LA BATAILLE DE SPRIMONT A EU LIEU IL Y A 225 ANS

La Petite Gazette du 11 septembre 2019

IL Y A 225 ANS, LA BATAILLE DE SPRIMONT

Après un hiver particulièrement rude, celui de 1788 – 1789, qui fit régner la misère dans toute l’Europe occidentale, la population se soulève et se révolte à Paris, le 14 juillet, à Liège le 18 août. Très vite pour l’époque, les nouvelles de ces révolutions atteignent nos régions et, déjà le 30 août de cette même année 1789, Remacle Houssonloge harangue les fidèles rassemblés pour la messe à la petite église de Lorcé. Dans la foulée, des émissaires français se répandent dans tout le comté de Logne et la cocarde est arborée partout. Le prince-abbé Célestin Thys appelle les troupes du Cercle de Westphalie pour rétablir l’ordre dans la principauté abbatiale.

Le mouvement révolutionnaire est en marche en France, dans la principauté de Liège comme dans celle de Stavelot-Malmedy ! Dans toutes ces régions débute une longue période de conflits, de conquêtes et de reconquêtes. Le général Dumouriez, dès 1792, donne le territoire des provinces belges à la République ; ce sont alors les célèbres batailles de Valmy et de Jemappe à l’automne. A l’annonce de l’exécution de Louis XVI (21 janvier 1793), l’Europe entière se coalise contre la jeune République française. Ce sera Neerwinden le 18 mars suivant qui verra les territoires de la future Belgique repris par les troupes coalisées contre la France.

Les coalisés manquent d’unités de commandement ; en face, les Français manquent de matériel pour équiper les hommes, 1.200.000, qu’une levée en masse a réunis. D’un côté comme de l’autre, la priorité est de se réorganiser. Les combats reprendront le 6 mars 1794 à l’initiative des Français qui voient d’abord les victoires alterner avec les défaites. L’armée du général Jourdan, l’armée de la Moselle d’abord, celle de Sambre et Meuse ensuite, prend Charleroi le 25 juin, le lendemain c’est la bataille de Fleurus. Dès ce moment, les Républicains ne connurent plus la défaite ! Après les prises de Mons, de Bruxelles, de Louvain et de Namur, ils sont à Liège le 17 juillet et se heurtent à une farouche résistance des Autrichiens qui tiennent la Chartreuse. La tradition veut que c’est sous les bombardements autrichiens que les habitants du quartier d’Amercoeur, terrés dans les caves de leurs habitations détruites, ont rassemblé les maigres victuailles dont ils disposaient pour confectionner ce plat qu’ils appelèrent « boulets ». En effet, si vous voulez bien y penser, partout ailleurs qu’à Liège, on mange des boulettes…

La guerre de mouvement ne reprendra vraiment qu’en septembre.

Le front s’étend sur une ligne Meuse-Ourthe-Amblève, de Maestricht à Sougné, avec des positions d’appui vers Houffalize et Saint-Vith.

Dès le 28 août, le Commandant-Général des coalisés est le comte de  Clerfayt à la tête de 83.000 hommes dont 28.000 sont réunis à Esneux et à Sprimont. Face à eux sont rassemblés  80.000 hommes de l’aile droite et du centre de l’armée de Sambre et Meuse. Les généraux autrichiens sont très confiants car ils tiennent toutes les positions en hauteur mais les Français vont, sans cesse, bousculer toutes les habitudes traditionnelles des combats d’alors et font progresser leurs troupes en profitant habilement du relief accidenté de notre région. En outre, les Français sont animés d’une réelle mentalité de vainqueurs car ils alignent les victoires depuis celles engrangées à Charleroi et Fleurus alors que, a contrario, leurs adversaires reculent depuis des mois !

monument des français

Dans ma prochaine chronique, je vous ferai vivre ces combats qui, bien évidemment, bouleversèrent le quotidien des populations de nos villages et hameaux et dont certaines conséquences perdureront jusqu’à nos jours.

