PO SCRÎRE LI WALON D’ADRAM’ !

La Petite Gazette du 19 février 2003

Dès cette semaine, marquant j’aime à le rappeler la deux centième parution de La Petite Gazette sous ma signature, nous suivrons, quinzaine après quinzaine, des leçons nous permettant d’écrire correctement le wallon. Ces leçons vous sont prodiguées grâce à la précieuse collaboration d’un professeur dont il n’est plus nécessaire de vanter les qualités, Madame M. Artus-Frisée de Sprimont, à qui, une nouvelle fois, je tiens à exprimer toute ma gratitude. Mais trêve de parlottes, installons-nous et écoutons la maîtresse de wallon.

PO SCRÎRE LI WALON D’ADRAM’ !

Ay-ay-ay ! Dji v’s-ètind di d’chal ! « C’è-st-à preume s’on l’sêt lére, èt vola qu’on nos djåse pôr dèl sicrîre ! »

   Ni v’fez nin trop’ di mås d’tièsse : vos-avez apris à lére èt à scrîre li francès à sîh-ans èt ci n’sèrè nin pus målåhèye. Po-z-ataker, léhez tot hôt, à vost’ome, à vosse vwèzène, à chaque côp qui vos trov’rez deûs’ treûs rôyes di walon, léhez ‘lzès. Après quéquès samin.nes, vos veûrez qu’çoula îrè tot seû.

Mins po l’sicrîre, m’alez-v’ dîre ? On nos-aveût dit qui l’walon si scriyève come on voléve ! C’èsteût vrèy i-n-a cint-ans, divans qu’Jules Feller ni s’dihasse qu’i sèreût timps dè mète tot l’monde d’acwérd èt d’trover dès régues qu’on såye co todi dè sûre asteûre (min.me si on troûve co d’timps-in-timps  -ou d’tins-in-tins-  dès difèrinces).

Dji m’va sayî, d’vins lès quéquès saminnes à v’ni, di v’diner quéques-eunes di cès règues.

Première leçon

    Pour commencer, parlons de l’alphabet. C’est le même qu’en français, sauf pour le h et le x.

Le h, c’est facile : on ne l’écrit que si on le prononce (s’il est aspiré ; on devrait plutôt dire expiré !) : ine hatche, on harlake, hêyî…Mais : in-ome, ine ôrlodje…

Quand, en français, nous avons th ou ph, en wallon ce sera t ou : bibliotéque, alfabèt, farmacie…

Quant au x, il n’existe pas, il est remplacé par gz ou ks : in-ègzèrcice, bokser…

   Le ex en début de mot français devient souvent ès en wallon : èscuzez-m’ , savez, dji n’ l’a nin fêt èsprès.

   La finale eux des adjectifs devient tout simplement eûs : ureûs, djoyeûs (au féminin : ureûse, djoyeûse).

Remarque : Xhoris, Xhendelesse, Xhignesse… : en français, le x devant le h indique que celui-ci doit être aspiré ; en wallon : Horis’ , Hind’lèsse, Hignèsse.

 

Li côp qui vint, dji v’ djåz’rè mutwèt dès-acsants : alez’ bin vite ènn’ atch’ter on bon kilo å p’tit botike, vos ‘nn’ årez mèzåhe : dès-êgus (é), dès graves (è), dès teûtês (ê) èt dès ronds (å). Èt d’mandez pôr dès-apostrofes po vosse rawète !

Li dame si scole. »

La Petite Gazette du 5 mars 2003

PO SCRÎRE LI WALON D’ADRAM !

   Dj’a roûvî di v’dîre, li côp passé, qui çou qu’dji v’s-èsplique chal, c’èst po l’walon d’Lîdje. Dji sé bin qu’è Condroz èt vès l’Årdène, i-n-a dès mots, èt principål’mint dès vèrbes, qui s’dihèt ôt’mint, mins là, dji n’vis såreu d’ner dès régues.

