POUR EMPÊCHER LES SANGLIERS DE DEVASTER VOTRE PROPRIETE

La Petite Gazette du 7 novembre 2007

POUR EMPECHER LES SANGLIERS DE VENIR SACCAGER VOTRE PROPRIETE

Vivre en bordure des bois et donc proche de la nature est souvent bien agréable, mais, parfois, des visiteurs moins discrets et bien plus encombrants que les écureuils peuvent venir vous rendre visite et laisser des traces dont on se passerait bien volontiers.Une lectrice, qui habite non loin des bois du Sart-Tilman, a entendu dire qu’il existait un moyen efficace pour empêcher les sangliers de venir labourer les propriétés. Qui plus est ce procédé ne fait courir aucun risque à ces animaux… Un peu perplexe cette lectrice aimerait savoir si vous avez déjà entendu parler de cette façon de procéder. Il suffirait de se procurer, chez un coiffeur, quantité de cheveux que l’on assemblerait en boules et qui, fichées sur de petits tuteurs placés en bordure de propriété dissuaderaient les sangliers d’entrer.Avez-vous déjà entendu parler de pareille manière de procéder ? Selon quel(s) principe(s) cela peut-il se révéler efficace ? Connaissez-vous d’autres façons de faire, dans le respect de la vie animale bien sûr ? C’est avec curiosité et impatience que, comme toutes les personnes qui ont a subir les dégâts causés par les sangliers, que j’attends vos réactions.

 

La Petite Gazette du 28 novembre 2007.

CHEVEUX CONTRE SANGLIERS…

Vous vous souviendrez certainement de cette question qui vous était soumise il y a quelque temps et concernant la possibilité d’éloigner des sangliers d’une propriété en l’entourant de piquets sur lesquels se fichaient des boules de cheveux…

Madame Monique Fréçon, de Neupré, a reçu, elle aussi, la visite de sangliers qui ont bien retourné sa pelouse. Elle a ensuite suivi les conseils d’un ami ardennais :

« Il m’a conseillé d’éparpiller des cheveux sur le sol, tout autour, de la pelouse ; ce que j’ai fait. J’ai pu constater l’efficacité de cette méthode car, quand les sangliers sont revenus dans le voisinage, ils ont épargné ma pelouse. Il y a trois mois qu’ils ne l’ont plus dévastée. Alors si cela peut aider d’autres lecteurs… »

 

Monsieur Martin Huwart, de Ville-au-Bois, qui aime bien et connaît bien les sangliers nous explique :

« J’adore les sangliers, cela s’apprivoise trop facilement ! Mon premier « cheval », à 9 ans, était une grosse laie de 110 kg !

Le truc des cheveux est parfaitement vrai et efficace, le mieux étant encore les poils venant du toilettage des chiens. L’effet est excellent, du moins jusqu’à ce que la pluie les lave de leur odeur !

Les sangliers sont méfiants, mais aussi très intelligents, ils s’adaptent très vite au changement de leur environnement. Il existe également des produits répulsifs très efficaces, mais, probablement, moins écologiques  que les cheveux !

La solution la plus valable reste toujours la clôture, soit décorative (châtaigner refendu) soit classique, que l’on peut cacher par une haie au besoin. Le sanglier est capable de « bourrer » dans le bas d’une clôture, profitant d’un creux de terrain pour se frayer un passage. Un système utilisé actuellement consiste à placer de l’ursus à grandes mailles (10 X 15 cm.), léger et économique, et de tendre à 15 cm. Du sol un ou deux fil(s) de fer barbelé classique. Ceci compense la faible résistance mécanique de l’ursus. Le sanglier, au groin très sensible, n’insistera pas.

Il reste bien sûr la clôture électrique, mais son efficacité dépend de l’attention permanente apportée à sa surveillance et à son entretien, en plus du coût de la consommation d’énergie.