Le temps des Rogations

La Petite Gazette du 24 mai 2000
LE TEMPS DES ROGATIONS
Monsieur Maurice Grün s’est souvenu qu’il était revenu le temps des Rogations, ces processions qui parcouraient champs et prairies au mois de mai.
« Les trépidations de la vie moderne en pleine évolution –ou révolution – ont supprimé les Rogations, ces cortèges solennels qui jalonnaient villages et campagnes. C’étaient des prières publiques accompagnées de processions, pendant les trois jours qui précèdent immédiatement l’Ascension. Elles étaient destinées à attirer la bénédiction divine sur le bétail, les récoltes et les travaux des champs.
Les archives de l’abbé Hacherelle, curé de Somme-Leuze de 1905 à 1930, laissent le souvenir de ces pratiques. Ces processions étaient suivies avec ferveur par de nombreux fidèles. J’y ai souvent participé, accompagnant le prêtre, précise mon correspondant. Le bon temps n’était pas souvent de la partie (vent, pluie, froidure, crachin, brouillard…)
Il est encore une croix en fer installée au croisement du chemin de Coquaimont et de la route de Liège, en face du chemin du Montet. Cette croix des Rogations a été élevée, à la demande de l’abbé Hacherelle, par la famille Burette sur leur domaine.

La Petite Gazette du 8 août 2001
DE NOUVELLES PRECISIONS A PROPOS DES ROGATIONS
« Je crois comprendre, m’écrit M. Pierre Paulis, de Ferrières, que vos lecteurs attendent des renseignements concernant les rogations, appelées également « lès Creûs » ; voici, à leur intention, ce que j’ai recueilli :
Après la messe matinale, le prêtre, revêtu du surplis blanc et de l’étole mauve – rite de pénitence – accompagné du chantre, terminait la procession dont la tête était la croix portée par l’acolyte en robe rouge. La croix était de bois et légère, hampe noire et croix dorée avec, en écharpe, un ruban mauve. Elle était appelée « croix pour rogations ou croix pour les longs chemins » (une autre, plus lourde, servait aux enterrements et aux processions.)
Suivaient, sur deux rangs, les enfants et les enseignants, les dames, puis les hommes. Les fidèles étaient surtout constitués de ceux « qui vivent de la terre ». Partie de l’église au milieu des litanies des saints : après « Sancta Maria », la procession se terminait à l’église. Il n’y avait pas de décorations spéciales dans le village si ce n’est aux croix et aux chapelles devant lesquelles la procession faisait halte. Elles étaient nettoyées, repeintes, fleuries… Il n’y avait pas d’arrêt aux potales. Sur le parcours, chapelets, litanies, chants extraits de l’Hosanna. J’ai en mémoire les innombrables « ora pro nobis » et les « te rogamus audi nos » répercutés par l ‘écho ou étouffés par les frondaisons, les « ave » concurrençant les chants d’oiseaux, la forte rosée aspergeant nos mollets ou alourdissant le bas des robes… les haltes silencieuses des jeunes attendant, avec condescendance, au haut des « gripètes » l’effort essoufflé des plus âgés…
Je suppose que les acolytes, ils étaient trois en tout, transportaient aussi l’eau bénite et le goupillon !
Selon la date de Pâques, les Rogations se célébraient entre la fin avril et le début juin. C’est donc l’époque dite des « Saints de glace ». Le premier jour était consacré à la protection des foins ; le deuxième à celle des moissons ; le troisième jour, on priait principalement pour la protection des pommes de terre et des betteraves. On s’était dirigé vers les quatre points cardinaux : le lundi au nord, le mardi à l’est et le mercredi à l’ouest et au sud.
En 1966, les rogations ont eu lieu le soir. Elles cesseront en 1970 par une mini-procession autour de l’église. Les prévisions météorologiques et les engrais ont pris le relais ! »
D’autres informations à ce sujet dans notre prochaine édition. Un grand merci à Monsieur Paulis.