   Come dji v’ l’a promètou, dji v’ va djåzer oûy dèsacsants : vos l’årez sûr dèdja r’marqué, ènn’a ine volêye. C’èst chal qui lès cis qu’ont l’walon è l’orèye sèront-st-êdîs : i n’åront qu’à dîre lès mots tot hôt èt i såront tot dreût qu’on n’ dit nin dè café, come è francès, mins dè cafè.

   (Comptez asteûre kibin qu’ènn’a divins cès quéquès rôyes, èt n’ roûviz nouk)

Deuxième leçon

  1. L’accent aigu : é

En français : un dé, du café…

En wallon : l’osté, cwåré, on binamé ome, l’iviér

Nous conservons l’orthographe française :

  1. a) dans le suffixe er : dans les infinitifs, sofler, côper, trawer…

dans certains noms : li soper, li dîner, l’atèlier…

           b) dans le suffixe ez: dans les verbes conjugués à la deuxième personne du pluriel : vos toumez, vinez chal, èstez-v’ là ? …

et  dans le mot « assez ».

Attention, l’accent aigu du français devient parfois grave en wallon et vice-versa : cafè, difèrint, Térèse a tèlèfoné à Michél, li trèzôr dèl catèdråle …

  1. L’accent grave et l’accent circonflexe sur le e :
  2. a) è : comme bonnet, jouet, mèler…

Il s’écrira chaque fois qu’on entend ce son bref : on bonèt, c’èst mès dj’vès, èlle èst                                                                                      

         Mwète, on visèdje…

  1. b) ê : pour le son long

on hopê, on pazê, bê,di l’êwe…

Là encore, c’est votre oreille qui vous aidera.

   Enn’årè co, mins ci sèrè po l’ côp qui vint. Tot rawårdant, léhez on pô dî fèyes èn-è-rote bin vite :

   Ine tchèrêye di bèlès vètès sètchès hètes, ine bèle vète sètche hète dissus. On bê, grand, gros, crås, gris, tchèt avo ‘ne bèle grande, grosse, cråsse, grîse cowe, dizeû on bê grand, gros, crås, gris trô dè cou !

Li dame di scole »

La Petite Gazette du 2 avril 2003

PO SCRÎRE LI WALON D’ADRAM !

Dj’a îdèye, oûy, di v’s-èspliquer poqwè qu’dj’a tûzé à fé quéques-årtikes so l’manîre dè scrîre li walon. C’èst qui, si vos m’sicriyez on djoû è walon èt qu’vos fez dès fåtes, dji n’vis-ènnè vôrè nin po çoilà, oh nèni ! Mins si vos v’mètez on bê djoû à scrîre on lîve ou d’vins lès gazètes, ça n’va pus ! Qui dîrîz-v’ si vos trovîz deûs’ treûs fåtes so’ne pådje ou ine colone di vosse gazète è francès ? C’èst vrèy po l’walon. I n’èl fåt in prinde di måle pårt, c’èst mutwèt l’mèstî qui vout çoulà, dji n’in.me nin dè vèyî dès fåtes ! Volà poqwè qu’i m’sonle qui mès p’tits-årtikes pôrît êdî lès cis qui volèt scrîre « po d’bon ». Mins, dji v’deû avouwer ine saqwè : mi-èvanjîle da Saint Jean Haust n’èst måy lon èrî d’mi qwand dji scrèye, ca vos-avez rêzon : ci n’èst nin åhèye !

