POUR RAMONER LES CHEMINEES: LES EPLUCHURES DE POMMES DE TERRE !

La Petite Gazette du 22 décembre 2010

POUR RAMONER LES CHEMINEES ?

Il y a quelque temps de cela, une charmante dame, fidèle lectrice de cette page, m’affirmait que, dans sa jeunesse, son papa, un Ardennais de vieille et pure souche, jetait toujours dans le poêle à bois de la maison familiale les épluchures de pommes de terre car disait-il « Cela ramone la cheminée ! »

Avez-vous déjà entendu parler de cette pratique ? Qu’en pensez-vous ? Connaissez-vous un autre procédé que la bonne vieille brosse à ramoner, lestée d’un poids ou munie de manches successifs, pour l’entretien des cheminées des maisons chauffées au bois ?

J’attends vos réponses avec beaucoup de curiosité.

La Petite Gazette du 5 janvier 2011

POUR RAMONER LA CHEMINEE…

Madame Christine Petit, Aye, respecte toujours cet usage ancien :

« Tout comme l’explique votre fidèle lectrice, je mets les épluchures de pommes de terre dans le poêle à bois pour ramoner la cheminée. Je suis née en 1960 et j’ai le souvenir déjà de ma grand-mère qui mettait ses épluchures dans le poêle à bois pour nettoyer la cheminée disait-elle. »

Monsieur Jacques Bastin,  de Heyd,  se souvient lui aussi et explique :

«Cette fidèle lectrice a parfaitement raison en ce qu’elle avance au sujet des pelures de pommes de terre. En effet, quand j’habitais au quartier du Laveu à Liège, très nombreuses étaient alors les familles qui, dans les années quarante, jetaient régulièrement, sur le feu brûlant de leur cuisinière à charbon, des pelures de pommes de terre et épluchures diverses en vue d’éviter tout feu dans la cheminée. Ce truc marchait à merveille. Il venait, à la fois, d’un ancien ami de régiment de mon père, qui était devenu poêlier, et du père d’un de mes amis d’enfance qui était maçon.

Je suppose que la protection provenait du simple fait qu’en brûlant vivement toutes ces pelures  et épluchures on humidifiait, non seulement assez fortement ainsi, le conduit de la cheminée où s’était déposée la suie, mais que, quand la quantité de cette suie était devenue un rien trop importante, cette accumulation d’humidité en augmentait le poids au point qu’elle finissait  vite alors par se détacher  d’elle-même. »

Monsieur Christian Delhez, de Remouchamps, sait lui aussi que cette pratique était courante :

« Effectivement, j’ai déjà entendu parler des épluchures quand j’étais gamin, mais sans pouvoir vous parler des résultats obtenus !

Un autre « truc et astuce » brûler des morceaux de vieux zinc, morceaux venant du démontage
d’anciennes toitures. C’est sensé limiter les dépôts de goudron dans les conduits de cheminée. J’ai testé, pas sur un très long terme, mais le conduit restait bien sec. Maintenant la qualité du bois a aussi toute son importance.

Néanmoins, conclut-il avec prudence, tout cela ne remplace pas un ramonage correct. »

C’est toujours un plaisir que de vous questionner… Vos réponses sont toujours si intéressantes !

La Petite Gazette du 19 janvier 2011

ENCORE LE RAMONAGE DES CHEMINEES

Madame Lamette, de Waha, aime à confirmer ce qui a été dit sur l’usage des épluchures de pomme de terre à des fins de ramonage.

« J’ai 73 ans et, depuis ma plus tendre enfance, je me souviens de mes grands-parents et de maman, que j’ai encore le bonheur d’avoir auprès de nous, qui confiaient au feu les épluchures de pomme de terre.

