LA PETITE GAZETTE FAIT LA PART BELLE A NOS BEAUX DIALECTES

La Petite Gazette du 28 janvier 2009

UN GRAND SUCCÈS DE L’ÉPOQUE…

Monsieur André Dethier, de Méan, m’a fait parvenir, afin que vous puissiez en prendre connaissance, la partition de cette chanson qui connut un vif succès au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale. Je la reproduis dans le wallon approximatif dans lequel je la découvre… :

Dièrin’nmin les Anglais

Volîs fer n’surprise âs français

Li 6 djun â matin

I débarquis st’è Cotentin

Portant les al’mands, d’hi co l’djou di dvant

Qui fâreut poleur, passer houtedè meûr

Mins l’meûr di l’Atlantique

N’esteut qu’on meûr d’ine dimeye brique

 

Si fout st’on bê boucan

Quand les alliés prindis Caen

Puis n’ine maneûve a r’boûr

Prindez l’veye et l’pôrt di cherbourg

Min vola Romel, tot vért qui s’mâvel

Tot d’hant Saint-Maty, i m’el vont payis

Mâlèreus’mint por lu

I vola l’geûye dju d’on talus

 

Li gros sofflé Goering

Pé qu’on boxeu qui monte sol ring

Bréya : Dj’ârès leu song

Pasqui dj’va lacher mes V onck

Kimandez l’pondeu, po ponde les V deux

Li V treus sûrèt, puis l’V quate après

Des v dj’ènn’a st’assez

Dji va minme â double V C

 

Goebels po l’propagande

Féve des communiqués so k’mande

I d’héve qui s’n’esteut rin

Quand l’z’al’mands pièrdi dès tèrains

Si n’batant st’en r’traite, si n’est nin n’défaite

On est minme d’acwérd qui c’est ine victwére

Nos sûvans nosse tactique

Puisqui nosse front est’élastique

 

Min v’là Léon Degrelle

Qui féve… on mèting à Bruxelles

Qui brai cop é qu’on sot

Li chef di Rex c’est mi qu’el sot

Allez neûrs moussis, vi fer ahessi

Et v’batte conte les Russes, c’est po li rwè d’Prusse

Abèye saint nom di patte

Rat’néme autremin dji m’va batte

 

So s’trèvin la Hitler

Mâqua  dè voler l’panse à l’air

Ine clique di djénérâls

Aveut mètou n’bombe è s’locâl

Si fou st’on mic-mac tot avâ l’wehrmacht

Tot l’état majôr … aveut pièdou l’nôrd

Hitler n’aveut mordjène

Pièrdou qu’on bwès foû di s’fahène

 

Et l’gros Mussolini

Si dèri s’côp chal : c’est fini

D’javeus portant li r’gard

Et tote li prestance d’on César

Min nosse pitit rwè, m’a r’sètchi mi emplwê

I m’fârêt st’ovrer, qu’est-ce qui dji va fer ?

Dj’ir^s trover l’Négus

Qu’a mutwè mézâhe d’on gugusse.

                                       Isi Tchantchet

 La Petite Gazette du 18 mars 2009

LA PETITE GAZETTE FAIT LA PART BELLE A NOS BEAUX DIALECTES

Ils sont innombrables les textes wallons qui vous ont été présentés dans ces colonnes au cours de cette décennie. Vous les avez découverts en prose ou en vers ; textes anciens ou textes contemporains d’auteurs très connus ou plus discrets, ils auront fait votre bonheur. Pour célébrer notre belle langue wallonne, quoi de mieux qu’un texte écrit par quelqu’un de chez nous, trop tôt disparu, le Manhaydois Marcel David qui le rédigea en mars 1999.

Ine måle idèye

D’lé Houbêrt èt Marèye

C’èst tot lès djôus parèye

On-z-î djouwe å cwåedjêus,

N’a mînme dès fråwtiignêus.

 

Mins on-zî foume tîmpèsse,

Nouk ni s’fêt dès mas d’tiesse,

Li plafond èst tot nêur

Mins persone è nn’a d’kêur.

 

On bê djôu, li wèzène

Qu’înméve di fér n’copène,

I va, ‘n’après l’dîner

Po-z-aller qlawziner.

 

Èle dèrit-st-a Marèye :

« hoûte on pô mi p’tite fèye

I m’sônle qui s’sèreut bon,

Qui ti mète so t’plafond

 

Ine miyète di pîntêure

I n’fåt nin lî mèskêure

I nn’a vrèmint dandjî,

Dji vous cob in t’èdî. »

 

Marèye qui n’î tint wère :

« ci n’èst nin nécèssère,

Adon puis, çou qui n’a

L’plafond èst dja trop bas ! »

La Petite Gazette du 24 juin 2009

ENCORE A LA RECHERCHE D’UNE ANCIENNE CHANSON

Madame Jeanne Hesbois, d’Emptinne, vous avait placé sur la piste d’une ancienne chanson wallonne dont elle espérait, avec votre concours, retrouver les paroles. Monsieur André Leroy, de Ciney, s’est fort gentiment manifesté tout en réclamant votre indulgence car il ne peut garantir l’authenticité de ces paroles, que lui chanta jadis un de ses vieux amis.