Quatrième leçon

La qu’nos ‘nn’èstans qwite avou lès-acsants, nos-alans djåzer dès consones. Ataquans avou l’ g èt l’ :

  • Li g ni chève qui po l’son « gu » èt måy po « j » : ine gayoûle, li gozî, grawî, li gurnî, li gazète…
  • Come è francès, divant in-e ou in-i, on mète in-u après l’: li guére, baguer, mêgue, dès galguizoûdes…
  • Avou in-n po-drî, c’èst come è francès: magnî, in-ognê…
  • Qwand v’s-ètindez j, vos scriyez : dès djins, on lodjeû, on vizèdje, djêrî, Bèljique, cortéje, jènèrål…

Lès dobès consones, asteûre : ènn’årè qui qwand vo l’s-ètindez ! (Dji r’vinrè pus tård so cisse quèsse-là, oûy dji n’vis djåz’rè qu’dès-s)

–    On scrèye ss s’on l’deût prononcer « s » (èt nin « z ») inte deûs vwèyèles :

Aller à basse mèsse, tchèssî, fåt-st-assoti, dès bwègnes mèssèdjes, dès tchåsses…

  • Si vos-ètindez « z», i fårè scrîre « s » divant in-e finål : dji djåse ; i s’amûse, ine rôse, ine rûse… (Ecsèpcion : dji tuze, i hûze)
  • On scrîrè “z” divant lès-ôtès vwèyèles ou lès consones : djåzans walon, dj’a djåzé avou lu, cåzî, mazète, ine djåz(‘e)rène

Èt d’vins: onze, doze, traze, quatwaze (ou catwaze), quinze (ou cwinze), saze.

Lèyans-l’ å rés’ po oûy, vos ‘nn’årez co d’vins quinze djoûs… si vos m’sûvez !

Quéquès-esprèssions qui d’hèt bin çou qu’èle volèt dîre :

Po ‘ne saquî qu’èst :

  • rodje di vizèdje : On-z-èsprind’reût ine brocale so s’vizèdje.
  • blanc d’vizèdje : Blanc come on navê pèlé deûs fèyes.
  • pèlake : i va d’veûr fèrer sès pious à glèce !
  • mêgue : i båh’reût ine gade inte lès cwènes.

                                                                                    Li dame di scole »

La Petite Gazette du 23 avril 2003

PO SCRÎRE LI WALON D’ADRAM !

Avez-v’ léhou lès virelangues tot hôt i-n-a deûs’ treûs samin.nes ? Ennè volez-v’ co po v’mète èn-alèdje ? Alans-î !

  • Ine treûte crowe èt ine treûte cûte èt on grand gris croté cotrê.
  • Quine, dit-st-i Kini. –Qu’i-n-a-t-i? dit-st-i Kina. –I-n-a qui Kini dit qu’a quine èt qu’ c’èst Kina qu’a quine ca c’èst Kini qui n’a nin quine. (Sayîz di v’s r’trover !)

Après l’exercice oral, passons aux exercices écrits. Je vous ai dit que je gardais en réserve les autres consonnes que les s. Pas de l, de n, de t, de f, de c, de m, de p … doubles, à moins que la prononciation ne l’exige (encore une fois, à vos oreilles !)

On écrira donc : quéle bone novèle (ou quéne, mais jamais qu’éle !!!)

Ine bèle bonète, l’ôrlodje a soné, ine afêre, in-ome, griper, ariver, ine pate, acomoder…

On les prononce doubles, donc on les écrit doubles notamment dans les exemples suivants :

Ine addicion, à gngno, dès gngnès’, An’na, ènn’aller, vos ‘nn’ årez…

In-accidint (ou acsidint, mais plus rare) : analogie avec le français.

lle : si le mot qui suit commence par une voyelle, èle : si c’est une consonne.

èlle a v’nou (ou m’nou) î èt èle vinrè co d’min.

èlle in.me lès rôses mins èle n’in.me nin lès djalofrènes.

Djdju (combinaison de dje et dju) qui s’emploie après le verbe : qui vous-djdju dîre ?

– certains verbes au futur et au conditionnel présent : i moûrrè co vite ! Nos l’rèsconteurrîs co bin, vos-inteurrez po li drî…

Dans les sons an, in, on, suivis de n (pour la facilité de la lecture, on sépare les deux n par un point) : son.ner (saigner) si win.ner, ine an.nêye, èmin.né, ine tchåpin.ne, djon.ne (ou djône), di l’avon.ne,…

Quand la consonne d’origine (souvent d) s’est transformée : aban.n’ner (pour aband’ner), rin’ner (pour rid’ner), an’mète (pour admète). Voyez l’utilité du point !