La Petite Gazette du 18 septembre 2019

IL Y A 225 ANS AUJOURD’HUI, LA BATAILLE DE SPRIMONT –

LES COMBATS

 

(N.D.L.R. Grâce à plusieurs lecteurs attentifs de la version de ce texte parue dans le journal du 18 septembre 2019, une erreur que j’avais commise quant à la localisation des troupes autrichiennes a pu être corrigée dans la version ci-dessous. Je les en remercie chaleureusement.)

Nous l’avons signalé dans notre dernière édition, en cette mi-septembre 1794, les généraux autrichiens, forts de leur supériorité en effectifs et parce qu’ils occupent les hauteurs des rives droites de l’Ourthe et de l’Amblève, sont particulièrement confiants. Ils ont même devancé les innovations tactiques développées par les Français depuis Dumouriez en installant des postes avancés pour contrecarrer la technique d’approche française consistant à multiplier les petits groupes d’hommes avançant en tirailleurs, en tirant profit du relief accidenté de notre région, pour s’approcher au plus près des lignes ennemies et les attaquer subitement.

Ces postes avancés, ils sont plus de vingt, s’étendent de Nonceveux à Fraiture. Rappelons que le comte de Clerfayt, le Commandant-général de l’armée coalisée, a rassemblé 28 000 hommes entre Esneux et Sprimont. Pour atteindre cette dernière localité, les Français disposent de quatre accès par des vallées dotées d’une voie carrossable car il est impérieux que la logistique puisse suivre les hommes. Ces accès sont ceux de Remouchamps via Sècheval, d’Aywaille via Florzé, d’Emblève via Rouvreux et du Halleux via Fraiture. Bien entendu, des batteries d’artillerie autrichienne défendent ces accès mais les Français ont également installé leurs canons sur les rives opposées.

La bataille du 18 septembre 1794 est précédée de nombreuses manœuvres de diversion sur toute l’étendue du front qui exigèrent d’incroyables mouvements de troupes tout le long de ce qui deviendra, bien plus tard, la frontière belge entre la Belgique et la France. Les soldats français avancent trop vite et leur ravitaillement ne peut les suivre sur des chemins fort peu praticables, ils devront attendre… Ils sont à Comblain-au-Pont le 15 septembre et c’est alors que les Autrichiens y détruisent le pont. Le lendemain, les lignes des deux camps sont tout à fait désorganisées car les stratèges des belligérants se mystifient les uns et les autres. Les Autrichiens pensent qu’une attaque se préparent à Maestricht et y transfèrent des troupes alors que les Français imaginent que c’est à Liège que leurs ennemis vont les attaquer.

Le 17 septembre, des escarmouches se développent dans nos vallées alors que les Français ont décidé d’attaquer simultanément de Fraiture à Sougné pour s’emparer de Sprimont. Le 18 septembre, dès 5 heures du matin, l’artillerie française tonne sur toute l’étendue du front. L’infanterie avance mais est longtemps contenue. Sougné est pris et repris. Aywaille brûle. Les combats font rage à Montfort, au Halleux, à Martinrive… Sougné est une véritable forteresse où le Feldmarshall Lilien a disposé ses hommes depuis le centre jusqu’à la redoute.

Guidés par le berger de Montjardin, les officiers français rassemblent leurs réserves et les déplacent par Nonceveux et les Riveux vers Hautregard. Dans le même temps, la cavalerie française attaque via Sècheval ; les troupes républicaines franchissent également l’Ourthe à Hony comme à Esneux. Harcelé de toute part, le quartier général de l’aile gauche de l’armée autrichienne de Sprimont est pris ! L’heure de la retraite a sonné avec son flot d’atrocités commises par les soldats en déroute; le lendemain, ces hommes sont déjà en vue d’Aix-la-Chapelle…

 

arc de triomphe

Le souvenir de la journée du 18 septembre 1794 est perpétué par le Monument dressé au sommet de la Redoute (qu’il conviendrait que l’on appelle le « Monument des Français » et non des « Autrichiens » !) et par l’inscription « C. de Sprimont » sur l’Arc de triomphe à Paris. Pourquoi Sprimont ? Parce que, sous le régime français, lors de l’organisation des territoires en municipalités, Sougné fit d’abord partie de la municipalité de Sprimont !

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s