On dit qu’dj’a l’boubou

  1. D’on malade d’j’n’ai nin portant l’visadge

D’jai todi fwaim, dji dwame comme on soquia 

Mais su l’bèsogne, d’j’n’ai jamais pon d’coradge

Dins mes winmes, gn’a ben, sûr do djus d’navia

A tos les saints dj’ai stï fé des nouvinmes

D’j’ai sayi totes les drogues des pharmaciens

Gna rin qu’y fé, quand c’n’est nin Djean c’es Djenne

Dj’saye co on r’méd’qui n’m’appoite pon d’candgmint

C’est todi vaici dins m’vinte qui ça m’prind

Dji n’saureuf jamais v’z’espliquer çu qu’djè r’sint.

 

 R.  On dit qu’dj’a l’boubou,(bis)

On dit qu’dj’a l’boutroule trop strwète

Dji su disbatchi, trop strwète mes amis

D’au moins trwès gros centimètres

Quand dj’esteu gamin, dj’ai stï trop sovint

Au bain sins mette mes nagettes

C’est po ça qu’dj’ai l’bou, èl’didout d’èl bou

C’est po ça qu’dj’ai l’boutroule trop strwète

Dissus l’dibout, bout.

 

  1. Gn’aurait ben rate dije ans qui dji fréquente

D’j’ai quat’ garçons, c’est m’pôrtrait tot ratchi

Avou Marie, l’dérenne feye do grand Zante

Qui vint d’èl babawe dissus les martchïs

Em commére elle mi soye les oreilles

Elle a l’timp lon,g, elle vaureu ben s’marier

Dimègne passé, comme dj’esteu co dé leye

Dj’ai dit Marie poquwè vo z’ennonder ?

Vo d’vé ben comprind’li raison

Qui po m’santé li mariadge n’est nin bon

 R.  On di… On dit…

Si ça gangneu l’cœur, witez qué malheur

Dji d’vreu n’n’aller à crossettes

Vo duvrï m’sogni, tofer sins lachi

Waitez l’mariadge qué n’planette

Pasqui dj’ai l’… Pasqui dj’ai l’…

Dissus l’dibout, bout.

 

  1. l’samwinne passée dj’ai stî vèye à bruxelles

On grand méd’cin, parait qu’i sogne li rwè

I m’a d’mandé, avo des bonnès selles

E su totes les costeurs i m’a r’tournè

Après çoula, radjustant ses bèliques

I m’dit « mi fi si vo vlè esse chapè

L’samwinne qui vint faurait v’nu è m’clinique

Absolumint vo d’vè yesse opèrè

I l’duvrait tirè li fwè, li stoumac,

Les ouchats enfin tos les boyas

 R. Ma is dji s’rai chançart, dji gangn’rai des liards

Su les dicausses è les fwères

Dji mosturrai m’cas pasqui sins ouchats

Mes pias pindront jusqu’à l’terre

Marie su l’tremplin

F’rait intrer les dgins

Dins nosse barraque quénne affaire

E po dix gros sous, vinré veuye tertous

L’homme qui a l’boutroule trop strwète

Dissu l’dibout, bout.

La Petite Gazette du 18 novembre 2009

VOUS AVEZ TROUVE « LI BOTROULE »

Monsieur M. Verboket, de Bovigny, a répondu à l’attente de M. Maquinay et nous apporte les paroles de cette chansonnette comique dont les paroles sont d’Auguste Boon et qui faisiat partie des chansons du Cabaret Wallon et du Trocadéro.

Mon correspondant, bientôt septuagénaire, chante depuis 63 ans. Il se souvient qu’il est monté pour la première fois sur scène lorsqu’il avait 7 ans, à l’occasion d’un crochet dans la salle Faber à Beho. Cette première expérience a été couronnée de succès puisque, d’abord parce qu’il était le plus jeune des candidat, ensuite parce qu’il y remporta le premier prix en chantant « La trompette en bois » Depuis, il n’a plus quitté les planches, il chante toujours, il joue au théâtre wallon dans deux troupes, celle de Ville-du-Bois et celle d’Hebronval, et joue également de l’accordéon ; bref un vrai artiste…

Au nom de M. Maquinay, je le remercie chaleureusement de nous permettre de découvrir ce texte.