Dans les mots suivants et leurs composés, on sépare le c ou le d de la lettre suivante pour marquer la cassure de la prononciation : ac’lèver, ac’sûre, ine ac’sseûre, ac’sègnî, ac’mwèrder, ad’djonde, ad’djudant, ad’djudjî, ad’viner, ad’vini.

On écrit (car on l’entedn) : å-d’-dila, å-d’-divant, å-d’-dizeûr, å-d’-dizos.

Alez, corèdje !

                                                                                       Li dame di scole. »

La Petite Gazette du 29 avril 2004

 PO SCRÎRE LI WALON D’ADRAM !

Disqu’asteûre, dji n’vis-a nin djåzé dè k, dè c ni dè q. C’èst qu’ci n’èst nin dès pus-åhèye à èspliquer s’on n’vout nin d’ner dès lonkès riguilites di mots qui  s’sicriyèt d’ine manîre ou d’ine ôte. Çoula sèreût pôr trop anoyeûs po tot l’monde. Dji m’va sayî dè fé l’pus coûrt possibe. Qwand vos dot’rez, abèye, Jean Haust ! Dji n’vis såreû chal diner totes lès régues. (Vo-‘nnè-la, louke, on drole di profèsseûr qui n’nos vout nin d’ner dès régues ! Vos ‘nn’årez tot l’min.me quéques-eunes).

Le plus souvent, il faut se référer au français, notamment pour le q. Quand en français vous trouvez qu , vous trouverez presque toujours un q en wallon : qwand, qwiter, qwèri, qwate, qwinze. (Vous pouvez aussi trouver cwiter, cwèri…)

Le c s’emploie souvent devant un a, o, u

Toujours devant un l ou un r :

Exemples : dè cafè, on coq, compter, in-apoticåre, candjî, cropi, dès cladjots, ine clicote, ine cråze eûrêye, on crustin…

Le k peut s’employer devant e, é, è, ê, eu, eû, i, î. Vos-avez l’tchûse : vos polez scrîre quî ou kî, quéques ou kékes. Po m’pårt, dj’in.me mî « quî èstez-v’ ? » qui « kî èstez-v’ ? » ou « quéques coqs » qui « kékes coks »… Li walon èst tot l’min.me li dreût cuzin dè francès. Mins… chaque si gos’, (onk in.me lès fritches, l’ôte in.me lès mosses, åreût-i dit m’papa).

Le c peut, comme en français, se prononcer s devant e, é, … i, y : dèl cécorêye, dès rècènes, wice, dès cèlîhes, cinq cints, li vint’-cinq di décimbe, pacyince…

Devant un a, o, u, w, il prendra alors une cédille : (toujours comme en français) : come ci come ça, fé çou qu’on pout, çoula, dè claw’çon, Françwès, balançwêre…

En cas d’élision du i de ci devant une consonne : di ç’timps-là, po ç’pris-là, quî qui ç’seûye…

Remarques :

1) Le c final d’un mot, qui ne se prononce pas en français, mais bien en wallon, sera suivi d’une minute (’) : li stoumac’, dèl toûbac’, in-èscroc’… mais : dèstchic èt dès tchac, on mic-mac, on bouc, in-årmanac…

(La minute qui suit une consonne indique toujours que celle-ci doit se prononcer : vint djins, deûs tchins, mais : deûs’ treûs tchins)

2) On conserve le c muet du français dans banc, blanc, franc.

Vos vèyez qu’ c’èst long assez po ç’côp-chal. Vochal tot l’min.me ine pitite saqwè à lére (avou dès c, dès k èt dès q !)

