LES AUTOBUS LIEGEOIS A SPRIMONT

La Petite Gazette du 6 février 2008

LA SOCIETE DES AUTOBUS LIEGEOIS

Monsieur Michel Trousson  aimerait que vous l’informiez sur l’histoire de cette société :« Puis-je solliciter les lecteurs de La Petite Gazette pour obtenir des informations concernant la « Société des Bus Liégeois ». Société je crois, ajoute M. Trousson, créée début des années 20 par la Famille Vigneron.Ayant son siège social à Sprimont, cette société transportait, initialement, les voyageurs entre Aywaille et Liège.Je me souviens que, étant enfant et demeurant à Sprimont, mon père (décédé maintenant) était conducteur, c’était dans les années 30.  J’aurais beaucoup aimé que vous m’aidiez à reconstituer un  historique de cette société et, si c’est possible, découvrir des photographies des autobus qui ont circulé sur ses lignes.Sans doute un ancien ayant connu cette époque pourrait-il m’aider dans cette démarche?
D’avance je vous remercie de votre attention et pour votre aide. »Il me semble que cette société bien connue et bien ancrée dans le domaine du transport public en Ourthe-Amblève devrait inspirer les réponses souhaitées. J’insiste tout particulièrement sur l’envie de redécouvrir les photographies des bus d’hier (et d’avant-hier) dont la simple vue devrait rappeler bien des souvenirs et bien des anecdotes aux lectrices et aux lecteurs qui les ont connus, comme utilisateurs ou comme chauffeurs. Je compte beaucoup sur vous et me réjouis de découvrir les prolongements que vous réserverez à cet intéressant appel.

La Petite Gazette du 20 février 2008

AUTOBUS LIEGEOIS

Une première réponse à l’appel lancé par M. Trousson, elle nous vient de M. Francis Sante qui nous permet de découvrir cette magnifique photographie.

autobus 1

 « En feuilletant, comme chaque semaine La Petite Gazette, j’ai lu l’annonce concernant les autobus liégeois. Comme je possède cette carte postale prise sur la place de Sprimont, je puis en faire profiter tous les lecteurs. Cette carte a été oblitérée à Seraing en 1934. »

Un grand merci, cette carte est vraiment superbe.

Monsieur Georges Flagothier, sénateur honoraire de Sprimont, se souvient :

J’ai été chauffeur aux Autobus Liégeois pendant une dizaine d’années. Un collègue, Marcel Pavier, décédé aujourd’hui, m’a parlé plusieurs fois de son oncle Monsieur Trousson, qui avait été chauffeur à la Compagnie avant la guerre. Il propose à M. Trousson de s’adresser au siège de la compagnie »

Merci beaucoup, le moindre souvenir nous est utile.

La Petite Gazette du 27 février 2008

LES AUTOBUS LIÉGEOIS

Monsieur Michel Prégaldien, de Beaufays,  est un passionné de transports en commun. Il a ouvert sa documentation pour répondre à l’appel de M. Trousson et pour notre grand plaisir :

« C’est en 1922 que fut créé un service régulier d’autobus entre Liège  et  Sprimont.

Selon un guide, publié en 1930, par le Touring Club de Belgique, on apprend que les départs vers Sprimont depuis la place Xavier Neujean à Liège s’effectuaient en semaine à 8h., 9h30, 12h., 16h. et 18h30. Les dimanches et jours de fêtes, les départs étaient fixés à 10h., 14h. et 20h. Le prix du voyage était alors de 7,50 francs.

Avant la seconde Guerre Mondiale, la société disposait de plusieurs véhicules de marque Brossel. En 1958, le parc comportait 11 autobus : 2 Chausson, 1 Guy, 2 Miesse et 6 AEC (toutes marques, aujourd’hui disparues !).

Jusqu’à la fin des années 1950, le dépôt se situait à Liège, rue de Fragnée.

Vers 1967, les Autobus Liégeois ont repris l’exploitation de la ligne Verviers – Harzé (actuelle ligne 727) qui était jusqu’alors assurée par le garage Gilson de Verviers.

Jusqu’à la fin des années 1970, les véhicules étaient peints dans deux tons de bleu : le bleu foncé en dessous des vitres et la partie supérieure en bleu clair.

