CONNAISSEZ-VOUS CET ENSEMBLE DE SYMBOLES FUNERAIRES?

IMPORTANCE ET INTERÊT HISTORIQUE DE NOTRE PATRIMOINE FUNERAIRE

Le patrimoine funéraire suscite un intérêt croissant : les visites commentées de cimetières, la publication d’ouvrages entièrement consacré aux sépultures, parfois remarquables, qu’abritent les cimetières de nos régions et l’importance que les autorités publiques accordent désormais à l’entretien et à la sauvegarde de ce patrimoine en sont des gages évidents.

Et il y a de quoi intéresser un public toujours plus large car la visite attentive d’un cimetière vous en apprendra beaucoup sur le passé d’une localité, sur les petits et grands faits qui ont marqué son quotidien durant les deux derniers siècles. Vous y découvrirez, en parcourant les allées et en lisant les épitaphes et plaques commémoratives, les traces des industries qui y furent actives, les accidents qui y survinrent, le souvenir des épidémies qui endeuillèrent la commune, l’existence passée ou ancienne d’associations politiques, sportives, culturelles…

Les tombes de celles et de ceux ayant combattu pour nos libertés lors des conflits mondiaux du siècle passé vous rappelleront qu’ils étaient militaires ou civils, soldats ou résistants, que nombre d’entre eux sont tombés, très jeunes, au champ d’honneur, que d’autres ont été déportés, internés ou se sont réfugiés dans la clandestinité pour échapper au travail obligatoire. Les tombes des victimes civiles de ces conflits permettent de ne pas oublier les exactions des armées envahissant notre région, les massacres, les exécutions arbitraires… Vous aurez sans doute la chance d’y découvrir l’évocation de métiers aujourd’hui disparus ; vous serez confrontés à la persistance de la hiérarchisation de la société locale en comparant la taille et la hauteur des sépultures, des monuments et, même, de véritables petites chapelles privées. Vous côtoierez les gloires locales : sportives, artistiques, politiques…

Les amateurs d’art y trouveront également leur compte car, au hasard de leur déambulation, ils rencontreront de véritables chefs-d’œuvre statuaires, mais aussi des bas-reliefs, des bronzes… Les styles différents, néo-gothique ou art déco par exemple, voisinent et attirent l’œil du connaisseur comme du curieux.

Enfin, comment ne pas évoquer plus largement la passionnante découverte de la symbolique funéraire et la présence, sur de nombreuses sépultures, de la représentation des attributs de la profession ou de l’appartenance philosophique du défunt ? La colonne brisée représentant la vie brutalement interrompue, évocation du mont Golgotha, la chaîne, symbole de vie, présentant un maillon cassé, symbole de mort, couronnes d’immortelles sculptées, pleureuses, anges, flammes, urnes stylisées, alpha et oméga… Au rang des attributs que vous pourrez identifier il y aura immanquablement ceux de la prêtrise : calice, hostie, raison et épis de blé ; ceux du mayorat : écharpe mayorale, le caducée du corps médical, l’équerre et le compas des francs-maçons… Aller à leur découvert est réellement passionnant.

J’imagine sans peine que, parmi vous qui me lisez, il s’en trouvera sans doute l’un ou l’autre qui pourra venir éclairer cette employée de l’administration communale d’Aywaille en charge de la gestion de ce patrimoine. En effet, bien qu’elle soit une véritable spécialiste passionnée par le patrimoine funéraire, elle se trouve face à une énigme qu’elle a du mal à résoudre. Dans le cimetière de Dieupart, deux sépultures présentent la même symbolique dont vous découvrez la photo ci-dessous.

IMG_4362 (2)

Ces deux tombes sont celles de deux instituteurs communaux du XIXe siècle, Jacques-Henri Bronne et François-Joseph Septroux, la symbolique utilisée est particulièrement riche : végétaux stylisés, globe terrestre, balance horizontale + poids, ailes, palmes, acacia, livres, latte, équerre, compas fermé, maillet… Si le globe terrestre, l’équerre, le compas et la latte apparaissent souvent sur la tombe d’un instituteur car ils constituent une panoplie pédagogique, que signifie ici la présence de la balance et du maillet par exemple ? Pareil ensemble symbolique existe-t-il dans d’autres cimetières de la région ? Voici les questions auxquelles il serait vraiment très intéressant d’apporter une réponse et je compte beaucoup sur votre précieuse collaboration pour y parvenir. Merci de nous aider à résoudre cette énigme.

Pour tout contact avec La Petite Gazette : henry-rene@hotmail.com

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s