N’a Colas qu’èst co là qui louke co å colon qu’èst co là qui vole a solo qu’èst là qui lût co.

On bètch’tå achou so on strouk s’ècrouke tot magnat dès pètchales.

Si on claw’tî clawe qwate clås kibin d’clås qwate claw’tîs clawèt-i po leû qwate ?

                                                                                                   Li dame di scole »

La Petite Gazette du 14 mai 2003

PO SCRÎRE LI WALON D’ADRAM !

Vos-alez sûr fé’ne hègne oûy si dji v’di : conjuguêzons ! C’èsteût  ‘ne saqwè qu’on n’in.méve nin fwért è scole, èdon ? Ni sèrez nin l’gazète tot dreût ! Dji n’vis va nin fé ‘ne lèçon so l’manîre di conjuguer, mins djusse so lès tèrminêzons.

Car il est bien entendu que je ne vous parle pas ici des subtilités des verbes qui changent de voyelle au radical (dji qwîr, nos qwèrans…) de ceux qui perdent ou intercalent une consonne (dji dwèm’, nos dwèrmans, dji creû, nos crèyans…). Mon propos n’est pas là, vous connaissez tous ces verbes-là oralement, il s’agit seulement de l’orthographe des terminaisons. ‘est bien suffisant.

La première personne du singulier ne prend jamais la terminaison  s  (à n’importe quel temps) donc : dji so, dj’a, dji fê, dji di, dj’ètind, dji vin, dji pèhe, dj’îrè, dj’èsteû, dji fou, dji vou, dji n’pou, dji tchantéve, dji magnîve, dji n’sareû…

Présent de l’indicatif

Deuxième personne du singulier : comme en français, on ajoute  s :

T’ès malåde, t’as seû, t’ètinds deûr, ti vins trop tård, ti brês trop lêd, ti fês bèrwète…

Exception : certains verbes, dont la consonne finale se prononce, restent invariables :

Ti pièd’ ti timps, t’assotih, ti finih, ti crèh, ti mèt’…

Troisième personne du singulier : se termine soit par e, soit par  t  ou  d :

I pèhe, il èst sot, i brêt, il ètind clér, i vint avou nos-ôtes, èle magne fwért pô…

Mais : i pièd’ sès nic-nac, èle keûs’ , i finih…

Pour les trois personnes du pluriel, les terminaisons sont respectivement : ans, ez ou îz, èt :

Nos-ovrans, nos-alans, nos d’hans…

Vos-ovrez, vos-alez, vos d’hez, qui d’hez-v’ ? qui fez-v’ ?

I d’hèt, il ovrèt, èle riyèt, i brèyèt, qui d’hèt-i ?

N.B. les pronoms ils et elles ne prennent jamais  s  en wallon !!!

Certains verbes qui se terminent par î  prennent  îz, d’autres  ez : vos magnîz, vos roûvîz, vos loukîz, vos sohêtez…

A l’impératif, c’est comme à l’indicatif présent sauf qu’il ne faut pas  s  à la 2° personne du singulier :

Fê à t’ manîre, vin chal, ni brê nin, va-z-è, qwîr après, dwèm’ è påye…

Dimanans chal, sûvans ‘lzès, lèyans l’là…

Rindez m’chèrvice, ni mintihez nin, qwèrez, dihombrez-v’, magnîz, potchîz…

Certains verbes comme fini, assoti, djèmi… ajoutent un  h  entre le radical et la terminaison : finihez vost’ovrèdje, i djèmih, nos-assotihans, i s’adjènihèt, èle mintih…

Dji v’va lèyî dwèrmi qwinze djoûs là-d’sus. Nos veûrans lès-ôtes timps pus tård, ine sôr al fèye !

                                                                                                  Li dame di scole. »

A Petite Gazette du 27 mai 2003

PO SCRÎRE LI WALON D’ADRAM !

Corèdje ! Nos ‘nn’årans co vite fini avou cès verbes-là ! Enn’årè pus !