La Petite Gazette du 29 août 2001
D’UTILES PRECISIONS SUR LES ROGATIONS

Monsieur l’abbé Jean Voz, de Mormont, est un fidèle lecteur de cette chronique et il ne manque jamais une occasion de nous éclairer sur divers sujets, je l’en remercie vivement. Voici ce qu’il a glané comme indications précises à propos des Rogations dont nous avions quelque peu reparlé il n’y a guère.
« Rogation : du mot latin rogatio (objet d’une demande).
Il s’agit d’une procession comprenant le chant des litanies des saints et, après, une messe spéciale.
Elle fut instituée en 470 par saint Mamert, évêque de Vienne en Dauphiné, pour demander la fin d’un tremblement de terre et d’autres calamités. Elle se déroulait pendant les trois jours précédant l’Ascension.
En 511, le premier Concile d’Orléans l’étendit à toutes les églises de Gaule et c’est alors qu’elle prit le nom de Rogation.
Léon III (pape de 795 à 816) introduisit les Rogations à Rome et on les appelait « litanies mineures » pour les distinguer de la litanie majeure qui se faisait le 25 avril (jour de la saint-Marc, mais sans aucune référence à cette fête d’ailleurs instituée plus tard). La litanie majeure fut établie pour remplacer la procession païenne des Robigalia.
Dans nos régions, je pense, poursuit notre abbé, on faisait moins la litanie majeure que les litanies mineures : ainsi, on faisait, par exemple, la litanie majeure à Malempré, mais pas à Mormont.
Il y a quarante ans, la réforme liturgique issue du Concile Vatican II n’a pas supprimé ces litanies, mais a laissé le soin d’en fixer les dates et les modalités aux conférences épiscopales : les rogations étant des cérémonies de pénitence, il ne convenait guère de les faire au temps pascal, un temps de joie. »

La Petite Gazette du 27 avril 2011
LA CROIX DE MONT-COMBLAIN ET LES ROGATIONS
L’ASBL Chapelle de Mont, associée à Qualité-Village-Wallonie, travaille à la réalisation d’un inventaire du petit patrimoine sacré de la commune de Comblain-au-Pont et vous interrogeait à ce titre au sujet de la chapelle de Mont.
Monsieur Henri Jacquemin, de La Gleize, « un ancien de Qualité-Village Moulin du Ruy » précise-t-il, se souvenait que cette chapelle avait déjà été évoquée dans La Petite Gazette. Il a fouillé ses archives et a retrouvé ce passage dans l’édition du 29 juin 1995. C’était Mme Jeanne Donis-Dawant (82 ans à l’époque) qui précisait alors :
« Je l’ai toujours vue là, près de la chapelle. Jusqu’il y a deux ans, durant le mois de mai, une fois la semaine, on y récitait le chapelet. Nous étions comme cela une demi-douzaine de femmes de Mont. Du temps déjà lointains des rogations, la procession, curé de Comblain en tête, s’arrêtait à la croix qui avait été garnie pour l’occasion. Mais je n’ai pas de renseignements sur l’âge de la croix, ni sur le pourquoi de son édification ».
Voilà que sont évoquées les Rogations, processions champêtres qui, au mois de mai, parcouraient les campagnes pour bénir champs et pâturages afin de s’assurer de bonnes récoltes.
Je me suis replongé dans mon Almanach de notre Terroir (éditions Dricot,1999) pour en extraire quelques renseignements sur ces Rogations.
Saint Mamer premier des saints de glace fêté le 11 mai), en 474, fait adopter par l’Eglise, le rite des Rogations, qui était déjà connu des Romains, sous le nom d’Ambarvalia, qui voulaient protéger leurs récoltes.
Les lundi, mardi et mercredi précédant l’Ascension, on organisait, sur le territoire des paroisses, de longues processions pérégrinant au travers des prés et des champs afin de les bénir et de s’assurer une bonne récolte. Ce sont les Rogations, autrement appelées « lès Creûx »
On disait alors : « Qui n’a pas semé aux croix, pour un grain en mettra trois »
Le beurre battu le deuxième jour des Rogations soigne les brûlures et la croûte de lait.
Vous pouvez évidemment confier à la Petite Gazette vos témoignages liés aux Rogations et nous aider à conserver le souvenir de toutes les traditions, croyances populaires et coutumes qui y étaient attachées.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s