Les autobus de la firme Bertrand, de Banneux, reliant Liège à Banneux et Aywaille à Banneux étaient, quant à eux, peints en brun et blanc.

En 1972, cinq autobus Van Hool à moteur Leyland furent mis en service. L’un d’entre eux, retiré de l’exploitation en 1987 est en cours de restauration dans sa livrée bleue d’origine. L devrait être prochainement exposé au Musée des Transports de Liège, rue Richard Heintz. (N.D.L.R. A voir absolument si les trams, trolleys et autobus vous passionnent…)

Entre 1974 et 1979, neuf autobus Jonckheere à moteur Leyland furent commandés, suivis, dans les années 1980, par sept Jonckheere Trans City à moteur Mercedes.

En mars 1997, la Société des autobus Liégeois a abandonné le dépôt devenu étriqué qu’elle occupait depuis près de quarante ans et qui était situé rue Schinler à Sprimont, pour s’installer dans un nouveau complexe, Grand Route à Florzé.

Il faut préciser que le parc de véhicules s’était notoirement agrandi au fil des années.

Aujourd’hui, 21 bus standard et 2 articulés assurent le trafic. Il s’agit pour l’essentiel de Mercedes 0405 et de Mercedes Citaro.

La société est dirigée par Madame Vigneron épouse Dubois. »

Un chaleureux merci pour tous ces renseignements qui éveilleront, chez les lecteurs, des souvenirs que, je l’espère, ils auront envie de raconter.

La Petite Gazette du 5 mars 2008

LES AUTOBUS LIEGEOIS

Cette semaine, c’est M. Jean-Pierre Beaufays qui nous présente un élément de « petit patrimoine » lié à cette société d’autobus.

« Voici une photo qui devrait intéresser votre lecteur faisant des recherches sur les Autobus Liégeois.

Il s’agit d’une plaque émaillée en ma possession, datant probablement d’avant-guerre et indiquant l’emplacement d’un arrêt obligatoire.

arretbus

Elle est de forme ovale, à double face, jaune avec inscriptions rouges et noires, de dimensions 65X46 cm. Comme beaucoup de panneaux indicateurs de cette époque, elle mentionnait  les Pneus Englebert qui finançaient vraisemblablement ces panneaux à titre publicitaire.

Elle devait vraisemblablement se trouver le long de la grand-route entre Beaufays et Sprimont, environ à un kilomètre du carrefour de la Haie des Chênes. »

Autre réaction, celle de Monsieur Fernand Sougné qui nous présente cette carte postale montrant un des véhicules de la société des Autobus Liégeois :

autobus 3

« Monsieur Trousson est à la recherche de photos des Autobus Liégeois, en particulier sur la ligne AywailleLiège.Je possède cette carte postale portant comme légende: «Florzé  Grand’route d’Aywaille, Arrêt des Autobus Liégeois »

Florzé étant  situé sur la ligne Aywaille – Liège  entre Sprimont et Aywaille. Je ne suis pas en mesure de commenter cette carte postale, je n’étais pas encore né, mais je peux dire que cette carte a été expédiée par des membres de ma famille à mon père étudiant à l’époque aux établissements St-Joseph à Strasbourg. Ma famille habitait une maison de ce carrefour de Florzé. Cette carte postale a été expédiée à mon père le 19 mars 1938. La  carte n’est pas dans un état de première fraîcheur, mais elle est assez jolie. »

Puis-je insister auprès de vous pour que vous contiez vos souvenirs et anecdotes liés à ces autobus ? Il est impensable que vous n’ayez pas quelques petites histoires à ce sujet… Nous les ferez-vous parvenir ? D’avance, merci.

La Petite Gazette du 19 mars 2008

LA SOCIETE DES AUTOBUS LIEGEOIS

Evoquer les transports en commun d’hier passionne toujours car vous y retrouvez des véhicules chargés d’histoire, de souvenirs et d’anecdotes que vous aimez voir remémorés. Monsieur Michel Prégaldien, de Beaufays, est un véritable passionné et il a largement ouvert pour vous ses fardes de documentation.

« M’étant replongé dans mes archives à propos des Autobus Liégeois, je puis vous soumettre d’autres documents photographiques.