L’imparfait :

Aux 1ère et 3° personnes du singulier, les terminaisons sont éve ou îve :

dji tchantéve, i buvéve, dji magnîve, i loukîve

A la 2° personne du singulier, ce sera éves ou îves :

ti rotéves, ti magnîves

Aux trois personnes du pluriel, ce sera îs, îz, ît :

nos magnîs, nos tchantîs, vos dansîz, i riyît, …

Donc la 1ère personne du pluriel se termine toujours par s, la 2° par z, la 3° par t

Attention, à la prononciation égale, ne confondez pas : i d’héve…                                                                                                            qui d’hez-v’ ?

Le futur :

Aux 1ère et 3° personnes du singulier, la terminaison sera rè :

dji lî dî qwand i vin.

A la 2° personne du singulier, ce sera rès :

ti beurès on vére avou nos-ôtes.

Les trois personnes du pluriel se termineront par rans, rez, ront :

nos djåz’rans walon, vos scrîrez l’lète, i n’wèz’ront nin fé çoula !

Le conditionnel :

Les trois personnes du singulier : reû, reûs, reût :

dji direû pus vite…, ti pièd’reûs t’timps…, i brêreût pus lêd…

Aux trois personnes  du pluriel :  rîs, rîz, rît :

nos lî donrîs tot çou qu’nos-avans…, vos sèrîz co bin capåbe, alez !

il årît bèle à fé.

Vis fåt-i djåzer dè subjonctif ? Alez ! Po les cis qu’èl volèt :

Le subjonctif présent (nous ne parlerons que de celui-là) c’est comme l’indicatif présent pour les trois personnes du singulier : fåt-i qu’dji magne… ?

Les terminaisons changent aux trois personnes du pluriel : anse, ése ou îse, èsse :

fåt-i qu’nos d’hanse çou qu’nos pinsans ;

i fåt qu’vos tchantése divant d’ènn’aller ;

dji n’vôreû nin qu’vos-åyîse seû !

i n’fåt nin qu’i magnèsse trop tård.

Encore quelques petites remarques : à la forme interrogative :

  1. on emploie dj’ (et non dju) après une voyelle d’appui :

Wice va-dj’ ? M’aveû-dj’ trompé ? Sèrè-dj’ todi là ?

  1. à la 2° personne du singulier, le s’ remplace tu :

Wice vas-s’ ? Qui dis-s’?

  1. devant il, èle ou on, on intercale un t si le verbe se termine par une voyelle :

Arè-t-i lès çans’ ? Va-t-i mî ? Îrè-t-èle ?

  1. à la 1ère personne du pluriel, nos devient n’ ou gn’ :

Ènn’alans-n’ ou  ènn’alans-gn’ ?

Vola ! dji v’s-a d’né l’principål po lès conjuguêzons. C’èst sûr qu’i-n-åreût co dès saqwès à dîre, mins i m’sonle qui dji v’s-a dèdja assez pèlé l’vinte avou totes mès régues. Li côp qui vint  -ci sèreût co bin l’dièrin- i n’mi d’mon’rè cåzî pus rin à v’s-èspliquer. Vos-alez turtos èsse dès champions (nin dès tchampions, èdon !).

                                                                                                     Li dame di scole.

La Petite Gazette du 11 juin 2003

PO SCRÎRE LI WALON D’ADRAM !

    Dj’aveû lès pinses qui ci sèreût l’dièrin.ne fèye qui dji v’dinéve dès régues po scrîre li walon, mins dji m’aporçû qui ç’sèreût trop long, çou qui m’dimone à v’dîre, dj’èl va côper è treûs, insi.

Ça n’a nin l’êr fwért important mins çoula fêt pårtèye di l’ortografe walone : les traits d’union et, la prochaine fois, les élisions.