On a d’ja tant fait  dès couplets

Romances ou tchansonètes

So l’vin, li  bîre, li vix pèkèt

Les båhes èt lès clignètes

On a tchanté so tos les tons

Ci qui s’nèy’ ou qui s’broûle

Et mi d’ji v’vat dire ine chanson

Po v’djaser di m’botroûle (3 fois)

 

Li ci qui vint d’èsse décoré

Rote avou l’tièsse lèvèye

Et l’d’jon-nai qui c’mince a hanté

Est fir di s’binamèye

C-chal èst fir d’èsse pârin

La qui l’a st’ine fioûle

Ine aute lu c’est di s’bè d’jardin

Mi j’so fir di m’botroûle (3 fois)

 

Es l’hivièr a câse dès crouwins

Vochal des maladèyes

On atrape mâ s’tièsse mâ sès dins

Ou minme ine porisèye

Cichal c’èst-ine bronchite qu’il a

Ine aute c’est les raivioules

Mi dji na mây’ rin d’tot çoula

Min d’ja dè mâ m’botroûle

 

En’na qui s’fêt les ch’vêts tot neûrs

Et l’moustache pol’rawète

Po bin des feumes c’est-on boneûr

Di s’chervi dèl pouslète

Elles si placardè d’rodje tél’min

Qui v’dirîs dès cognolles

En’na qui mètèt dès fâsès dints

Et mi d’ja n’vrèy’ botroûle

 

So l’tére, on veut tote sorts di djins

Des naw’s dès plein d’corèdje

Des grands, des p’tits, des èmètrins

Des bès, des laids visèdjes

En’na qu’on st’ine tiesse comme tchanchèt

Ou n’dève d’èfant qui tchoûle

Mi dji n’so nin fwer bè valet

Min d’ja st’ine bèle botroûle.

La Petite Gazette du 2 décembre 2009

ADIÈ COÛTÈS COTES !

Au travers des textes des chansons populaires d’antan, bien des faits de société resurgissent… C’est ainsi que cette chanson des années 1920 regrette l’allongement des robes ! Cette chanson, dont l’auteur original est inconnu et qui peut se chanter sur l’air du « Temps des cerises », était entonnée souvent par la maman de Joseph Dubois, d’Anthines. Mon correspondant me précise que sa maman était née en 1908. Il m’indique, en outre, que c’est son cousin, Léon Bukens, qui l’a traduite « è nosse lingadje » en septembre 2003.

Adiè coûtès cotes, vûzion amiståve.

Vos mostrîz si bin on plêhant bokèt, qui nos féve esclåves

Li noûve môde, sins coûr, nos-a fêt l’surprîse

d’ralongui lès rôbes, nos lèyans boubiès.

C’èst pokwè m’visèdje, divant cisse trêtrîse,

ralongui ossi, dji n’a pus d’agrè.

 

Èsteût-èle panê ? Èsteût-èle tchimîhe ?

C’è-st-a cåse di lêy, qui pus d’on djône tapa la sès brîhes.

Ci cwåré di stofe, c’èsteût dèl frankîse,

C’èst bin gråce a lu, qu’lès galants sèpî

Qui måy i n’årît, ine mètchante surprîse,

Tot çou qu’i mostréve, poléve-t-èsse préhî.

 

No polîs vèyî, sins corin ou risses,

Tot lès p’tits dèfôts, èt lès grands mèhins, sins pus nole mèprîse

Cwand-on djône galant vèyève si promîse

Drèssèye so dès hèsses come cèkes di tonê.

I d’héve grand mèrci a cisse môde complice

Qu’èl såvéve si bin dèl cwède è hatrê.

 

Gråce a sès longueûrs, li rôbe vièrmoleûse,

Nos catche lès måcules, nos fêt veûy bablou, c’è-st-ine toûrciveûse,

On fènè critchon v’s-avise andoûleûse,

Ca d’sos s’cotrilion, èlle a-st-on fås-cou.

Vos n’mådjinez nin, qu’on v’fêt prinde ine leûse,

Èt qu’dè long d’vosse vèye, vos sèrez nånou.

 

Bal’tez tchamarètes, tot-a vosse manîre.

Lès-omes dihèssîs, d’vos p’tits cotrilions, qu’avîz po banîres.

Mins vos distchant’rez, dji v’s-èl pou bin dîre,

Cwand tot lès moncheûs, leû r’vindje riprindront,

Avou l’vint capon, corant lès gonhîres,

Lîvront longuès cotes, sins nole pèrmission.

Et mon correspondant de joindre à son texte, fort utilement d’ailleurs, quelques explications linguistiques : amiståve : aimable ; boubiès : benêt ; agrès : énergie ; préhî : apprécié ; bal’ter : blaguer ; taper sès brîhes : faire des folies de jeunesse ; critchon : grillon ; nånou : son esclave ; vièrmoleûse : sournoise ; andoûleûse : enjôleuse ; leûse : œuf sans coquille ;  tchamarète : fille coquette ; corant lès gonhîres : courant par monts et par vaux.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s