La photo présentée ci-dessous est extraite d’un ancien journal d’entreprise du T.E.C. Elle montre un autobus stationné sur la place de la Foire, actuelle place Jos. Wauters, à Sprimont. Vu le modèle du véhicule, ce document semble antérieur à la photo présentée il y a quelque temps dans la Petite Gazette.

autobus 4 

 

 

 

 

 

 

Durant la période s’étendant entre les deux guerres mondiales, de nombreux entrepreneurs privés ont créé des services réguliers d’autobus. Le plus souvent, ils n’exploitaient qu’une seule ligne vers un unique véhicule dont le châssis était celui d’un camion et dont la caisse était fabriquée par des menuisiers locaux.

Certaines de ces lignes, comme celles des Autobus Liégeois, se sont développées au cours des ans et subsistent encore de nos jours bien qu’intégrées au réseau d’abord de la S.N.C.V. puis, maintenant, des T.E.C.

Par contre, des lignes desservant des zones moins densément peuplées ont périclité faute de voyageurs et ont été supprimées. C’est ainsi que, dans ma collection, je possède une reproduction de carte postale prise à Stoumont et montrant un autobus d’une ligne Verviers – Manhay, ligne disparue depuis, sans doute, bien longtemps.

autobus 5

Parmi les lecteurs de La Petite Gazette s’en trouvera-t-il certains qui pourraient me renseigner sur l’itinéraire suivi par cette ligne, sur sa période d’exploitation et sur la société qui l’a mise en œuvre. D’avance, je remercie chaleureusement, toute personne qui pourra m’apporter l’un ou l’autre renseignement, même s’il vous semble insignifiant. »

Permettez-moi d’insister sur cette demande de M. Prégaldien car je sais que tout renseignement communiqué permettra certainement de conduire au réveil de souvenirs qui intéresseront grandement tous ceux qui prennent plaisir à découvrir ces aspects si particuliers des modes de transport de jadis.

La Petite Gazette du 26 mars 2008

LES TRANSPORTS EN COMMUN DANS NOS REGIONS

Puisque M. Michel Prégaldien, de Beaufays, nous y a, si gentiment, invités, continuons, avec lui, à feuilleter ses fardes de documentation Il nous présente, aujourd’hui, la photographie suivante :

autobus 6

« Cette carte postale a été prise à Harzé, au terminus de la ligne d’autobus Verviers-Harzé, mais, bien avant, que cette ligne soit exploitée par la société des Autobus Liégeois. »

 

TOUJOURS A PROPOS DES AUTOBUS LIEGEOIS

Monsieur Marquet, de Sprimont, a vraiment une documentation éclectique. Il peut nous apporter aujourd’hui, quelques intéressantes informations sur la société des Autobus Liégeois :

« Vers les années 1980, la direction de la Compagnie des Autobus Liégeois remettait, à Sprimont, une série de décorations à ses employés. Furent ainsi mis à l’honneur : René Brisbois, André Horrion, Jean Peerboom, Fernand Scholsen, Justin Huart, Maurice Bertrand et Ghislain Arnould.

Ils étaient tous entrés à la compagnie au cours des années 1960, à l’exception de Fernand Scholsen qui « roulait » depuis le 16 avril 1950. Son père, Maurice, fut décoré pour la même fonction en 1966.

Une petite anecdote mérite d’être rappelée à propos des véhicules de l’immédiat après guerre.

A cette époque circulaient des autobus assez hétéroclites. L’un était appelé le « car allemand » et était particulièrement rapide, ce qui donnait parfois lieu à des courses entre chauffeurs. Un autre, tout à fait différent, présentait une structure assez rectangulaire et était équipé d’un tuyau d’échappement exceptionnellement bruyant. Pour cette évidente raison et compte tenu d’un passé récent alors, il avait été baptisé le « robot ».

Un jour, en rentrant de Liège et alors qu’il allait traverser le Fond Leval, ses freins lâchèrent et le chauffeur dut braquer sur la gauche pour éviter le tram. Toutefois, en roulant sur le trottoir du magasin de légumes de chez Garnier, il pulvérisa un sac de moules en attente du client. Dans l’état actuel de ce carrefour, cette éventualité n’est plus possible. »

Vous souvenez-vous de ces autobus si particuliers ? En existe-t-il des photos ? Merci de nous informer et de nous permettre de les montrer si elles existent. Vous pouvez également en profiter pour nous communiquer vos souvenirs de ces voyages en autobus au lendemain de la Seconde guerre Mondiale. Ils ont dû, en effet, être émaillés de nombreuses anecdotes qu’il serait plaisant de remémorer.