Le trait d’union s’emploie :

  1. pour marquer une liaison après les consonnes s (qui se prononce z), t ou n :

èsse tot-èn-êwe, vos-èstez, in-oûy, tot-èwaré…

pas de trait d’union après les autres consonnes ni après y :

on d’mèy oû, sîh eûres, on neûr oûy…

Remarque : dans les mots qui se terminent par deux consonnes dont la deuxième est muette, la liaison se fait avec la première :

On fwér(t) ome, li sôr(t) ènn’a volou insi…
  1. pour lier certains mots par une consonne euphonique :

ni vola-t-i nin qu’èle tome !, i-n-a bin longtimps, on-z-a twért dè tant djåzer, il ont pris leû-z-èfant  ou, quand il y a plusieurs enfants, il ont pris leûs-èfants, i sont-st-èvôye, dji so-st-anoyeûs…

  1. entre l’adjectif possessif et le nom qui le suit (quand celui-ci commence par une voyelle)

mès-amis, à vost’-adje…

après mi, ti, si (adjectifs possessifs) si le nom qui suit commence par une voyelle :

mi-ovrèdje, ti-éfant, si-ome…

  1. dans les adjectifs numéraux (entre les unités et les dizaines, entre les dizaines, les

centaines et les unités) :

dî-sèt’, dîh-ût’, vint-onk, cint-èt-onk…

  1. dans des expressions :

tot-à-fêt, di timps-in-timps, vîzon-vîzu, trote-nonote…

                                                                                              Li dame di scole

La Petite Gazette du 25 juin 2003

 PO SCRÎRE LI WALON D’ADRAM !

Les élisions :

Beaucoup plus fréquentes qu’en français, non seulement à la fin d’un mot, mais aussi au milieu ou même au début.

Voyelle initiale (après voyelle d’appui, jamais en premier mot de phrase)

de l’article indéfini : à deûs sone tchèyîre, il ane bèle mohone…

de èle, èlle, il, ènnè : portantle dit qu’èle vinrè, vosnnè serez vite qwite, …mins l a-st-arivé trop tård.

Voyelle finale e : de l’article indéfini : in’ feume, in’ djône båcèle

(Attention : in  un devant une voyelle : in-ome)

de l’adjectif possessif : voste ou noste : vost’ome …

            Voyelle finale i :  de li, mi, dji, ti, si, ci, qui, ni : Qwand dj’ènn’arè m’sô, i vike à

                                         s’manîre, si pô qui ç’seûye, çou qu’nos d’hans, po l’djoû d’oûy…

  • A l’intérieur d’un mot : (toujours après voyelle d’appui) : le i, le e et parfois le o (de

vos et nos) : si dji v’s-èl di, vola poqwè qui n’s-èstans chal.

Le i : dj’a d’hindou po d’djuner, nos l’s-avans k’nohou, li f’gnèsse (ou li f’nièsse), mi

p’tit fré mais nosse pitit fré ; dj’a roûvî mi tch’mîhe, mais : ine prôpe tchimîhe ; mès

dj’vès sont neûrs mais dj’a dès neûrs tchivès, on blanc dj’vå mais qwate tchivås, il   arive divins deûs djoûs, mais nos-îrans d’vins deûs djoûs…

Dans certains mots, comme sicole, sipale, sicrîre, siteûle… le i est présent ou supprimé selon ce qui précède : è scole, li p’tite sicole, dji n’lî scrî måy mins èle sicrèye totes lès samin.nes, ine siteûle qui blaw’tèye, c’èst li steûle dè bièrdjî.

Le e muet au milieu d’un mot s’élide presque toujours (sauf après y) : mèz’rer, atch’ter, ram’ter, sèm’di…

                                                                                                    Li Dame di scole

La petite Gazette du 9 juillet 2003

PO SCRÎRE LI WALON D’ADRAM !

I m’dimone co à v’djåzer dèl manîre dè scrîre lès « adjectifs numéraux ». Prindans’lzès come il arivèt (qwand i-n-a ine saqwè di spéciål à dîre !)

