vaut pas la peine

De passer par Longwy

Battons Albert qu’on dit de fer

Cela prouvera que je tiens la tête

Battons, tuons et fusillons

Cela nous mettra le cœur en fête.

Refrain

Il avait oublié

Quand passant par Verviers

Il attraperait une forte indigestion

En arrivant au petit fort de Fléron

Il fut surtout surpris

Lorsque pendant la nuit

Toute son armée fut détruite d’un seul coup

Par nos petits lampious

En allant vers la France

Avec leurs bataillons

Ils firent avec violence

Tonner leurs gros canons

Sur leur chemin, n’épargnant rien

Ils eurent une conduite atroce

Mais ce n’est rien, on le savait bien

Ce ne sont que des bêtes féroces

Refrain

Depuis qu’ils sont entrés

Ce n’est que brutalité

Ils pillent et brûlent les villes de ce pays

Pour arriver à la ville de Paris

Mais ils se sont trompés

Parce que les alliés

Vous les repoussent toujours bien tranquillement

En vous les fracassant.

Refrain

Nous croyons que la guerre

Sera bientôt finie

Et aussi nos frontières

Débarrassées de l’ennemi

Nous espérons et nous croyons

Que notre victoire est proche

Que les Français, Russes et Anglais

Envahiront ce pays d’Albosch

Refrain

Maintenant que les alliés

Toujours les font reculer

Ils avaient dit si souvent autrefois

Que n’avions que des soldats de chocolat

Mais ils savent avouer

Qu’ils ne peuvent résister

Qu’ils ne possèdent que des soldats de biscuit

Dans leur fameux pays.

2/2 – 1915

La Petite Gazette du 28 janvier 2004

ENCORE UNE CHANSON DE 14 – 18

C’est M. Jules Lejeune, de Salmchâteau, qui nous permet de découvert ces textes extraits d’un vieux carnet de son arrière-grand-oncle, le facteur des postes Léopold Evrard.

La chute de l’empereur d’Allemagne

L’Allemand dit un jour à notre Roi Albert

Il me faudrait laisser passer par la Belgique

Absolument je dois traverser vos frontières

J’ai déclaré la guerre à la grande République

Je paierai tous les dégâts sur votre terre

Notre bon Roi répondit au vieux Kaiser

                 Non, non, je ne peux pas

                Mon peuple ne voudrait pas

                Et puis j’ai des soldats

 

Refrain

Les voyez-vous les lanciers, les pioupious en armes

Ils sont debout contre la Prusse, ils lèvent les armes

Les artilleurs, grenadiers, pontonniers, gendarmes

S’ils sont vainqueurs, l’aigle noir versera des larmes.

 

Mais l’ambition de l’Allemagne furieuse de haine

De force voulut violer notre terre pacifique

De peur que la France ne prenne L’Alsace-Lorraine

Elle sacrifie tous les Uhlans, quelle panique

Carabiniers, guides et chasseurs et trompettes

Il y a du sang sur les lances et les baïonnettes

Comme les Franchimontois , nous défendrons nos droits

Et on ne nous vaincra pas.

 

Mais nous avons l’appui de la France et l’Angleterre

Et la Russie qui se montre très énergique

Après les horreurs de cette terrible guerre

Je vois venir une union très magnifique

Flamands, Wallons ayons du cœur et du courage

Ne tremblons pas devant la douleur et le carnage

S’il faut risquer sa peau pour défendre son drapeau

Nous en serons les héros.

 

Félicitons de tous nos cœurs les volontaires

Parce qu’au secours de notre chère Patrie

Ambulanciers, ambulancières, nos sœurs, nos frères

Morts ou blessés des quatre nations unies

Nous travaillons pour assurer la paix du monde

L’Allemand pour toujours au fond porte la honte

         La plus grande cruauté

        C’est d’avoir violé

        Notre neutralité

 

Le monde entier se montre contre l’aigle noir

L’empereur brutal et le peuple allemand furent supprimés

Les soldats belges, partout on les couvre de gloire

Malheur à toi car nous saurons t’exterminer

Comme nos vieux nous défendrons notre territoire

Plutôt mourir que de capituler

Belges, Français, Anglais, Russes, unis pour la paix

Et on ne nous vaincra jamais.

 

Le plan allemand était de passer par la France

Au nord en venant par Liège, Visé, Namur, Longwy

Mais à présent, ils ne peuvent plus compter leurs morts

Liège imprenable veut mourir pour son pays

Monsieur Poincaré Président

L’homme d’honneur

Car tous nos  vaillants cœurs

On montré leur ardeur

Pour en être les vainqueurs.

 

Refrain

23 février 1916

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s