 La Petite Gazette du 2 avril 2008

LES TRANSPORTS EN COMMUN DANS NOS BELLES REGIONS

Répondant à l’appel lancé par M. Prégaldien, Monsieur René Gabriel, de Roanne-Coo, me fait parvenir un très intéressant courrier fait de compilations d’extraits de délibérations du conseil communal de Basse-Bodeux.

« »Un projet quasi révolutionnaire pour l’époque voit le jour en 1901 car on envisage la création d’un chemin de fer vicinal reliant Lierneux à Stavelot. Le conseil communal réaffirme, à l’unanimité, qu’il n’interviendra pour une part qu’à la condition expresse que la ligne traverse Basse-Bodeux et passe à proximité de La Vaux et Haute-Bodeux. (Délibération du 29 mai 1901).

Le 27 août 1911, on enregistre une demande de service public d’autobus entre Trois-Ponts et  Houffalize, Monsieur Steinmann, d’Anvers, demande la concession de ce service. Aucune opposition n’est signalée. M. R. Gabriel précise néanmoins qu’il n’a retrouvé aucune suite à cette demande dans les délibérations suivantes…

Un service d’autobus circule depuis plusieurs années entre Verviers et Manhay, via Stoumont, La Gleize, Trois-Ponts, Basse-Bodeux, Bra. Des difficultés d’exploitation semblent exister comme en témoignent les différentes demandes de l’exploitant et les nombreuses interventions financières communales.

Le 19 décembre 1933, Monsieur Pelle, l’exploitant du service d’autobus, demande un subside pour l’année 1934 ; on lui accorde la somme de 1.000 francs.

En 1935, cette somme est portée à 1500 francs.

Le 23 mars 1937, l’exploitant demande un subside de 2.500 francs pour continuer le service tel qu’il est établi. On lui accorde 1.000 francs plus un crédit de 1.500 francs.

Le 25 janvier 1940, Monsieur Pelle relève les prix de transport vu le prix des carburants, la commune ajoute : cela se justifie amplement.

Le service est interrompu durant la guerre.

Le 30 janvier 1947, il est noté que le servie a repris à partir du 16 janvier, un subside de 3.000 francs est accordé.

Le 14 novembre 1949, 4.000 francs de subsides sont votés.

Le 8 décembre 1949, l’exploitant du service d’autobus de Verviers à Basse-Bodeux sollicite un subside de 18.000 francs. Les élus trouvent la demande nettement exagérée et proposent la somme de 4.000 francs.

En 1957, le 27 septembre, un nouveau service de bus SNCV est envisagé entre Manhay et Trois-Ponts.

La commune est d’accord pour allouer un subside à condition que la ligne fonctionne régulièrement chaque vendredi.

Le 12 septembre 1958, des difficultés apparaissent. On apprend que la commune de Fosse-sur-Salm ne peut plus supporter la charge d’un subside à la ligne d’autobus. Le subside de Basse-Bodeux est porté à 8.000 francs et une augmentation du subside de Bra est souhaitée.

L’exploitation de cette ligne cessera définitivement à partir du 2 octobre 1959. »

Monsieur Martin Huwart, de Ville-au-Bois, se souvient également :

J’ai lu, avec nostalgie, l’article sur la ligne d’autobus Verviers-Manhay, passant par Stoumont.

Né en 1944, j’ai encore le souvenir des autobus faisant la ligne de Stoumont peu après la guerre (1947/1948). Car ils représentaient pour moi des « monstres » à ne pas rencontrer !

Il s’agissait d’autobus bleu foncé, garnis des deux côtés d’armoiries nationales et qui appartenaient au chemin de fer, comme on disait alors. Pourquoi des « monstres » ?