Si vos comptez, vos dîrez onk ou eune, mins s’il èst d’vant on nom, ça d’vinrè

on ou in (devant une voyelle) : in-an èt on djoû

ine au féminin : i n’a qu’ine îdèye èl tièsse.

deûs : il faut lui ajouter la minute dans l’expression deûs’ treûs.

qwate : devient qwatre devant un nom d’une seule syllabe commençant par une voyelle

i-n-a qwatre ans, lès qwatre omes…

Attention à l’expression « inte qwate oûy » ou plus fréquent « inte qwate-z-oûy »

Tiens, à ce propos, vous ai-je signalé que les mots se terminant par y (dès-oûy), w (dès faw), gn (dès pogn), ch (dès bètch) ou par des consonnes prononcées (dès neûh, dès nouk) ou suivies d’une minute (dès nut’) ne prennent jamais s au pluriel ?

sîh : devient devant une consonne : sîh èfants, sî djins.

sèt’ : on intercale parfois un z : lès sèt’-z-ôtes (ou lès sèt-ôtes)

ût’ : devient ût (sans minute, prononcez û) devant une consonne : ût mohones

noûf : devient noûv devant une voyelle ou une consonne douce : il èst noûv eûres, noûs bês djoûs

dîh ou  : référez-vous au français : « diss, diz ou di » : dîh-noûf, dî-sèt’, dî djèyes…

vint : devient vint’ quand il est suivi d’un autre adjectif numéral

vint’-deûs, vint’-treûs, … et li vint’ dè meûs d’fèvri, nos-èstans nos vint’

Comme en français, il prend s quand il est multiplié, sauf s’il est suivi d’un autre nombre : il a quatrè-vints-ans, mais il a quatrè-vint-in-an.

cint : prend toujours s quand il est multiplié, mais, contrairement au français, il le garde quand il est suivi d’un autre nombre : on lîve di cinq cints pådjes, dj’ènn’ a léhou treûs cints cinquante.

Attention, dans les dates, il ne varie pas (alez’ savu poqwè !) : l’an dîh-noûf cint quatwaze.

mèye : (qui ne varie pas en français) prend s quand il est multiplié :

i-n-aveût bin deûs cints mèyes djins !

                                                                                                     Li Dame di scole

La Petite Gazette du 6 août 2003

PO SCRÎRE LI WALON D’ADRAM !

Dièrin.ne lèçon

Quelques confusions courantes :

è (a, en dans), èt (et), èst ou è-st (est) : i n’èst nin è s’burô èt nin è s’tchambe nin pus.

lon (loin, lointain) et long (long) li lon payis, di lådje èt d’long

divins (dans) et divant (devant, avant)

may (mai) et måye (bille … et non bèye qui signifie quille)

haye (ardoise) et håye (haie)

quéne afêre ou quéle afêre et non pas qu’éne afêre !!!

dji v’s-èl di plate-kizak et non pas dji v’s-èle di…

Eco ‘ne pitite saqwè : c’est seulement au féminin pluriel que les adjectifs prennent l’accent grave : quéques djoûs èt quéquès samin.nes.

Certaines consonnes se transforment : d en t : dès rontès danses ; g en k : dès lonkès vôyes, s en z : dès grozès bilokes, dj en tch : dès rotchès cèlîhes.

Vo-m’-la, m’sonle-t-i, on coron d’mès p’titès lèçons. I-n-areût co sûr bråmt dès afêres à v’dîre, so lès vèrbes par ègzimpe, mins dj’a lès pinses qui dji v’s-a d’né l’principål èt qu’si vos rat’nez dèdja tot çoula, dji n’årè nin pièrdou m’timps. Mi, dji m’a bin plêt, dji sohête qui vos’nnè d’hése ot’tant.

Dji so prète à êdî lès cis qu’èl vôrît.

Li Dame di scole.

 

Un immense merci à Madame M. Artus-Frisée, de Sprimont, pour ces agréables et intéressantes leçons.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s