Etant jeune, j’en riais un peu mais, un jour, un feu de cheminée s’est déclaré chez des voisins. Les pompiers marchois sont intervenus avec de l’eau et il y a eu des dégâts… Un pompier, parmi les plus âgés, a alors parlé des épluchures…

Depuis des années, je sèche légèrement les épluchures et, toutes les deux semaines, je ramone ma cheminée avec un bon sachet d’épluchures de pomme de terre, quand il y a un bon feu de bois. Chaque fois, je pense que nos anciens avaient de bonnes idées et étaient de bons conseils. »

La Petite Gazette du 26 janvier 2011

ENCORE LE RAMONAGE DES CHEMINEES

Cette fois, c’est Mme Marie Wirtz, de Somme-Leuze, qui confirme ce qui a été dit jusqu’à présent :

« Je confirme bien la pratique de jeter les épluchures de pommes de terre dans le poêle pour le bon entretien de la cheminée. J’ai toujours vu ma belle-mère, qui aujourd’hui serait âgée de 97 ans, agir de cette façon dans la région arlonnaise. Il est vraisemblable que tout le monde ne faisait pas comme cela, je pense notamment aux personnes qui élevaient un cochon et qui lui réservaient dès lors les épluchures des pommes de terre. »

Un grand merci pour cette communication.

 La Petite Gazette du 2 février 2011

UNE EXPLICATION AU RAMONAGE PAR LES EPLUCHURES

Un très aimable lecteur nous explique en quoi les épluchures de pommes de terre peuvent effectivement avoir une vertu « ramoneuse » :

« Il est tout à fait plausible, m’écrit-il, que les épluchures de pomme de terre puissent avoir un effet sur l’élimination des suies dans les conduits de cheminées. Le zinc est un des composants utilisé dans les bûches ramoneuses qu’on trouve de nos jours dans divers magasins ; en effet, le zinc présent également dans les épluchures de pomme de terre soumises à de hautes température s’évapore sous forme d’oxyde et décroche avec efficacité les suies…cqfd. »

Ah ! ces merveilleux trucs de grand-mère…

La Petite Gazette du 9 février 2011

CONFIRMATION : LES EPLUCHURES DE POMMES DE TERRE RAMONENT…

Monsieur Jacques Petit, de Sprimont, apporte une nouvelle confirmation à ce qui a été publié sur le sujet : « Ce procédé est efficace et, d’ailleurs, il y a quelques années, un technicien de la firme Eifel l’a préconisé lors d’une émission télévisée.

La pomme de terre est un tubercule à forte teneur d’amidon. C’est l’amidon qui doit imbiber les suies qui collent dans la cheminée. Ces suies qui sont normalement grasses sont asséchées par l’amidon contenu dans les fumées. Nous constatons que cette suie asséchée et devenue craquante tombe toute seule dans la cheminée. Après un ramonage sommaire, on la retrouve au pied de cette cheminée. Il suffit alors de la récolter à la main afin de l’évacuer.

Cependant, pour plus de tranquillité, nous ramonons par le dessus et nous constatons que la cheminée s’est ramonée toute seule. Seule, un petit résidu tombe au pied de la cheminée.

Avant de mettre les épluchures dans le feu, nous les laissons sécher pour éliminer l’eau qui ne ferait qu’encrasser davantage la cheminée. »

Monsieur Marcel Pestiaux, de Marche-en-Famenne, a également tenu à vous faire savoir que ses « grands-parents paternels utilisaient eux aussi cette vertu des épluchures de pommes de terre. Ils ont élevé douze enfants, dont neuf sont restés très longtemps en vie, mon papa était l’aîné. Une fois par semaine, on attendait un feu bien flambant pour y introduire une portion d’épluchures mi-séchées. Jamais ils ne connurent d’incendie… »

La Petite Gazette du 23 février 2011

ENCORE A PROPOS DU RAMONAGE DES CHEMINEES

Monsieur R. Lecomte, de Clavier, apporte lui aussi sa confirmation :

« Oui, les épluchures de pommes de terre ramonent ! » Il poursuit son envoi en donnant d’autres moyens d’arriver au même but : « Si vous avez chaque jour des capsules senséo, jetez au feu ce marc de café. Il est aussi un autre moyen bon marché et très efficace, un bon vieux morceau de zinc glissé entre deux bûches flambantes, le morceau fondra très vite et la fumée fera son effet salutaire. » Mon correspondant précise qu’il n’a pas consulté Monsieur van Ypersele, le célèbre climatologue belge, pour connaître l’impact environnemental de ce procédé… »