Je m’explique : vu l’état des routes, ma mère et moi quittions Liège pour Aywaille et nous laissions  la buick de papa au garage Grégoire qui avait la garde de notre jeep Wyllis, seul véhicule pouvant nous amener à la maison de Ville-au-Bois. Nous montions avec la jeep vers le carrefour de Hautregard et, ensuite vers Desnié/Stoumont. Comme par un fait exprès, vu notre heure d’arrivée, nous avions beaucoup de chances de croiser le bus du soir venant de Stoumont entre Desnié et la Croix Jacques, lieu où nous tournions à droite vers la maison à travers bois, empruntant le coupe-feu dit « du facteur ».

Chaque trajet était une source d’anxiété car croiser le bus était un vrai problème.

A cette époque, la N606 était une simple route étroite sans macadam, couverte de cendrées d’aciérie, et le bus était tellement large que nous n’avions d’autre solution que de rentrer dans le fossé, le bus ayant priorité absolue ! Rentrer au fossé c’était simple mais, en sortir, c’était une autre affaire, surtout en hiver ! Pas question pour maman de pousser, mais nous avions un braquet dans le coffre à outils et j’ai appris à glisser des branches sous les roues dès quatre ans ! Parfois cela tournait vraiment mal, il fallait descendre chercher le garde-chasse pour pousser, en priant saint Hubert qu’il ne soit pas en tournée. Le pire a nécessité de laisser la jeep dans le fossé durant la nuit et un cheval de débardage est venu le lendemain matin.

Peu après on a créé (1950) la route raccordant Ville-au-Bois à la N606 et nous pouvions alors venir avec la voiture jusque là. Nous devions encore marcher 1500 mètres pour atteindre la maison forestière.

Quelle époque ! Mais c’était pour moi le bon temps car chaque week-end réservait des surprises comme de croiser le « ronibus » comme je l’appelais alors… »

Vous aussi, vous avez certainement des souvenirs liés à ces autobus d’avant ou d’après guerre, nous les conterez-vous

La Petite Gazette du 16 avril 2008

LES ANCIENS ARRETS D’AUTOBUS DE NOS CONTREES

MonsieurLaurent Crépin, de Hony, me fait parvenir un intéressant document relatif aux lignes d’autobus de nos régions.

« Dans le cadre de la série que vous publiez actuellement dans votre rubrique au sujet des éléments de « petit patrimoine » des autobus qui ont circulé dans la région liégeoise, j’ai le plaisir de vous faire parvenir la photo d’une plaque émaillée double face (dimensions : 40 X 25 cm) qui fait partie de ma collection depuis de très nombreuses années.

Elle porte le texte  » S.N.C.V. Autobus  – Arrêt sur demande  » et devait être placée sur un poteau ou une façade à l’endroit d’un arrêt de bus de la Société Nationale des Chemins de fer Vicinaux.

sncvarretdemande0

Elle fait ainsi écho à celle que vous avez publiée il y a quelques semaines, pour un Arrêt obligatoire des Autobus liégeois.

Cette plaque ne porte aucune indication concernant l’émaillerie qui l’a fabriquée, ni aucune année, comme c’est par contre, le cas pour toutes les plaques émaillées publicitaires (les anciennes réclames) qui étaient destinées à l’affichage public en Belgique et qui comportent toujours en bas et en petits caractères T.P. ….1950 (TP pour Taxe Payée puis des chiffres et enfin l’année de production dans cet exemple 1950).

Cette plaque d’arrêt doit néanmoins être ancienne (les années 1930 peut-être) car elle est très lourde malgré sa petite taille et est fabriquée en émail très épais et d’excellente qualité, ce qui lui a permis de traverser le temps pour arriver presque intacte jusqu’à nous. »

La Petite Gazette du 23 avril 2008

LES ANCIENNES LIGNES D’AUTOBUS DE NOS REGIONS

Monsieur M. Prégaldien, de Beaufays, est, à la fois, heureux et ravi, de constater que MM. René Gabriel et Martin Huwart aient conservé des souvenirs de l’ancienne ligne d’autobus Verviers-Manhay.

« Grâce aux communications de ces lecteurs, il est possible de retracer une grande partie de l’itinéraire suivi par cet autobus entre Desnié, Stoumont, Trois-Ponts et Manhay. Reste une zone d’ombre quant au parcours suivi entre Verviers et Desnié, ainsi que sur le lieu précis du terminus à Verviers.

Les questions suivantes restent également en suspens : Où étaient implantés le garage et le siège social de la firme ? Combien y avait-il de parcours journaliers ? Existe-t-il d’autres photographies ou cartes postales représentant les autobus de cette firme ?

Dans le Guide du Touring Club de Belgique datant de 1930, on trouve trace d’une autre ligne qui passait, elle aussi, par Stoumont. Cette ligne prenait son départ rue Grétry, n°100, à Liège

A destination du sanatorium de Borgoumont. Cette relation ne fonctionnait que le jeudi et le dimanche, avec un unique départ de Liège à 10 heures. Le prix du trajet était de 7 francs.

Là aussi, il s’agit d’une ligne disparue pour laquelle très peu d’informations (firme exploitante, trajet suivi…) et de représentations photographiques sont disponibles.

Se trouvera-t-il quelques lecteurs de La Petite Gazette susceptibles d’apporter quelques informations sur cette ligne également ? »

A vous de faire, si vous le pouvez…

La Petite Gazette du 7 mai 2008

LES ANCIENNES LIGNES D’AUTOBUS DE NOS REGIONS

Madame Chantal Crucifix, de Targnon, nous apporte aujourd’hui des renseignements très intéressants sur ce sujet. Elle les a puisés dans les archives de la commune de Stoumont, où elle recherchait informations sur les vieux chemins vicinaux.« En passant, j’ai retrouvé des traces de ces autobus dont vous parlez dans le journal, avec l’autorisation de l’échevin qui m’emploie, Philippe Goffin, je vous fais part de mes recherches:
Le 17/12/1926, la Société Nouvelle des Chemins de Fer Vicinaux demande l’autorisation d’organiser des services de transports automobiles sur route entre Lierneux et Stoumont, Manhay et Trois-Ponts.Le 21/09/1929, la demande et le projet de M.Lugens J.B., de Lierneux, relatifs au service public et régulier d’autobus entre Lierneux et Stoumont gare sont soumis aux formalités d’enquête de commodo- incommodo, clôturée le 9/10/1929.Le 29/06/1930 M.Minique ou Mirrique René Hubert Marie Lydie rue Gretry n° 68 sollicite l’autorisation d’exploiter un service public et régulier d’autobus bi-hebdomadaire entre Liège et Borgoumont La Gleize.Enquête clôturée le 16/07/1930.J’espère que cela pourra vous être utile. »Un tout grand merci pour nous avoir communiqué ce qui précède.

La Petite Gazette du 28 mai 2008

LES TRANSPORTS EN COMMUN D’HIER, ANECDOTE

Monsieur Guy Jacob, de Hamoir, évoque le problème des transports en commun durant la guerre :

« Nous étions, maman, mon frère et moi-même, venus, pour deux ou trois jours, chez les grands-parents à Comblain-la-Tour, probablement, je me souviens bien, en 1943. Le voyage s’était effectué en train. Or, le jour prévu pour le retour, nous nous rendîmes à la gare, pour y prendre le train de Marche où nous demeurions. Arrivés à la gare, on nous annonça que, suite à un bombardement à Barvaux ou à Biron, les trains ne passaient plus. Ils allaient de Jemelle  Melreux et aucun n’allaient plus loin. Force était donc de gagner Melreux par nos propres moyens. Heureusement, si l’on peut dire, le tram faisant la ligne Comblain-la-Tour – Manhay roulait encore, mais quel trajet ! Comblain-la-Tour, Xhoris, collège St-Roch, Burnontige (je crois), puis tous les villages jusqu’à Manhay (Harre, St-Antoine…) A Manhay, changement de tram pour prendre la ligne de Melreux via notamment Erezée, Amonines, Dochamps (vallée de l’Aisne), puis Soy, La Roche, Rendeux, Hotton (vallée de l’Ourthe) et Melreux où nous avons embarqués dans le train vers Marche, enfin !

Bref, un voyage d’environ 5 heures, compte tenu des arrêts et du changement de tram à Manhay, avant une attente d’une heure à Melreux. Nous avions embarqués à Comblain-la-Tour à 10 heures, c’est donc peu dire que c’était long ! Bien entendu nous avions pris notre « briquet » pour pouvoir nous sustenter en cours de route. »

Un grand merci pour ce souvenir qui, il est vrai, à l’heure du TGV laisse songeur !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s